À l'épreuve du travail

Dans notre monde, le travail prend une place considérable, comment appréhender cela ? Je propose une réponse du point de vue de la psychologie clinique, adossée la psychodynamique du travail

20 DÉC. 2019 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

À l'épreuve du travail

Aujourd'hui, le travail tient une place prépondérante dans notre société. Entre ceux qui cherchent à tous prix un épanouissement par le travail et ceux qui n'arrivent pas à joindre les deux bouts financièrement, même en travaillant, le panel est large. Alors, qu'en est-il réellement ? Je vous propose quelques pistes de réflexion afin que vous puissiez vous situer dans votre réalité actuelle.

"Travailler, c'est combler l'écart entre le prescrit et l'effectif" (Dejours).

De la souffrance au travail...

Même si la souffrance au travail reste taboue puisqu'elle remet en cause l'organisation même du travail tant sur le plan national que global, nous savons bien que dans de nombreuses entreprises ainsi que dans le service public, des personnes, des salarié.e.s, des hommes et des femmes, des entrepreneur.e.s aussi vivent des situations difficiles. On entend également beaucoup le terme de "harcèlement" qui est justifié dans certains cas et moins dans d'autres, à mon avis. Le harcèlement est un sujet très délicat dont nous nous sommes emparés pour expliquer ce qui nous arrive mais sans en détenir toujours tout ce que cela recèle.

Lorsque je reçois des personnes dans mon cabinet, je suis toujours impressionnée de voir combien elles ont pris du temps et de l'énergie à se renseigner sur un vécu qui est le leur afin justement de donner du sens.

Et c'est bien de cela dont il s'agit, la perte de sens, le manque de sens dans le travail qui peut nous assaillir. Autant on parle de burn-out pour un excès, quelque chose qui nous brûle de l'intérieur à force d'un effort trop important, trop répété, du fait de conditions extérieures en contradiction totale avec notre être, autant il y a cette notion de bore-out où l'on s'ennuie, où l'on n'a rien à faire et alors peut poindre le désespoir et parfois une envie d'en finir, que ce soit par trop de charge de travail qui conduit à excès de charge mentale, ou une dévalorisation de soi extrême du fait d'être mis au placard par ses supérieurs-collègues.

Une des clés à tout ce mal-être est la collaboration. Mais comment collaborer sans confiance ? Il est nécessaire de pouvoir se réunir et se mettre au travail pour trouver des solutions qui conviennent à tous. Dans un monde idéal vous me direz, et pourtant c'est ce vers quoi nous tendons.

Juqu'à son épanouissement !

Au niveau individuel, notre responsabilité est d'apprendre à cerner nos limites, et se souvenir que le travail est au service de l'être humain et non l'inverse !

Le travail peut devenir un lieu de fuite, fuite par rapport à soi, fuite par rapport à une vie personnelle insatisfaisante etc mais l'inverse se vérifie également,c'est-à-dire que le travail peut prendre tellement de place, qu'il empiète sur une vie personnelle, de couple, de famille, saine.

Certains signes doivent vous alerter, si vous dormez mal, que vous ne prenez plus soin de vos besoins primaires, que vous avez besoin de vous endormir avec des somnifères, que vous partez au travail systématiquement avec la boule au ventre, que cela n'a plus de sens pour vous, que vous ne passez plus de temps avec les êtres qui vous sont chers, que vous passez plus de temps à travailler qu'à vivre tout simplement!

Evidemment dans tout cela il n'y a aucun jugement, simplement des observations afin de vous amener à sortir d'un éventuel cercle infernal régit par la culpabilité, et une trop grande importance accordée au regard des autres.

Où que vous en soyez, cela est possible d'en sortir en cherchant des ressources à l'extérieur.

Et heureusement, le travail, ce n'est pas que ça ! Le travail c'est une façon de contribuer au monde et à soi, c'est une partie de nous, de notre construction. Le travail ne se passe jamais comme prévu, il nous apprend à trouver des stratégies pour atteindre le but que l'on nous a fixé ou que nous nous sommes fixés, tout en cherchant à préserver notre éthique et notre santé mentale. Le travail nous travaille. Il est toujours un échec au départ pour ensuite "tricher" (référence à Dejours) et réussir enfin. En un perpétuel recommencement.

De nombreuses personnes accordent une place prépondérante au sens dans leur travail, et à l'épanouissement par le travail. Si vous en faites partie ou que vous tendez vers cela, je ne pourrais que trop vous recommander d'aller au plus profond de vous mêmes et de vous reconnecter avec vos envies et besoins profonds pour aller dans le sens de ce qui fait sens pour vous, toujours en vous préservant.

J'aurai l'occasion de vous reparler de cette thématique qui est l'un de mes champs de travail justement, qui est primordiale pour moi et les personnes que j'accompagne. En souhaitant que vous trouviez des pistes pour avancer. Prenez soin de vous.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

Écrit par

Marie-Liesse Leroux

Voir profil
Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

derniers articles sur psychologie travail