Psychologue.net
Sur Google Play Sur la App Store

C'est important d'avoir une boîte à outils thérapeutiques riche

Liliana Mingita, psychologue clinicienne et thérapeute familiale, nous raconte quel a été son parcours, ce qui l'a poussé à se spécialiser en EMDR et comment elle est devenue spécialiste en adoption.

11 févr. 2013 Interviews - Lecture : min.

psychologues
Liliana Mingita

Liliana Mingita est une psychologue clinicienne et thérapeute familiale spécialisée dans les domaines de l’adoption, clinique de l’attachement et la thérapie EMDR.

Nous vous proposons de découvrir son parcours, universitaire et professionnel, ainsi que les outils thérapeutiques qu’elle utilise pour prendre en charge ses patients.

  • Quelles formations avez-vous suivies ?

J'ai suivi une formation en psychologie en Roumanie, à l'Université Babes-Bolyai à Cluj-Napoca, (Transylvanie). Pendant cette première étape de mon parcours universitaire, j'ai été formée à la psychologie cognitive-comportementale. Par conséquent, je me suis rendue compte de la nécessité de compléter mon cursus afin d'élargir mon champ de compétences.

J'ai donc décidé de quitter la Roumanie pour poursuivre des études complémentaires en France, à l'Université Paris V – René Descartes. J'y ai tout d'abord suivi un Master en Psychologie Clinique et Psychopathologie, qui m'a permis de pouvoir exercer en France.

Pendant le master, j'ai effectué différents stages et je me suis intéressée, en particulier, aux enfants placés et à l'approche d'une pédiatre hongroise, Emmi Pikler, directrice d'une pouponnière. L'approche de ce médecin est plus connue sous le nom de pédagogie Lóczy (d'après le nom de la rue de cette pouponnière à Budapest). 

De plus, j'ai suivi un stage dans le cadre d'un projet de recherche à l'Hôpital Bichat, département de psychiatrie Infanto-Juvénile, concernant les compétences parentales et l'attachement dans la petite enfance.

Mes premiers pas, en tant que clinicienne, m'ont conduit à approfondir différentes approches. Ainsi, j'ai enchaîné sur plusieurs Diplômes Universitaires et, en parallèle, cherché du travail.

J'ai suivi un DU sur l'Attachement – Concepts Cliniques et Applications pour l'enfant, adolescent et adulte, à Paris VII, sous la direction du Pr A. Guedenay, puis un DU en Psychiatrie Infantile, à Paris V, sous la direction du Pr B.Golse et du Pr S. Missonier.

J'ai également suivi une formation à Paris VIII, qui m'a permis d'obtenir un Diplôme Supérieur Spécialisé (Bac+5) en "Clinique Familiale et thérapies systémiques".

Je me suis aussi intéressée et formée à l'approche EMDR pour adultes et enfants, une approche très pertinente, homologuée par l'OMS, dans le traitement du stress post-traumatique. Cette thérapie vise à retraiter les expériences de vie négatives qui contribuent au dysfonctionnement. Il s'agit de tous les évènements de vie négatifs et perturbateurs qui continuent à avoir un impact négatif sur le patient, peu importe si ces évènements étaient "traumatiques" ou pas.

Si j'ai suivi toutes ces formations c'est parce que je pense qu'un professionnel en santé mentale doit adapter sa prise en charge en fonction de la problématique du patient. C'est pourquoi c'est important pour moi d'avoir une boîte à outils thérapeutiques riche, afin de répondre au mieux aux besoins de ces différents patients.

  • Parlez-nous de votre parcours professionnel.

Mon parcours professionnel commence en parallèle des formations, avec l'envie de  mettre à profit mes solides connaissances acquises au cours de mon parcours universitaire et, notamment, en psychiatrie infantile, attachement et clinique familiale.  

Mes compétences ont été renforcées par une expérience professionnelle au sein de différentes structures, publiques ou privées, chargées de la protection de l'enfance. De surcroit, au cours de mes missions, je me suis toujours engagée pour la cause des enfants, mais aussi pour celle de leur famille, notamment à travers "Le Fil d'Arianne", une association pour laquelle j'ai assuré des interventions au sein de plusieurs Conseils Généraux, des ateliers thérapeutiques et de guidance parentale, ainsi qu'une permanence téléphonique pour les familles en détresse.

À l'association Olga Spitzer, j'ai été nommée chef de projet pour la petite enfance, pouvant ainsi mettre à profit mes connaissances cliniques auprès des enfants et des adultes dans le cadre de la mise en œuvre d'un projet innovant.

  • Quand est-ce que vous avez commencé à exercer en libéral ?

J'ai décidé à me lancer et de commencer à exercer en libéral car il était difficile de trouver une activité salariale en tant que psychologue.

J'ai débuté en libéral à Colombes, en 2011, dans un cabinet que je partage avec d'autres professionnels. Je consulte aussi sur Paris, dans un autre cabinet que je partage avec un psychothérapeute et une psychiatre.

