Avez-vous peur de la solitude ?

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Ressentez-vous un vide quand vous êtes seul.e ? C’est un signe que vous perdez votre individualité et que vous dépendez des autres. Cela pourrait nuire à votre estime...

2 JUIL. 2019 · Lecture : min.
Avez-vous peur de la solitude ?

Quand existe-t-il une dépendance émotionnelle ? Quand les affections deviennent-elles pathologiques et dangereuses pour notre santé physique et mentale ?

Quand nous ne laissons pas de place à l’autonomie personnelle ; quand nous confondons amour et dépendance ; quand la relation affective annule l’individualité en produisant un sentiment de vide en l’absence de l’autre. Quand on est mal l’un avec l’autre, mais qu’on ne peut pas vivre sans l'autre.

Les personnes qui ont des relations dépendantes ont souvent besoin de leur "drogue personnelle" : le/la partenaire, les amis, les parents... On peut même dépendre émotionnellement de ses enfants et de leur vie. Les peurs et les insécurités dominent ces personnes. En effet, le mythe de "la moitié " ou de "n'être rien sans l’autre" est le reflet de craintes répétitives de solitude et d’abandon qui peuvent conduire les personnes à se laisser vivre en perdant le respect de soi et l’amour-propre. La dépendance affective est liée à une carence émotionnelle et constitue le principal obstacle à la croissance personnelle.

Bien se connaître soi-même

Les peurs agissent comme des protecteurs pour que la personne dépendante n’entre pas en crise. La séparation est vue comme une chose horrible ; mais l’attachement maladif ne cesse pas de ronger ces personnes de l’intérieur. La première chose à faire pour mettre fin aux peurs engendrées par ces liens dépendants est de prôner la connaissance de soi, c’est la voie qui peut aider la personne à s’aimer.

Je me souviens d’une phrase d’une patiente qui ne voulait pas accepter la séparation après huit ans de mariage : "C’est ma sécurité, il ne peut pas m’abandonner, vivre n’aura plus de sens", disait-elle (Monia Presta, 2010, Applaudissez-vous, ed. Planète)". Cette peur de l’inconnu ne lui permettait pas de faire face à sa nouvelle vie seule, avec ses propres ressources. Jusqu’à ce qu’un jour elle comprenne que pour surmonter cette douleur elle devait accepter la séparation et entrer en crise avec elle-même, faire face à ses carences, son histoire et résoudre ses problèmes. Se connaître et apprendre à être dans la solitude sans mourir, en s’aimant, a été la clé essentielle qui a conduit à la transformation. L’auto-connaissance crée la sécurité en soi et aide à perdre la peur de l’inconnu. Le changement à partir du passé.

Un autre point intéressant est de prendre en compte l’histoire personnelle de chacun. Nous sommes le fruit de nos expériences affectives passées. Il est possible de grandir et d'aller vers le changement lorsque l'on connaît les mécanismes à l’origine de la dépendance. Si on peut connaître l’origine, on peut commencer à voir la vie avec d’autres lunettes et la réinscrire, en lui donnant un nouveau sens.

La vie elle-même est un changement, un mouvement imprévu. Si vous en êtes conscient.e, vous aurez plus de ressources pour affronter la vie et être plus satisfait.e. Quand tout cela nous dépasse, il est conseillé de demander de l’aide à un professionnel expérimenté, qui pourra vous donner les outils pour activer vos propres capacités et ressources, afin d'encourager l’indépendance affective.

Les clés pour devenir indépendant.e

  • Comprenez vos peurs ;
  • Bannissez la peur ;
  • Concentrez-vous sur le moment présent ;
  • Consacrez-vous quelques instants par jour pour être avec vous-même ;
  • Faites quelque chose qui vous rend heureux.se : une promenade sur la plage, lire un livre, etc.
  • Levez-vous avec un but ;
  • Décidez d’être heureux ;
  • Réjouissez-vous de vos réussites.

Photos : Shutterstock

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail

derniers articles sur dépendance affective