Cinq mythes sur l'enfance

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Les mythes sur l'enfance nous empêchent d'éduquer correctement les enfants, alors qu'ils devraient nous y aider.

8 JANV. 2019 · Dernière modification: 29 OCT. 2019 · Lecture : min.
Cinq mythes sur l'enfance

Quand on est parent, il est normal que nos enfants soient la chose la plus importante de notre vie et qu'on veuille qu'ils soient heureux. Mais entre la vie quotidienne, les luttes, les décalages et la fatigue, être un parent conscient et amusant devient plus difficile. Et une série de mythes sur l'enfance menacent un bon accompagnement de la croissance de l'enfant. 

Les mythes sur l'enfance compliquent la tâche et convertissent souvent la relation parent-enfant en une question de pouvoir et d'autorité, alors qu'ils devraient nous aider à encourager la confiance, l'amour et, évidemment, l'établissement de limites. 

Les mythes font partie de l'ensemble des croyances qui permettent de réagir sans réfléchir. C'est le raccourci qui justifie la réaction automatique, irréfléchie et punitive par laquelle nous pouvons penser que nous sommes en train d'éduquer correctement. On le croit car c'est ainsi qu'on a nous-même été éduqué, et on pense donc normal d'éduquer les autres ainsi. 

Mettre au jour ces croyances est la première étape pour en prendre conscience, remettre en question les idées que l'on peut avoir sur l'enfance et les changer si nécessaire. 

Les enfants agissent mal pour attirer l'attention

On pense que les enfants agissent mal ou dépassent les limites pour attirer notre attention, nous manipuler, nous mettre en colère ou parce qu'ils sont capricieux. Bettelheim précise que cette explication renferme un danger sérieux : on évite de leur prêter attention, on nie leur ressenti pour ne pas comprendre ce qu'ils veulent. 

Si cette hypothèse est vérifiée, on peut agir en conséquence. La plupart du temps, les enfants ont de bonnes raisons de faire ce qu'ils font, mais nous ne pouvons pas le vérifier si nous décidons délibérément de les ignorer. 

Lorsqu'on essaye d'expliquer le comportement d'un enfant (deviner ce qui le motive), l'explication la plus simple n'est pas toujours correcte. Si l'enfance est une étape particulière, les enfants ne sont ni des adultes en miniature, ni des adultes simplifiés. La question est plus complexe. 

shutterstock-705383602.jpg

Les enfants n'apprennent qu'avec des punitions

D'après Alfie Kohn, "la punition est une façon de faire des choses aux enfants, plutôt que de travailler avec les enfants". Certains pensent que nous devons éduquer les enfants pour qu'ils soient obéissants, alors qu'en réalité nous devrions avoir des enfants autonomes. 

Le problème de la punition est qu'elle ne favorise pas un apprentissage significatif, et ne permet pas à l'enfant de comprendre pourquoi certains comportements sont inacceptables. Ça leur apprend uniquement à se cacher de leurs parents pour ne pas être punis, en déviant l'attention de l'un des points les plus importants : la valeur de la réparation. 

"De nombreuses personnes pensent qu'être parent implique de contrôler les comportements des enfants et de les entraîner à agir comme des adultes. Moi, je pense qu'être parent implique de contrôler mon propre comportement et d'agir moi-même comme un adulte. Les enfants apprennent ce qu'ils vivent", L. R. Knost

Être à l'écoute et négocier leur permet de prendre le contrôle

On éduque souvent les enfants depuis un axe angoissant. On s'enferme et on oublie ce qu'on a parfaitement su : les enfants méritent d'être écoutés, ils ont quelque chose à dire et il est important de dialoguer avec eux. À la place, menés par l'angoisse, on peut en arriver à penser que l'essentiel dans toute situation est de renforcer notre autorité. 

Les enfants apprennent de ce qu'ils vivent. Lorsqu'on les traite avec respect et empathie, ils grandissent en étant confiants et sûrs qu'ils méritent d'être aimés inconditionnellement. Il ne faut pas croire que les enfants font leur possible pour ruiner notre journée, et nous devons apprendre à communiquer avec eux de la meilleure façon possible. 

Ils sont trop petits pour parler de sexualité ! 

La majorité des parents sont d'accord pour affirmer qu'il est important de parler de sexualité avec les enfants. Les complications commencent lorsqu'il faut définir l'âge auquel on peut le faire, ou la façon de le faire. 

Amener le thème avant que quelqu'un de l'entourage ne le fasse nous identifiera comme une source d'information pour l'enfant. Et, en règle générale, il ira avec ses questions vers la personne qui lui aura donné les informations, et qui l'aura fait d'une manière qu'il peut comprendre. Il est bon que le parent soit cette première source, cette première référence. Choisissez les bons mots et adaptez le discours à l'âge.

shutterstock-528426013.jpg

Certaines choses ne méritent pas d'explication parce qu'ils ne s'en rendent pas compte et ne comprennent pas 

Beaucoup de parents sous-estiment la capacité des enfants à comprendre ce qu'il se passe. Et, ce qui est pire, ne comprennent pas que ce qu'il se passe peut les affecter. Pourtant, en adoptant un langage adapté à leur âge, on peut parler de presque tout avec eux. Cet exercice peut être un peu difficile, car c'est à nous de mettre à leur niveau, mais, si on le fait bien, il peut avoir une valeur incroyable. 

Communiquer franchement et de façon mûre stimule la croissance des plus petits. Il est important de leur demander de nous expliquer ce qu'ils ont compris, mais il est encore plus important de comprendre que parler avec eux signifie parler peu et beaucoup écouter. 

Photos : Shutterstock

En gardant à l'esprit ces cinq mythes sur l'enfance, on peut les analyser et agir en conséquence, et ainsi être en meilleure position pour bien éduquer nos enfants. 

psychologues
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail

Derniers articles sur Enfants et adolescents