Auto-sabotage : pourquoi vous vous retenez

Vous voulez passer au niveau supérieur dans tous les aspects de votre vie, mais quelque chose continue de vous gêner. Pourriez-vous être ce "quelque chose" ?

21 FÉVR. 2022 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

Auto-sabotage : pourquoi vous vous retenez

Nous nous auto-sabotons tous dans une certaine mesure. Il peut s'agir de renoncer à ce cours d'entraînement ou d'être en retard pour cette date alors que les choses deviennent sérieuses. Il peut être difficile de surmonter nos propres "choses".

Mais lorsque le comportement d'auto-sabotage devient persistant, cela peut vous amener à faire face à des défis dans tous les domaines de votre vie, y compris la maison, l'école, le travail et les relations.

Comprendre pourquoi l'auto-sabotage se produit et comment y faire face peut collectivement être un pas de plus vers la libération de votre véritable potentiel.

Qu'est-ce que l'auto-sabotage ?

L'auto-sabotage peut être considéré comme un schéma de pensées et de comportements dans lesquels vous vous engagez, souvent sans même le savoir, qui crée des obstacles à la réalisation de vos objectifs.

Si cela semble négatif, rassurez-vous ; le mot "sabotage" est un peu impropre, ou un mot qui ne signifie pas réellement ce qu'il semble communiquer.

L'auto-sabotage n'est pas du tout du sabotage. Il s'agit en fait d'un mécanisme de protection créé par votre psychisme afin de vous protéger de tout danger ou préjudice potentiel. Ce qui nous est familier, c'est ce que notre psyché considère comme sûr.

En d'autres termes, vous n'êtes peut-être même pas conscient d'un comportement d'auto-sabotage, et ce n'est pas quelque chose que vous faites exprès.

Signes que vous vous sabotez

Le comportement d'auto-sabotage est différent pour tout le monde. Cela dépend en grande partie du contexte.

Plus généralement, cependant, voici quelques signes auxquels vous pouvez vous identifier :

  • procrastination
  • éviter les responsabilités, même si c'est parce que vous "oubliez"
  • rompre ses promesses ou ne pas tenir ses engagements
  • impréparation
  • décalage entre vos désirs et vos actions
  • se présenter en retard à des rendez-vous ou réunions importants
  • consommation de substances
  • abandonner quand les choses deviennent plus difficiles

Exemples de comportement d'auto-sabotage :

  • Vous avez un entretien d'embauche important le matin. Vous restez dehors tard pour boire avec vos amis la veille.
  • Votre famille paie pour l'université. Vous échouez à votre examen d'entrée parce que vous ne vous y êtes pas préparé.
  • Vous voulez vous marier et fonder une famille. Vous choisissez un partenaire émotionnellement indisponible.

5 raisons pour lesquelles vous pourriez le faire

L'auto-sabotage n'est pas une condition en soi, mais il peut être le signe de plusieurs choses. Voici quelques causes de comportement d'auto-sabotage :

1. Syndrome de l'imposteur.

Si vous avez des doutes sur vous-même ou si vous pensez que vous n'êtes pas assez talentueux en raison du syndrome de l'imposteur, vous pouvez laisser tomber plutôt que de risquer que quelqu'un découvre que vous êtes une « fraude ». Ce n'est bien sûr pas le cas, mais vous pouvez avoir l'impression que c'est le cas, malgré votre éducation, votre expérience et vos réalisations.

2. Vous êtes sur la clôture.

L'ambivalence fait référence au fait d'avoir des sentiments mitigés à propos de quelqu'un ou de quelque chose, d'être incertain de la prochaine étape ou de la décision à prendre. Cela peut vous donner l'impression d'être dans une situation difficile, et toutes vos options présentent des défis.

Lorsque vous vous auto-sabotez, vous déplacez inconsciemment les choses dans un sens ou dans l'autre, de sorte que vous n'êtes plus obligé de prendre cette décision difficile. Cela peut diminuer vos sentiments de submersion émotionnelle ou d'anxiété au sujet de la prise de décision.