En libéral, la clientèle est homogène, je reçois des adultes, des adolescents, des enfants, des couples et des familles.

  • Quels sont vos outils théoriques de prédilection ?

Toutes ces années passées à étudier m'ont aidé à ouvrir mon esprit à d'autres manières de soigner et apaiser mes patients, grâce à l'appropriation de différentes approches qui se sont avérées pertinentes dans ma pratique clinique. Aujourd'hui, il me semble important de pouvoir créer une synergie de ces approches car, si chacune fait ses preuves individuellement, c'est leur combinaison adaptée au cas de chacun qui aura la plus grande chance de transformer la douleur psychique et de redonner à la vie un nouvel élan.

Ainsi, dans mon travail avec les familles, pour analyser la dynamique familiale, j'utilise la théorie systémique, qui décode les interactions verbales et émotionnelles, par des jeux de rôle et un travail de communication. Afin d'observer la qualité d'attachement et la capacité de contenance des affects, j'accorde une importance particulière à la théorie de l'attachement, car cette approche psychodynamique en lien avec les avancées en neurosciences confirme l'importance de la relation interpersonnelle, indispensable à l'épanouissement du fonctionnement humain.

J'utilise également l'EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing, c'est-à-dire désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires). Je suis toujours surprise par les résultats de cette thérapie, dont je suis le témoin dans mon cabinet, car je connais peu de choses aussi impressionnantes que l'EMDR.

Il est important, pour moi, d'utiliser, en fonction de la situation, des outils thérapeutiques pour lesquels j'ai suivi des formations. Je peux ainsi proposer une prise en charge adaptée aux besoins de chaque patient, couple et famille.

  • Quels sont vos champs de compétences ?

Le périmètre de ma mission est large :

  • Bilans d'efficience intellectuelle
  • Échec scolaire
  • Dépression
  • Stress
  • Traitement du syndrome post-traumatique
  • Phobies
  • Repli sur soi
  • Adolescence
  • Deuil
  • Tentative de suicide
  • Délinquance
  • Conduites addictives
  • etc.

Par ailleurs, mes différentes expériences professionnelles dans le secteur de la protection de l'enfance et de l'adoption m'ont permis d'acquérir des connaissances solides et d'être formée au travail clinique auprès des enfants, de leur famille et des intervenants.

  • Organisez-vous et/ou animez-vous des formations, ateliers, groupes de parole, séminaires, etc. ?

Dans le cadre de mon travail concernant les familles et l'adoption, j'anime, en amont, des séances de formation pour des parents, favorisant ainsi l'accès au conseil en santé mentale des enfants, pour assurer, au mieux, les conditions de réussite de leur projet. J'anime également des formations auprès de structures privées et publiques.

De plus, j'ai été contactée récemment par une journaliste du programme 100% Mag sur M6, à travers Psychologue.net, pour réaliser une interview sur les couples mixtes.

  • Actuellement, quels sont les sujets qui vous intéressent le plus dans le domaine de la psychologie ?

Je suis très intéressée par la possibilité d'en savoir plus sur le lien entre cerveau, pensée et émotions. Les découvertes en neuroscience ont considérablement élargi la compréhension sur le fonctionnement du cerveau. 

Comme disait Freud, "Votre génération verra la synthèse se faire entre la psychologie et la biologie". C'est quelque chose qui est très intéressant à explorer, faire le lien entre le cognitif et l'émotionnel, avec tous les processus comportementaux qui en découlent. C'est vraiment formidable de pouvoir s'en servir.

Photos : Liliana Mingita

C'est important d'avoir une boîte à outils thérapeutiques riche

C'est important d'avoir une boîte à outils thérapeutiques riche

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail

INFORMATION BASIQUE SUR LA PROTECTION DES DONNÉES
Responsable: Verticales Intercom, S.L.
Finalités:
a) Envoi de la demande au client annonceur.
b) Activités de publicité et prospection commerciale pour divers médias et canaux de communication de produits et services propres.
c) Activités de publicité et prospection commerciale pour divers médias et canaux de communication de produits et services de tiers de différents secteurs d’activité, pouvant impliquer la cession de données personnelles aux dits tiers.
d) Segmentation et élaboration de profils pour des finalités de publicité et prospection commerciale.
e) Gestion des services et applications qu’offrent le Site aux Utilisateurs.
Légitimation: Consentement de l’intéressé(e).
Destinataires: Il est prévu de céder les données aux clients annonceurs pour mener à bien la demande d’information sur les services annoncés.
Droits: Vous avez le droit d’accéder, rectifier et éliminer les données ou de vous opposer au traitement des mêmes ou à l’une des finalités, ainsi que d’autres droits, comme il est expliqué dans l’information additionnelle.
Information additionnelle: Vous pouvez consulter l’information additionnelle et détaillée sur la Protection des Données sur psychologue.net/proteccion_datos

À lire aussi