4 choses que les gens émotionnellement intelligents ne font pas

Inversons les habitudes pour une fois ! Plutôt de chercher ce qui caractérise ceux qui arrivent à développer leurs compétences professionnelles, personnelles et la réussite ...

29 OCT. 2020 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

4 choses que les gens émotionnellement intelligents ne font pas

Inversons les habitudes pour une fois ! Plutôt de chercher ce qui caractérise ceux qui arrivent à développer leurs compétences professionnelles, personnelles et la réussite, je vous propose d'explorer quatre situations que les gens émotionnellement intelligents ne font pas.

Tout d'abord un petit rappel.

Daniel Goleman dans le grand livre de l'intelligence émotionnelle (ou QE) a mis à jour cinq piliers :

  1. La conscience de soi : elle nous permet de déchiffrer nos sentiments et de comprendre en quoi ils affectent nos pensées et nos actions
  2. La maîtrise de soi : elle nous aide à garder notre calme et à nous montrer positifs dans les moments les plus éprouvants
  3. La capacité à se motiver : cela consiste à savoir persévérer en dépits des déconvenues et obstacles. Elle s'appuie sur la maîtrise de nos pulsions et notre capacité à conserver notre humeur.

Ces trois piliers sont relatifs à soi.

Les suivants sont importants dans le cadre des interactions personnelles ou professionnelles :

  • L'empathie : c'est l'aptitude d'envisager une situation d'un point de vue de l'autre en décryptant les soucis, sentiments et besoins.
  • La gestion des émotions d'autrui. Elle permet d'utiliser la contagion émotionnelle à bon escient. Elle nécessite de maîtriser ses émotions dans sa relation avec les autres. Elle permet de guider, de persuader, d'animer, de négocier voire de régler des conflits.

Si je vous parle de cela, c'est que les gens émotionnellement intelligents excellent dans l'usage de ces piliers. A minima, ils sont conscients que les développer est une nécessité.

Quand je parlais d'inverser les habitudes, j'ai toujours trouvé intéressant d'observer et questionner ce qu'il ne faut surtout pas faire. Le « surtout pas » est fondamental dans cette approche. En effet, j'ai souvent constaté que l'on apprend très vite en questionnant ce qu'il ne « faut surtout pas faire ».

Voici donc quatre situations.

1/ Ils ne critiquent pas les autres

Cela semble évident en première approche mais il faut savoir que la critique est un mécanisme inconscient de défense dont le but est de préserver notre estime de soi. Malheureusement, la critique non constructive a un impact négatif sur nous. Sur le moment, nous comparer aux autres nous confère un avantage et nous fait nous sentir temporairement mieux.

Exemple : « Quand je te dis que Miloud a réussi ses projets seulement par la grâce d'un recrutement habile et d'un manager conciliant. Sinon, il n'aurait pas eu de tels résultats. D'ailleurs, ça n'a rien d'exceptionnel ! Je ne vois pas pourquoi tout le monde s'extasie ! »

Néanmoins, cette critique des autres ne fait que soulager notre propre insécurité. Comme toute insécurité émotionnelle, elle consomme du temps et de l'énergie que l'on pourrait investir plutôt dans d'autres axes de développement.

2/ Ils ne s'inquiètent pas de l'avenir

C'est un point qui m'a longtemps concerné, je le reconnais. L'inconvénient de cette inquiétude, c'est qu'elle néglige le fait « qu'il faut composer avec l'incertitude » comme dit Edgar Morin.

Parfois il n'y a qu'un pas entre une inquiétude raisonnable et une croyance limitante.

Exemple : « Que vont devenir nos enfants dans ce monde totalement imprévisible ? Ok … inscrivons-les à des cours de self défense et de survie intense. En plus, j'ai trouvé une « réduc » pour des cours de rattrapages scolaires tous les étés et y a 50% de crédit d'impôts ! Au moins avec tout ça, ils vont être prêts à tout affronter maintenant !»