3. Peur du succès.

Une personne peut s'auto-saboter par peur de réussir

Cela peut sembler déroutant, mais réussir implique beaucoup plus de responsabilités et de prise de risques. Une personne peut avoir peur de la pression supplémentaire du succès.

En règle générale, un succès accru entraîne un certain nombre de changements, comme ceux énumérés ci-dessus, et plus encore, comme l'endroit où vous vivez, les personnes avec lesquelles vous passez du temps. Cela peut s'accompagner d'un sentiment de perte ou de peur de l'inconnu.

4. Peur de ce que pensent les autres.

Il n'est pas rare de s'auto-saboter pour éviter le stress qui vient des attentes des autres.

Inconsciemment, une personne peut craindre d'être rejetée ou ridiculisée par ses amis ou ses proches si elle n'atteint pas ses objectifs. Pour certains, cette pression peut conduire à des pensées ou à des comportements qui aboutissent à l'auto-sabotage.

5. Éviter la douleur émotionnelle.

L'auto-sabotage atténue le risque de faire face à l'inconfort.

L'auto-sabotage peut nous offrir la facilité de dire « ce n'était pas mon destin » plutôt que d'avoir le sentiment inconfortable que ne pas atteindre nos objectifs était de notre faute.

Personne n'aime le sentiment de regret, d'embarras ou de honte. Même si nos actions sont conscientes, il est préférable de dire « ne pas avoir cette opportunité était mon choix ».

6 façons de vous responsabiliser et d'éviter l'auto-sabotage

Devenir plus conscient de vos tendances à l'auto-sabotage peut vous aider à agir. Voici quelques conseils à prendre en compte :

1. Recadrez-le.

Une fois que vous arrêtez de le considérer comme du sabotage et que vous commencez à le voir comme des parties de votre cerveau essayant de vous protéger, vous pouvez développer les compétences de la curiosité compatissante pour remarquer ce qui se passe et ce dont vous avez peur.

Lorsque vous pouvez commencer à avoir une curiosité compatissante à propos de vos peurs, vous pouvez commencer à les surmonter. Vous pouvez faire des parties de votre cerveau qui ont peur vos alliés au lieu d'ennemis pendant que vous effectuez le changement.

Identifier les distorsions cognitives dans lesquelles vous vous engagez le plus souvent peut également vous aider dans ce processus.

2. Observez les motifs.

On dit que la façon dont nous faisons une chose est la façon dont nous faisons tout.

Vous trouverez peut-être utile de tenir un journal et de réfléchir aux scénarios qui continuent de se présenter.

Si vous vous retrouvez plus d'une fois dans des situations similaires - qu'il s'agisse d'un entretien d'embauche de rêve, d'une relation à long terme ou d'une dispute qui ne se résout jamais - demandez-vous pourquoi.

« Pourquoi suis-je revenu ici ? Si vous avez l'impression que vos expériences se déroulent en boucle, comme "Un jour sans fin", l'auto-sabotage peut en être la raison ».

3. Créer des actions alternatives.

Sous l'auto-sabotage, il y a souvent une émotion inconfortable que vous préférez ne pas ressentir, comme la peur de l'échec, du succès, de l'abandon, de l'engagement ou de l'inadéquation.

Une fois que vous avez identifié ce que c'est, envisagez d'utiliser un journal pour répertorier les comportements d'auto-sabotage (ou d'auto-préservation) que vous adoptez habituellement.

À partir de là, identifier trois actions alternatives peut vous aider à vous rapprocher de vos objectifs. Vous trouverez ci-dessous des exemples de sentiments courants et d'actions ultérieures.

