Autisme, entre émotion et communication

L'apprentissage de la communication des émotions et expressions des enfants concernés par l'autisme.

12 JUIL. 2021 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

Autisme, entre émotion et communication

Avec le temps et les expériences les autistes prennent eux-mêmes conscience de leur décalage. Certains auront besoin d'être accompagnés, et d'autres expérimenteront par eux-mêmes ; néanmoins pour développer leur communication et apprendre toutes les subtilités du langage, tous auront pour point commun l'imitation dite manuelle comme technique d'apprentissage.

L'expression d'imitation manuelle chez les autistes

L'imitation volontaire par expérience ou par accompagnement a pour but de remplacer le travail d'apprentissage des neurones miroirs qui sont défaillants chez les autistes. D'où l'expression d'imitation manuelle car ici il remplace un travail qui chez des personnes neurotypiques est automatique. C'est un travail d'apprentissage possible mais, qui, pour le coup, demande plus d'efforts pour une personne autiste.

Par ex. : Quand Philippe a mal, il dit d'une manière affolée : « Il n'a pas vu la marche ». Ce sont les mots qu'il a entendus dire par son papa quand il est tombé dans l'escalier. Il lie la douleur qu'il ressent à ces mots et les répète quand il ne se sent pas bien.

Quand une personne autiste imite une autre personne, elle essaie d'apprendre les comportements sociaux et les réactions spontanés. Il est très difficile pour une personne autiste d'avoir des réactions adaptées socialement, elle doit d'abord passer par un processus d'imitation (un peu comme la reproduction d'une pièce de théâtre), et même si cela se répète à plusieurs reprises (comme de l'écholalie) c'est pour comprendre le ressenti et l'effet que cela a dans une conversation, c'est avec l'envie d'expérimenter que les réactions subjectives et adaptées se créent et que la personnalité sociale d'une personne autiste se développe par la suite.

Le fait que Philippe dise « il n'a pas vue la marche » de manière affolé n'a certes pas toujours un sens logique dans sa propre situation à lui, et il faut comprendre que lui-même en a conscience. Cependant, il continue quand même de le dire lorsqu'il se fait mal, car dans cette première impression qu'il a eue de cette situation (celle où son père se fait mal), il a retenu l'intensité qui était exprimée dans cette phrase. Et le fait de le répéter dans la même intensité, c'est sa manière à lui d'exprimer un ressenti avec cette même intensité.

Ce genre de situation illogique doté de mimiques ou de stéréotypie vient simplement de leur technique d'apprentissage par l'imitation. Certes de manière étrange ou inadaptée à la situation, mais, dans ce moment, Philippe partage bel est bien une émotion avec vous, car, comme c'est compliqué pour lui de correctement l'exprimer, il imite ce qu'il a déjà vu et lui semble juste de retranscrire.

Cet apprentissage se base sur une autre logique que le sens des mots, mais elle reste une forme d'intelligence tout de même, car avec de l'expérimentation personnelle, un autiste sera tout à fait capable dans le temps de garder uniquement l'intensité émotionnelle et d'utiliser par la suite ses propres mots pour l'exprimer.

Merci à vous pour votre lecture, si vous souhaitez en apprendre davantage sur le fonctionnement autistique, je vous invite à lire les références bibliographiques.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

Écrit par

Thomas Villa

Voir profil

Bibliographie

  • La Différence invisible de Julie Dachez

  • Je suis à l'Est ! de Josef Schovanec

  • Je suis né un jour bleu de Daniel Tammet

  • La Forteresse Riche de Thomas Villa

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

derniers articles sur autisme