Comment la psychologie à domicile peut aider à construire le lien parental ?

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

CAPEPD est une action menée jusqu'en 2010, qui proposait à plusieurs femmes enceintes en situation de vulnérabilité de bénéficier de soutien psychologique à domicile.

21 OCT. 2014 · Lecture : min.
Comment la psychologie à domicile peut aider à construire le lien parental ?

L'action Compétences Parentales et Attachement dans la Petite-Enfance (CAPEPD), menée entre 2006 et 2010, proposait à 220 femmes enceintes de bénéficier de soutien psychologique à domicile tout au long de la grossesse et jusqu'aux deux ans de l'enfant.

Un appui pour la construction du lien mère/enfant

Entre 2006 et 2010 a été lancée une action menée par CAPDEP (Compétences Parentales et Attachement dans la Petite-Enfance), sur l'Île-de-France et qui consistait à proposer un accompagnement psychologique à domicile pour des femmes en situation de vulnérabilité psycho-sociale, c'est-à-dire :

  • Jeune âge (moins de 26 ans) ;
  • Isolement social (ce sont des femmes qui vont élever l'enfant seules) ;
  • Précarité socioéconomique ;
  • Faible niveau d'éducation (moins de 12 ans de scolarité). 

À visée essentiellement préventive, cette action propose aux jeunes mères un accompagnement à domicile dans un cadre qui s'inspire de la psychologie clinique ainsi que des "stratégies de promotion de la santé".

Les visites à domicile, un phénomène récent

C'est sous l'impulsion de David Ods que les visites préventives à domicile dans le cadre de la relation mère - enfant ont débuté, en 1970. Ce pédiatre américain a noté que l'intervention des professionnels de santé au domicile au début de la grossesse était un plus pour la santé mentale de la mère et de l'enfant.

Historiquement, le domicile reste un lieu d'intervention plutôt rare pour le psychologue pour un suivi des mères et de leur enfant. L'action CAPDEP différait d'ailleurs d'une consultation mère-enfant classique, en étant inscrite dans une démarche préventive.

Habituellement, une consultation avec un psychologue se fait à l'initiative du patient ; ici, ce sont les psychologues qui offrent à la mère la possibilité de bénéficier d'un accompagnement dès le deuxième mois de grossesse aux deux ans de l'enfant.

Si une moitié des femmes a refusé cette aide, l'autre l'a acceptée en invoquant les bouleversements induits par l'arrivée de l'enfant, et leur préoccupation s’agissant de la construction du processus de parentalité. Étant donné que ce suivi   s’effectuait dans le cadre d'une étude, les femmes devenaient elles-mêmes aidantes.

shutterstock-615107990.jpg

Accompagner la parentalité

L'action CAPDEP se veut accompagnatrice de la parentalité, mais veut aussi aider à réduire l'impact des "stress sociaux" sur la santé mentale de la mère et de l'enfant.

Aller voir ces jeunes femmes à domicile, c'est soutenir leur devenir-mères pendant la grossesse et autour de la naissance, c’est aussi étayer le lien mère-bébé dès ses débuts, et le porter au fil du développement de l'enfant et des questions qu'il peut soulever, notamment lors de certaines difficultés comme par exemple des crises de colère ou lors de tensions impliquant les situations de frustration .

Si les psychologues refusent que ce qui ne fonctionne pas dans la relation mère - enfant soit mis en avant, en revanche ils se proposent de mettre en avant et de prendre soin de la relation en construction.

Annihilier le cadre anxiogène de l'institution

Recevoir le psychologue chez soi met en place un climat nettement moins anxiogène qu'en institution, permettant à la personne,  la possibilité d'être maître de l'espace. Le psychologue est accueilli dans la réalité et dans la culture de la mère et de l'enfant.

La fréquence des rendez-vous permet aussi à la mère d'avoir un cadre régulier : les visites ont lieu tous les 15 jours pendant la grossesse et jusqu'au 6 mois de l'enfant, puis tous les 21 jours jusqu'à un an puis une fois par mois jusqu'aux deux ans, et cela durent environ 1h30.

L'action veut soutenir d'abord la personne en tant que femme, puis ensuite en tant que mère. Basé sur une écoute bienveillante, l'accompagnement se veut,  aussi,  renforcer l'estime de soi et la confiance en soi.

La psychologue autorise la mère à ressentir les sentiments qui menacent de faire irruption dans les soins qu'elle donne à son enfant. Elle les entend , les contient et les transforme en éléments élaborés, permettant la reprise de liens associatifs concernant l'histoire récente ou passée et les relations d'attachement.

À noter que la visite à domicile peut être difficile pour les psychologues, par exemple lorsque le logement est insalubre, que le quartier est insecurisant , ou si la psychologue fait face à l'agressivité de la famille. Le protocole prévoit que les psychologues ne restent pas lorsqu’une insécurité est ressentie,. Il faut préciser dès lors , que l’insécurité ressentie devient un bon indicateur car :  "si l'intervenant a peur, que penser de la sécurité physique , psychique et affective de l'enfant? ”.

Photos : Shutterstock

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail

Derniers articles sur Familles