Anxiété et troubles gastro-intestinaux : connexions entre le cerveau et l'intestin

Très souvent, les personnes souffrant de troubles anxieux signalent également des troubles affectant le système digestif : gonflement abdominal, douleurs à l'estomac, constipation, etc.

21 SEPT. 2020 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

Anxiété et troubles gastro-intestinaux : connexions entre le cerveau et l'intestin

"Il y a plus de raison dans votre corps que dans votre meilleure sagesse" Friedrich Nietzsche

Il peut arriver qu'en période de stress et de changements, on puisse exprimer son inconfort à travers le corps, mais si cela devient une façon habituelle de réagir aux difficultés ou à certaines situations quotidiennes, la qualité de vie pourrait être considérablement réduite.

Très souvent, les personnes souffrant de troubles anxieux signalent également des troubles affectant le système digestif : gonflement abdominal, douleurs à l'estomac, constipation, dysenterie, estomac fermé et manque d'appétit, difficulté à tolérer la sensation de faim, dyspepsie, nausées et des vomissements.

Le lien entre le cerveau et l'intestin

Dans diverses recherches scientifiques de Michael D.Gershon de l'Université Columbia à New York, il est apparu que le cerveau et l'intestin sont deux organes étroitement liés, en fait ils sont définis respectivement comme le gros cerveau et petit cerveau, comme s'il s'agissait de deux manières différentes dont notre corps doit prendre des décisions. Le cerveau sert de siège aux choix rationnels, tandis que l'intestin aux choix plus inconscients et émotionnels.

De plus, il semble que l'intestin contienne des millions de cellules et de fibres neuronales qui constituent un véritable système nerveux autonome capable d'intégrer et de traiter les stimuli externes et internes reçus par le corps, interagissant avec le système nerveux central par un échange d'informations médiatisé du système psychoneuro-immunoendocrinien (libération d'hormones, nerf vague, système immunitaire). Cela signifie que les deux cerveaux s'influencent mutuellement, déterminant notre état de bien-être psycho-physique.

Ces deux systèmes nerveux interagissent également l'un avec l'autre à travers les systèmes sympathique et parasympathique. Le sympathique est ce qui s'active en cas de danger, tandis que le système parasympathique est utilisé lorsque l'on est en état de relaxation et que le système digestif doit remplir ses fonctions. Donc si nous sommes calmes le système digestif fonctionne bien, tandis que si nous sommes confrontés à un danger potentiel, réel ou présumé, nous pouvons nous retrouver dans un état d'anxiété : l'estomac se bloque, l'intestin se serre et des phénomènes comme la constipation ou la dysenterie peuvent en découler ; des phénomènes qui semblent entrer en conflit, mais qui sont caractéristiques d'une situation de menace présumée : l'estomac se paralyse avant même que le cœur ne s'agite.

Le rôle de l'intestin dans la digestion et l'absorption des nutriments contenus dans les aliments suggère que le mode de vie et la nutrition affectent également la santé de l'intestin, qui à son tour affecte le cerveau.

Le trouble psychologique gastro-intestinal

Ce n'est qu'après avoir effectué tous les tests médicaux qui excluent une cause organique, que l'on peut parler de trouble psychologique gastro-intestinal. Cela ne veut pas dire que le problème n'existe pas ou qu'il est simulé, mais qu'aucune condition médicale ne peut le justifier.

Les facteurs qui entrent en jeu dans ce type de problème sont nombreux :

  • facteurs héréditaires / génétiques,
  • maladies métaboliques,
  • habitudes alimentaires,
  • tabagisme,
  • événements stressants,
  • mode de vie sédentaire
  • manque d'activité physique.

Ce nombre complexe de facteurs rend très difficile la résolution du trouble gastro-intestinal à court terme, mais grâce à une voie psychothérapeutique, il est possible d'apprendre à reconnaître les signes d'anticipation et d'apprendre des stratégies pour gérer les situations dans lesquelles le problème survient.

Souvent, les personnes qui expriment leur souffrance à travers le corps ont du mal à nommer leurs émotions et à les reconnaître, la communication se fait donc par le canal non verbal et l'intestin se comporte comme s'il était l'interlocuteur privilégié de la communication.

L'intestin pourrait devenir l'un des meilleurs alliés ou l'un des pires ennemis, selon que vous le regardiez avec curiosité ou méfiance. Si nous pouvions ignorer l'urgence de tout comprendre immédiatement, cela pourrait devenir une bonne occasion de prendre soin de nous et d'accueillir la partie émotionnelle gardée cachée.

Nos thérapeutes sont à votre écoute si vous avez des problèmes d'anxiété.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Bibliographie

  • Michael D. Gershon, 2000, The Second Brain: A Groundbreaking New Understanding of Nervous Disorders of the Stomach and Intestine, Harper Collins, New York. 

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

2 Commentaires
  • Naj

    Très bel article merci pour vos partages

  • Lina

    Souvent, les personnes qui expriment leur souffrance à travers le corps ont du mal à nommer leurs émotions Comment nommer les émotions ??? Et les reconnaître, pouvez vous me donner des pistes

derniers articles sur anxiété