Sentiment :

  1. Peur d'être promu
  2. Peur de l'abandon
  3. Peur de l'engagement

Acte d'auto-préservation :

  1. Se taire en réunion même quand on a des choses à dire
  2. Tromper mon partenaire, donc je dois "partir" en premier
  3. Attendre la dernière minute pour envoyer une candidature à l'université

Actions alternatives :

  1. Peur d'être promu - Se taire en réunion même quand on a des choses à dire
    1. Parler avec mon manager de mes peurs
    2. Tendre la main à un mentor
    3. Afficher des affirmations positives à mon bureau
  2. Peur de l'abandon - Tromper mon partenaire, donc je dois "partir" en premier
    1. Parler à mon partenaire de sentiments difficiles
    2. Proposer une thérapie de couple
    3. Lire des livres sur la théorie de l'attachement
  3. Peur de l'engagement - Attendre la dernière minute pour envoyer une candidature à l'université
    • Planifier un rythme de cours gérable avec un conseiller d'orientation
    • Exprimer des craintes à mes parents
    • Postuler à 5 écoles de secours

4. Faire de petits changements.

Si l'auto-sabotage est une de vos habitudes depuis longtemps - disons des années - il va être difficile de commencer à prendre des mesures pour faire les choses différemment. Au lieu de cela, essayez d'y aller lentement et reconnaissez que cela prendra du temps.

Les grands changements de comportement commencent par de très petits changements de comportement. Entraînez-vous à agir de petites manières qui vous font avancer vers vos objectifs tout en reconnaissant les émotions difficiles qui surviennent au fur et à mesure que vous le faites.

5. Engagez-vous dans un discours intérieur positif.

Déterminez votre dialogue interne négatif et changez-le en un discours intérieur plus positif. Une fois que vous avez une image de soi plus positive, vous pouvez commencer à arrêter de vous saboter et à travailler pour la vie que vous méritez.

Vous trouverez peut-être utile de noter les pensées inutiles que vous avez pendant la journée. Notez-les dans votre journal ou votre téléphone. Déclarez ensuite une pensée de remplacement qui correspond davantage à ce que vous voulez ressentir, que ce soit dans votre tête, à haute voix ou en l'écrivant.

"C'est impossible" devient "C'est nouveau, et j'apprends à m'approprier cela". Lorsque vous modifiez votre récit interne, votre réalité externe peut commencer à refléter ce changement.

6. Demandez de l'aide.

L'auto-sabotage peut être complexe, et vous n'avez pas à le faire seul.

Un professionnel de la santé mentale peut vous aider à explorer vos schémas de pensée et vous montrer comment ils conduisent à certains comportements.

Vous trouverez peut-être utile d'utiliser l'outil de recherche de psychologue.net pour localiser un thérapeute près de chez vous.

Résumons

L'auto-sabotage est la façon dont votre cerveau essaie de vous protéger de la douleur émotionnelle.

S'il ne vous sert plus, de nombreuses options sont disponibles pour commencer à changer les choses. Vous pouvez identifier vos schémas, proposer des mesures alternatives et travailler avec un professionnel de la santé mentale pour vous aider à atteindre vos objectifs.

Plus important encore, alors que vous passez à une nouvelle façon d'être, essayez d'être compatissant envers vous-même.

Nous agissons tous de manière à confirmer les histoires que nous racontons sur nous-mêmes. Si vous avez intériorisé des histoires négatives sur vous-même, c'est douloureux et difficile. Il est naturel d'essayer de minimiser la douleur future.

Et une fois que vous savez différemment, vous pouvez faire différemment.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

Écrit par

Thomas Villa

Psychopracticien PNL TCC EMDR et Chercheur nº Adeli : 82219049200014

Cursus asperger en psychologie et sciences cognitives, il est spécialisé en TCA, TDAH, TOC, TSPT, TDI, TSA et Psychoses en autres. Travaillant en parallèle au sein du collectif cerveaubleu.org comme chercheur sur le développement cognitif chez les enfants présentant les troubles du spectres autistiques.

Voir profil

Bibliographie

  • Pathak S. (2021). Personal interview.
  • Patterson J. (2021). Personal interview.
  • Wagage S. (2021). Personal interview.
  • Pruden K. (2021). Personal interview.

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

Commentaires 1
  • CBL

    Wow merci tailment pour vos conseils, je suis enfin prêt à commencer ma poursuite afin de détruire mes peures qui existe dans moi depuis beaucoup trop longtemps. Merci encore!

derniers articles sur confiance en soi