En effet, cela nous berce dans l'illusion que la certitude existe. Malheureusement cela conduit souvent à nous fragiliser et à nous faire croire que plus on se prépare à faire face à l'incertitude plus on sera capable de l'affronter.

Ce que j'ai appris de plus intense sur ce sujet c'est que les personnes émotionnellement intelligentes composent avec l'incertitude. Ils accueillent et acceptent ce qui se joue dans le « ici et maintenant » ! Cette notion est fondamentale. En procédant ainsi, elles préservent leur énergie et leur enthousiasme. Je vous recommande à ce sujet « Lâcher Prise » de Benoît Aymonier et « Le pouvoir du moment présent » de Eckhart Tolle.

3 / Ils n'entretiennent pas d'attentes irréalistes

C'est un sujet fréquent en coaching. Entretenir des attentes irréalistes, c'est une façon de garder le contrôle. Celui-ci donne l'illusion de la sécurité. Cette illusion est une construction mentale où les gens que l'on apprécie et soi-même vivent une vie où tout réussit. Ce qui permet de se sentir mieux bien-sûr !

Exemple : « Ma fille, apprendre le coaching à 12 ans te permettra de mieux comprendre tes camarades de classe, de les motiver et de créer de l'harmonie ! Si si … je t'assure ! »

Je me dois de préciser qu'il y a une différence entre espoirs … et attentes. L'espoir est le fait d'attendre et désirer quelque chose de meilleur pour soi ou les autres. Les attentes sont plutôt sur le fait de compter sur quelqu'un (voire quelque chose).

Les gens émotionnellement intelligents ont donc une troisième particularité. Ils ne recherchent pas la perfection et accueillent leurs relations pour ce qu'elles sont à l'instant présent et non pas où elles aimeraient qu'elles soient.

4/  Ils ne revisitent pas le passé

Ruminer le passé est une autre illusion de contrôle. Cela permet de remettre de l'ordre et des certitudes en face d'un regret ou d'une culpabilité. Regretter me semble être un aveu d'impuissance. Tourner et retourner le passé dans son esprit donne un bref sentiment de contrôle mais n'aide pas à se sentir moins impuissant.

Exemple : « Non non je n'ai pas fini 3e au championnat de France, j'étais à deux doigts de battre le champion du monde ! Si c'était à refaire, j'aurai tenté une esquive puis j'aurai pointé et j'aurai sûrement gagné ! Oui j'aurai sûrement gagné ! »

En réalité, rien ne permettra de reprendre la main sur le passé. Le sentiment d'impuissance est donc inévitable dans cette posture.

Les personnes émotionnellement intelligentes acceptent cet état de fait et abandonnent avec bienveillance cette envie de revisiter le passé et le sentiment d'impuissance associé. Ainsi elles reviennent donc dans la force du présent.

Pour finir, je ne me vois pas vous donner des leçons donc je ne vous dirai pas : pour que votre vie soit plus belle, plus zen et plus saine « arrêter de critiquer les autres, arrêter de vous soucier du futur, arrêter de revisiter le passé, arrêter d'attendre trop des autres … ». Ce sont des sujets trop complexes pour être traités à la légère et surtout ils nécessitent une dose importante de travail personnel et d'introspection.

Vous avez néanmoins quelques clés pour vous permettre de mieux focaliser votre énergie au bon endroit et au moment présent.


Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

Écrit par

Bentouhami Malek

Voir profil

Bibliographie

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

Commentaires 1
  • La Muse 1975

    C est vrai j ai lu Daniel Goldman et je suis d accord il faudrait apprendre des le plus jeune âge aux enfants que l intelligence ne suffit pas sans la gestion de nos émotions j ai lu aussi le pouvoir du moment présent et pour avoir voulu longtemps dans ma vie tout contrôler jusqu'à devenir addict a la voyance l ici et maintenant est ce qui compte vraiment

derniers articles sur développement personnel