Comment accomplir sa vie avec la notion du désir ?

Le désir, en tant qu'il est pulsion originelle de toute création, n'est-il pas de ce fait une condition nécessaire du bonheur, d'un bonheur axé sur le bien-être et les valeurs hautes ?

22 JANV. 2021 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

Comment accomplir sa vie avec la notion du désir ?

Le désir, en tant qu'il est pulsion originelle de toute création, n'est-il pas de ce fait une condition nécessaire du bonheur, d'un bonheur axé sur le bien-être et les valeurs hautes ? Même si cet objet désiré est non matériel comme le confort, la paix, plus de sens dans sa vie...

Il y a deux facettes au désir. Pour désirer, il faut certes « manquer » mais ne voir que le manque, c'est oublier l'autre partie des choses si l'on écoute les grands philosophes. Platon et Schopenhauer nous parle d'un désir qui explication le sentiment de manque, alors que Spinoza en fait un outil pratique de la joie.

L'ingrédient pour plus de bonheur est qu'il faut aussi… désirer activement l'objet qui fait défaut, alors le désir sera quelque chose de pleinement positif.

Ce mouvement intérieur déclenchera une sorte de première satisfaction dans le fait de commencer à tendre vers notre objet du désir.

Au départ le désir vu à travers le manque, nous montre le désir comme une attraction, c'est à dire une tendance essentiellement négative mais à présent sortons de ce vide du fait de ne pas posséder l'objet.

Car si dans un premier moment, on se sent attiré et tenté de se concentrer sur ce qui n'est pas encore vers quoi tend le désir et sur sa finalité irréelle a ce stade, alors on le verrait comme un manque, et comme quelque chose de négatif.

C'est pourquoi dans le second moment, plus riche, plus complexe, on se focalise sur ce qui est moteur dans le désir, sur ce qui pousse l'être désirant à désirer, et alors on le voit comme quelque chose de positif.

Mais être attiré et tendre vers quelque chose ce ne sont pas des choses exclusivement négatives : le fait de « tendre vers », si l'on exclue l'idée de manque, engage le mouvement de notre corps en lui même, notre capacité à agir.

Cette mise en action ainsi que cette capacité d'attraction nous permet déjà de nous renforcer en augmentant positivement l'aptitude par l'intention d'obtenir ce que nous voulons.

Le désir, dans son autre facette autre que le celle de l'attraction due au manque, devient le point de démarrage de mise en action vers notre bonheur.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

Écrit par

Gwenaelle Prado

Voir profil

Bibliographie

  • Platon et Schopenhauer et Spinoza.

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

derniers articles sur anxiété