Cheval, miroir de ... tout un tas de truc !

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Cela fait un moment que je n'ai pas écrit d'article sur les chevaux. J'avais commencé un billet sur les bienfaits du cheval dans la dépression. Mais pourquoi se contenter de parler d'une pat

29 août 2017 · Lecture : min.
Cheval, miroir de ... tout un tas de truc !

Cela fait un moment que je n'ai pas écrit d'article sur les chevaux. J'avais commencé un billet sur les bienfaits du cheval dans la dépression. Mais pourquoi se contenter de parler d'une pathologie qui, certes, touche un français sur cinq alors que je peux évoquer ce que m'apporte / nous apporte les chevaux au quotidien, dans la maladie comme dans la santé ? En bref, j'ai envie de vous parler de ce quadrupède herbivore, miroir de nos émotions, de nos états d'âme donc miroir de nos états d'être.

Alors docteur ? Est-ce grave ?

Je ne vais certainement pas répondre à cette question pernicieuse.^^' Je vais plutôt vous raconter un souvenir, une expérience particulière que j'ai vécue avec un étalon postier breton : il cherchait à me mordre le bras sans arrêt. J'avais beau le repousser, l'écarter, il revenait sans cesse à la charge, pinçait de plus en plus fort et il allait finir par attraper la peau sous les vêtements. J'étais désemparée et de plus en plus inquiète. Lui mettre une claque était la porte ouverte à plus de violence et j'aurais été perdante, vu sa taille et son poids. L'intervenante m'a simplement demandé de me recentrer sur moi, au lieu de me disperser aux quatre coins du paysage. Après quelques respirations amples, au moment où je réussissais l'exercice, le cheval cessa immédiatement ses attaques pour se poser, calme, au repos, sans plus s'occuper de moi. En quelques secondes, je venais de recevoir une sacrée leçon de présence ! Voilà de quoi les chevaux sont capables pour peu qu'on les laisse s'exprimer et qu'on les écoute.

Des anecdotes comme celle-ci, tous ceux qui côtoient les chevaux en ont plein les poches, souvent sans clé de décodage parce que l'équitation nous apprend à accomplir les gestes de base (brosser, seller, emmener un cheval en main) ou à monter mais pas à être présent avec le cheval. Ce que je trouve dommage, voire déplorable pour le cheval et l'équitant (je regroupe sous ce terme les cavaliers et ceux qui côtoient les chevaux sans les monter). Nous avons donc des cavaliers ou des accompagnants qui se font bousculer, marcher sur les pieds, qui se font pincer ou mordre. Pourquoi ? Parce que les chevaux nous interpellent sur notre incapacité à rester dans l'instant présent.

shutterstock-624028589.jpg

Voilà ce qui est intéressant pour moi dans ce travail, cette capacité qu'ils ont à nous interpeller. De plus il ne faut pas dramatiser. Les chevaux ne passent pas leur temps à nous bousculer, ils sont même plutôt bienveillant la majeure partie du temps. Ce sont des animaux coopératifs qui cherchent à réaliser nos demandes même lorsqu'elles sont approximatives. Un cheval ne fait pas exprès de ne pas répondre, ne se venge pas, ne nous prend pas de haut. S'il ne répond pas, c'est qu'il n'a pas compris la demande ou qu'il ne peut pas la réaliser. En tant qu'équitant, j'ai là, un miroir fiable de la clarté de ma présence, de mon attention et de mes intentions. Le cheval me permet d'expérimenter de demander sans vouloir, d'observer sans juger et de rester présent dans tout le processus ! (Oui, oui ! J'insiste un peu sur cette histoire de présence mais c'est la base. Sans présence, rien de tout le reste ne fonctionne !).

Dès l'Antiquité, cinq siècles avant Jésus-Christ, Xénophon affirmait : "Le cheval est un bon maître pour le corps mais aussi pour l'esprit et le coeur." Et puis je ne peux pas conclure cet article sans vous parler de ces quelques secondes de pur bonheur que nous recevons parfois, comme une récompense de nos efforts, un moment magique et précieux de compréhension inter-espèces. Cet instant de légèreté, dont chacun se souvient longtemps, vaut tous les efforts et en plus c'est bon pour la santé !

Photos : Shutterstock

psychologues
Écrit par

C.H.

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail