Comment identifier un chef toxique ?

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Travailler avec un chef toxique est une des principales raisons pour lesquelles les collaborateurs sont stressés, insatisfaits deleur travail, ce qui entraîne un faible niveau d’engagement.

16 JUIL. 2019 · Lecture : min.
Comment identifier un chef toxique ?

Travailler avec un chef toxique est l’une des principales raisons pour lesquelles les collaborateurs sont stressés et insatisfaits dans leur travail, ce qui entraîne un faible niveau d’engagement. Malheureusement, il y a de fortes chances que vous ayez un patron comme ça. Selon l’article de Gallup, "Why great managers are so rare", 82% des entreprises choisissent la mauvaise personne pour diriger une équipe.

Une autre enquête de Gallup, réalisée en 2015, nous dit que 40% des collaborateurs quittent leur travail pour échapper à un chef toxique. Ce sont ceux qui prennent délibérément plaisir à faire sentir mal les uns les autres pour leur propre bien-être ou qui, de manière plus passive, sont tout simplement très mauvais dans leur travail ; quiconque a eu l’un ou l’autre de ces types, vous savez ce que je veux dire, ils réduisent tous les deux le bien-être et la productivité de l’entreprise.

Une simple façon de savoir si vous avez un boss toxique est de vous demander s’il vous fait souvent ressentir de la peur, frustration, gêne ou tristesse. En d’autres termes, il vous rend malheureux au travail.

Les signaux d’un chef toxique

  • Le désir de pouvoir : ce sont des chefs qui se concentrent sur le fait d'arriver au sommet et qui ne se soucient pas à qui ils peuvent nuire dans le processus. Malheureusement, dans notre société, cette caractéristique est largement acceptée, mais un chef fortement orienté vers le pouvoir est peu empathique, reste détaché de son équipe, souvent, il ne fournit pas de soutien et exploite en conservant le crédit de ce que font les autres. Face à un tel chef, les collaborateurs réagissent de l’une des manières suivantes : ils deviennent trop dépendants et ne sont pas capables de prendre l’initiative sans demander d’abord la permission ou agissent avec ressentiment envers le chef, au mépris de son autorité. L’une et l’autre ont un impact négatif sur la créativité, la communication, le bien-être et l’efficacité.
  • Le contrôle : si vous avez un patron avec un contrôle excessif, qui aime être impliqué dans tout ce que vous faites et vous dit en détail chaque chose que vous avez à faire, ça vous frustre sûrement, vous rend inefficace et vous donne l’impression qu’il ne vous fait pas confiance. À l’autre extrémité, un chef dans un poste ou une zone plus exigeant avec très peu de contrôle génère également insécurité et stress dans l’équipe.

  • Il ne communique pas correctement : un chef qui, dans la plupart des cas, ne dit pas clairement ce qui doit être fait, le résultat attendu, les délais et les méthodes de mesure, puis s’énerve parce que les attentes n’ont pas été réalisées, est un patron toxique. Un bon patron met tout cela au clair et s’assure de disposer des outils pour y parvenir.
  • Le favoritisme : un chef qui fait des différences entre les membres de l’équipe, sans traiter avec respect et justice, génère du malaise. Si vous accordez à vos favoris des promotions ou des avantages sans fondement, cela engendre du ressentiment, tue le moral des autres et par conséquent, la productivité de tous.
  • Le Non-Non : la première réponse à toute idée, innovation ou changement est “vous ne pouvez pas le faire”, “ça ne fonctionnera pas”, “ils ne vont pas aimer", ou “ça n’a pas fonctionné, nous l’avons déjà fait”. Par peur de l’échec, il préfère rester où il est. Ce sont des gens qui aiment beaucoup discuter et qui ont un grand besoin de reconnaissance, ce qui les fait répondre avec scepticisme et sarcasme. C’est plus facile pour eux de critiquer que de créer.
  • Le "je sais mieux que personne" : il pense qu’il a toujours raison et espère que les autres prennent son opinion pour vérité absolue, alors il ne demande pas, n’écoute pas d’autres opinions et ne soutient pas normalement son équipe. Ses collaborateurs existent pour faire ce qu’il dit.

Si vous travaillez pour quelqu’un qui a plusieurs des caractéristiques ci-dessus par nécessité ou par choix, votre bien-être émotionnel et votre efficacité seront sérieusement affectés. Si démissionner n’est pas une option, vous trouverez ci-dessous quelques idées qui vous aideront à supporter votre patron toxique et à vous sentir mieux dans votre travail :

  • Identifiez ce qui est le plus important pour votre patron et l’entreprise, et concentrez-vous sur le succès.
  • Demandez à votre patron en face-à-face toutes les questions que vous avez sur les objectifs, les dates de livraison et les procédures, et envoyez-lui un mail avec tous les points définis.
  • Faites des pauses de 7 à 10 minutes toutes les 90 minutes pour fermer les yeux, respirer, vous détendre et renouveler votre énergie pour continuer la journée.

  • Trouvez des points communs, des goûts ou des passe-temps que vous pouvez partager avec votre patron, de cette façon vous sentirez tous deux plus de confiance et donc un environnement de travail beaucoup plus agréable.
  • Documentez et envoyez-lui chaque semaine un résumé expliquant brièvement sur quoi vous avez travaillé, les réalisations et les travaux en cours de la semaine.

Il est important de bien comprendre les effets d’un leader toxique sur l’organisation et de les identifier le plus tôt possible. Un grand leader inspire les gens à donner le meilleur qu’ils ont, tandis qu’un leader toxique ruine le bien-être et la productivité de tous.

Photos : Shutterstock

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail

Derniers articles sur Travail