7 signes que vous êtes contre-dépendant affectif

Beaucoup de personnes ne veulent plus voir personne s’introduire dans leur vie. La majorité des relations sont éphémères ou circonstancielles. On privilégie la vie en solitaire...

10 OCT. 2019 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

7 signes que vous êtes contre-dépendant affectif

Tout le monde sait ce que signifie le mot «dépendant». La définition du dictionnaire dit : «déterminé ou conditionné par un autre ; compter sur un autre pour obtenir du soutien." Mais peu de gens ont entendu parler de «contre-dépendance». Ce n’est pas un terme couramment utilisé. En fait, il est principalement utilisé par les professionnels de la santé mentale.

N'avoir besoin de personne

La contre-dépendance est l'extrême opposé de la dépendance. Cela fait référence à la peur de dépendre d'autres personnes. Si vous êtes un contre-dépendant, vous ferez de gros efforts pour éviter de demander de l'aide. Vous pouvez avoir une grande peur de ressentir ou de sembler ressentir ce besoin. En fait, le mot «nécessiteux» peut vous mettre en colère.

En fait, dans certains cas, une personne passe d'une extrême à l'autre dans une relation et devient contre-dépendante après des mois ou des années de codépendance.

À bien des égards, la contre-dépendance évoque la peur de l’intimité. Ceux qui souffrent de dépendance à la dépendance craignent de dépendre de quelqu'un ou d'avoir besoin de qui que ce soit, ce qui est au fond une incapacité à faire confiance. Si tous les contre-dépendants avaient une devise ce serait probablement : «Je n'ai besoin de personne».

7 signes de la contre-dépendance affective

Voici 7 signes ou signaux qui montrent que vous êtes contre-dépendant affectif :

  • 1. Vous n'êtes ni solitaire, ni isolé, c'est tout le contraire ! Vous avez beaucoup d'amis mais vous n'allez pas en profondeur dans les relations ;
  • 2. Vous vous souvenez de votre enfance comme solitaire, même si elle était heureuse ;
  • 3. Vous avez parfois des envies de fuir votre vie actuelle : votre indépendance peut vous amener à ne plus pouvoir vivre en couple, etc. ;
  • 4. Vos proches se plaignent que vous êtes émotionnellement distant : vous avez peur de l'abandon ou du rejet.
  • 5. Vous préférez faire les choses par vous-même ;
  • 6. C’est très difficile pour vous de demander de l’aide, vous tenez à votre autonomie ;
  • 7. Vous avez tendance à vous sentir mal à l'aise dans les relations proches : vous ressentez de l'anxiété et de la peur si les relations deviennent trop profondes.

Si vous vous voyez dans les 7 signes ci-dessus, ne désespérez pas car il y a de l'espoir pour vous ! Votre contre-dépendance est probablement causée par une certaine négligence émotionnelle de l'enfance. Et une très bonne chose à ce propos est qu'elle peut être guéri.

Quelles solutions face à la contre-dépendance ?

La thérapie est recommandée si vous trouvez que la contre-dépendance vous a empêché d'être pleinement entouré ou de nouer des relations durables. De nombreux types de psychothérapie peuvent aider. Les suggestions à long terme comprennent la psychothérapie psychodynamique (examiner votre passé pour des raisons qui affectent votre avenir) et la psychothérapie existentielle (explorer votre vision du monde personnelle et des expériences uniques) et une psychothérapie centrée sur la personne, qui se concentre sur votre potentiel de croissance et de changement. Une bonne solution à court terme pourrait être la thérapie interpersonnelle dynamique (TID), qui se concentre exclusivement sur la manière dont vos relations affectent votre bien-être.

Vous pouvez aussi corriger ce qui ne va pas dans votre enfance en vous donnant l’intérêt émotionnel et la validation que vous avez manqués en tant qu’enfant. Ce faisant, vous ne guérirez pas seulement vous-même, vous serez fortifié par vos relations avec les autres. Et vous vous rendrez progressivement compte que c’est en fait votre capacité à vous fier émotionnellement aux autres qui vous rend fort.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

Commentaires 4
  • Bg94

    Je me reconnais dans tous les points quasiment sauf que je n'ai aucun ami. C'est rare qu'on m'appelle mais ma solitude ne me pèse pas. Et honnêtement je me sens très fier de moi quand j'arrive à faire un truc tout seul qui devrait se faire à plusieurs.

  • LuluSmac

    Je reconnais bien ces symptômes , c'est une maladie très sournoise car comme vous le mentionnez, le malade peut être très entouré et pourtant ne pas investir dans ses relations, même s'il y a des signes positifs de la part de son entourage. Fantasmer sur une vie monastique pour fuir le monde et ne pas le faire car il sait au fond de lui même que ce n'est pas ce qu'il cherche. Prendre de l'alcool, des drogues pour être vous cool en société. Confondre l'amitié avec une relation sexuelle. Pour lui c'est tout ou rien, aucune Intimité, ou le sexe où il peut aussi être mal à l'aise en pleine action ce qui perturbera fortement son partenaire. Il supporte difficilement l'autorité, ne compte que sur lui ce qui peut l'amener à ce négliger physiquement. Réfléchi à ce qu'il va pouvoir dire d'intéressant en société ou de tait quand il y a trop de monde. Reste coincé dans l'échelle sociale et à beaucoup de mal à se valoriser. Et dérouté par les compliments et les cadeaux. Etc...

  • anonyme

    bonjour, Je me reconnais complètement dans cette description et je suis soulagée de pouvoir mettre un mot dessus. Je travaille dessus pour entrer plus en profondeur dans mes amitiés et mes relations familiales. Je suis très fermée sur les relations romantiques, la période de flirt me coûte énormément d'énergie, le début de relation aussi, mais dès que la complicité est nouée, je peux avoir des tendances à l'auto-sabottage, mais je m'attache et m'accroche progressivement. La réelle dépendance affective se manifeste au moment de la rupture, où la personne m'obsède et la période de détachement est extrêmement longue. J'idéalise l'autre, notre relation et je mets énormément de temps à envisager me ré-intéresser et m'ouvrir à quelqu'un d'autre. Comment l'expliquer et comment ne plus être dans cette situation ? Merci pour vos conseils

  • Alicia

    Merci pour cet article, c'est mon cas je crois. J'attire les personnes dépendantes affectives (ma mère l'est d'ailleurs de moi) et ça m'étouffe. Du coup, ma réaction est de me couper de tout le monde. Ne rien devoir à personne. C'est pas le grand bonheur mais ça fait du bien de ne rien devoir à personne non plus... J'ai du mal à faire confiance aussi. Je vois trop les besoins de chacun à chaque fois ou les failles. Bref, du coup je m'isole et cherche la liberté totale même si je ne suis pas vraiment heureuse de cette solitude mais ça fait du bien de ne rien devoir a personne...

derniers articles sur affirmation de soi