Aborder la maternité en blog BD

Juliette Merris fait partie de ces personnes qui ont vécu un parcours de grossesse difficile. Avec humour et tendresse, elle le dévoile à son lecteur dans son blog BD.

30 avril 2014 Internet et nouvelles technologies - Lecture : min.

psychologues
"La grossesse expliquée aux geeks" - Juliette Merris
L’envie d’enfant, la grossesse, la maternité… Qui n'aimerait pas que cela se passe de manière simple, sans accroc ? Certains ne le savent que trop bien, c'est pourtant parfois un parcours long et compliqué, où l'envie et l'espoir côtoient sans cesse le découragement et la détresse.

C'est de tout cela que Juliette Merris parle dans son blog, jeveux1bebe : de manière très juste, elle croque avec douceur et humour son quotidien, leur envie d'enfant, les hauts comme ses bas. Les difficultés qu'elle traverse sont toujours vues avec délicatesse, sans jamais basculer dans le cabinet de curiosité.

L'envie, le début du parcours, les ratés, les questionnements, les doutes... Elle explique elle-même qu'elle avait envie de :

"raconter un parcours de maternité boiteux, (...), de raconter quand cela foire au début".

Avec légèreté et bienveillance, elle aborde la difficulté pour l'homme de se voir remplir le nouveau rôle de père, les affres de la pré-conception et de l'insémination artificielle, loin du "glamour" que l'on imagine.

02_au_commencement.png

Grâce à ce blog, Juliette Merris fait un pied de nez au cliché des parents aux yeux humides et brillants, nageant dans le bonheur face à leur merveille. Ici, elle révèle un parcours chaotique, certes, mais dont la réalité ne peut que frapper par sa force.

Au fil des pages, le lecteur navigue entre sourire et tristesse avec elle, au gré des phrases et des illustrations qui rythment ce parcours.

"Je me demande quel nom peut porter le deuil de ce qui n’a jamais été visible. Si j’avais dit à mon travail que j’avais perdu une boucle d’oreille ou un chien, tout le monde aurait compris et compati. Mais une fausse couche ça ne s’annonce pas".

Après une période particulièrement douloureuse, Juliette Merris explique les difficultés qu'elle peut avoir à situer les limites de son intimité et de sa pudeur à travers ce blog mais que, malgré les accrocs, elle ressent le besoin de raconter son histoire. Même si les mots sont difficiles, ne semblent pas suffisant pour dire la douleur.

"Je ne sais pas trop comment raconter ce genre de choses, moi je voulais dessiner des histoires de gros ventre et d’envie de chocolat, de petits coups de pieds et de battement de cœur".

Elle révèle la proposition d'insémination artificielle, après un an d'essais, de difficultés, de cycles infernaux qui se répètent. Elle dévoile la peur à chaque résultat de prise de sang, la joie bien trop vite retombée à cause d'une mauvaise nouvelle. 

Le lecteur se sentira souvent ému, et surtout chanceux de la confiance que lui accorde Juliette Merris, qui partage cette histoire avec lui, ses difficultés comme ses plus grands bonheurs.

130_resultat.jpg

Plusieurs fois, et de manière très juste, l'auteur oppose la complexité et la neutralité totale des termes médicaux, qui semblent prêts à étouffer les sentiments humains, leur utilisation sans explication, mais aussi la façon dont ces petits mots incompréhensibles peuvent faire basculer une vie.

Au cours de la grossesse, Juliette Merris distille ses illustrations du quotidien : le vomi, la première échographie, l'annonce à la famille, le choix du prénom... Sans jamais se départir de son humour, elle évoque les moments moins glamour, et pourtant passages obligés : l'allaitement, le gynécologue, les conflits dans le corps médical, l'arrivée à l'hôpital, le début du travail... Et certains petits faux pas.

"La perte des eaux en public, ce n’est pas glamour, même si on est prévenue, qu’on a des serviettes à côté, que les sages-femmes sont là « pour ça ». Ceci dit, c’est la préparation à l’incontinence idéale sans avoir besoin d’attendre 80 ans."

 195_anesthesiste.jpg

À l'hôpital, Juliette Merris frappe par sa capacité à rire de l'urgence et du stress de la situation. Et son lecteur, comme s'il faisait partie intégrante de l'histoire, ressent une émotion forte à la naissance de l'enfant.

"La première fois qu’il est arrivé sur mon ventre, je l’ai trouvé gluant.
J’ai senti ses orteils et ses mains s’agripper. Comme à l’intérieur, mais de l’autre côté.
Il a levé la tête et il nous a scruté avec ses deux billes bleues écarquillées.
On est restés silencieux, immobiles et on a rétréci. Il a tout rempli."

 197_jeveux1bebe_fin02.jpg

Au cours du blog, Juliette Merris explique plusieurs fois que celui-ci se terminera avec la naissance de l'enfant. Heureusement pour le lecteur, devenu épris, il n'en est rien, et l'auteur continue de nous réjouir avec des notes régulières.

223_dodo_enfant_do.jpg

Pour aller plus loin...

Juliette Merris a également réalisé deux bandes dessinnées à propos de son histoire, Il me Manque Quelqu'un (tome 2 à paraître), à commander directement depuis son blog

Les illustrations et citations sont tirées du blog de Juliette Merris - Merci à elle de nous avoir donné son autorisation.

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail

Commentaires (1)

À lire aussi