Attention aux applications de santé mentale

Des milliers d'applications mobiles en santé mentale sont disponibles sur le marché mais qu'en est-il réellement de leur efficacité ?

20 MARS 2020 · Lecture : min.
Attention aux applications de santé mentale

Selon l'OMS (Organisation Mondiale de la santé), 29% de la population développera au cours de sa vie un trouble psychique. Malheureusement, 55% de ces personnes dans les pays développés et 85% dans les pays en voie de développement ne se voient pas recevoir l'aide dont elles auraient besoin. En cause, différentes choses : premièrement, l'accès aux soins psychologiques n'est pas un réflexe pour de nombreuses personnes, qui pensent et/ou préfèrent se soigner seules. De plus, les structures de soins psychologiques sont, dans les pays développés presque toujours saturées, faute de place et de moyens financiers. Dans les pays en voie de développement, ces structures sont quasiment inexistantes.

Pour palier à ces failles, les applications mobiles ont vu le jour et sont de plus en plus nombreuses. Et pour cause, aujourd'hui tout le monde dispose d'un smartphone et les applications mobiles, toutes plus diverses et variées les unes que les autres, font partie de notre quotidien, aussi bien dans les zones urbaines que rurales.

Si vous vous connectez sur le store, vous trouverez diverses appli de santé mentale. Certaines, comme "PTSD Coach" ou "Support Coach" ont été développées dans le but de donner des conseils et du soutien aux personnes souffrant de troubles mentaux afin de les accompagner au mieux dans les moments difficiles. D'autres peuvent par exemple vous envoyer des notifications pour vous interroger sur votre humeur du moment, sur votre sommeil de la nuit passée, etc. et qui vous proposeront des solutions si vous répondez par la négative à ces questions. D'autres encore, utilisent les données collectées par votre smartphone via l'application pour alerter des professionnels si vous émettez des signes de rechute dépressive, par exemple. C'est le cas de l'application "ginger.io" qui enregistre vos habitudes de communication et qui peut prévenir un professionnel en santé mentale si votre fréquence de sms envoyés chute brutalement, ce qui peut traduire un isolement social par exemple (en lien avec une aggravation des symptômes dépressifs).

Mais qu'en est-il de l'efficacité des applications mobiles dans le domaine de la santé mentale ? Peut-on réellement remplacer les psychothérapies et les psychologues par une appli disponible 24h/24 ?

Malheureusement, la recherche scientifique quant à l'efficacité clinique de ces applications n'en est qu'à ses débuts. Et la majorité des applications disponibles n'ont jamais été testées scientifiquement. En 2013, des études ont estimé que plus de 1500 applications de prise ne charge de la dépression étaient disponibles sur les stores mais que seulement 32 publications scientifiques existaient à ce sujet... La cause de ce manque de validation scientifique ? Le coût financier. La recherche scientifique coûte très cher et est, en outre, souvent très longue à réaliser si l'on veut des résultats de confiance.

Dans le domaine de la santé mentale, cette absence de validation et de contrôle scientifique peut avoir des conséquences extrêmement néfastes sur la santé des utilisateurs. Une étude de 2016 menée par des chercheurs australiens ont par exemple montré que parmi les 82 applications liées aux troubles bipolaires, plusieurs d'entre elles prodiguaient des conseils dangereux. L'une d'entre elles conseillait aux patients en phase maniaque de boire de l'alcool pour s'endormir tandis qu'une autre affirmait que les troubles bipolaires étaient contagieux. Ces deux applications ne sont plus sur le marché aujourd'hui. D'autres applications ont également vu leur application être détournée de leur objectif principal par leurs utilisateurs. C'est le cas notamment d'une application du gouvernement Suédois qui avait pour but de réguler la consommation d'alcool de ses utilisateurs en leur permettant de noter sur l'application chaque verre bu afin d'estimer leur consommation. Finalement, une étude de 2014 sur cette application a démontré que les utilisateurs ne réduisait pas leur consommation d'alcool mais la fractionnait seulement.

Finalement, un accompagnement par un professionnel en santé mentale couplée à l'utilisation d'une appli mobile semble être le plus adapté pour l'instant puisque plusieurs études ont mis en évidence que les applications mobiles en santé mentale pouvaient voir leurs effets bénéfiques décuplés si elles étaient utilisées en complément d'une psychothérapie avec un professionnel de santé mentale. Une étude pilote de 2016 a montré que des vétérans américains qui utilisaient l'application "PTSD Coach" et qui bénéficiaient en plus des conseils et du soutien de leur médecin traitant voyaient leur symptomatologie baisser de façon plus significative que les vétérans qui avaient seulement utilisés l'application pendant un temps donné.

Photos : Shutterstock

Article inspiré du magazine Cerveau&Psycho n°91

Écrit par

Bérénice Lefebvre

Voir profil
Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail

derniers articles sur psychologie en ligne