COVID19, quand tu nous tiens

Les impacts de l'épidémie sur la santé mentale des français ne faisant plus aucun doute, les mutuelles s'engagent à rembourser prochainement des consultations auprès de psychologues.

8 AVRIL 2021 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

COVID19, quand tu nous tiens

Il aura fallu une pandémie pour que se repose la question du remboursement des consultations psychologiques. Les complémentaires santé viennent de s'engager pour la prise en charge dans les mois à venir de 4 séances annuelles, à titre préventif paraît-il. C'est une avancée, j'en conviens, mais la dimension préventive semble quelque peu utopique.

J'exerce en libéral depuis plusieurs années maintenant et si de nombreux patients ont suspendu leur thérapie lors de ce moment particulier, je constate aujourd'hui qu'ils sont tous de retour. La grande majorité d'entre eux se révèle très éprouvée par le climat ambiant. Il s'agit toujours de problématiques personnelles mais elles trouvent à s'actualiser dans une atmosphère d'incertitude et de peur. Qu'on le veuille ou non, qu'on n'en parle ou pas, tout a changé.

Alors j'aimerais qu'il s'agisse de préventif mais ce dont il est question ici, c'est bien d'accompagner, de soigner, de réparer. Ce dont il est question, c'est bien de ces personnels soignants éprouvés par la charge de travail et le manque persistant de moyens, les promesses jamais tenues et la peur, d'être contaminés et de contaminer à leur tour.

Ce dont il est question, c'est bien de ces malades, qui ont craint pour leur vie, pour celle des autres, qui ont espéré aller mieux et qui ne s'en sortent toujours pas. Ce dont il est question, c'est de nos défunts qui ont péri dans des conditions inimaginables, sans que l'on puisse jamais les revoir, sans toilette mortuaire, habillage ni lieu de recueillement.

Ce dont il est question, c'est du traumatisme de la perte sans pouvoir prendre appui sur nos rites culturels ou cultuels, rendant parfois impossible l'accès à la cérémonie d'adieu. Ce dont il est question, c'est de ces personnes âgées esseulées, isolées, qui se sont laissées glisser. Ce dont il est question, c'est de tout un chacun qui ne supporte plus les impossibles, les interdits et surtout la folie des injonctions contradictoires.

Dans ce monde où nous devons aujourd'hui naviguer à vue, il est de plus en plus difficile de trouver du sens, de rêver, d'avoir envie. Alors que les plus impactés tentent de surmonter leurs traumatismes, l'élan vital s'amenuise, voire s'éteint, chez ceux qui nous semblaient épargnés. Et même si l'on nous a laissé penser que l'autre était dangereux, potentiellement contaminant et menaçant pour notre vie, n'oublions pas que nous sommes des êtres sociaux. Et si notre élan vital s'avère trop mis à mal, n'hésitons pas à nous faire accompagner car nous ne sommes pas tous morts bien heureusement mais nous sommes tous touchés.

Illustrations Noémie ALEX

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

Écrit par

Mathilde Alex Psychologue

Voir profil

Bibliographie

  • FRANCK N., Covid-19 et détresse psychologique, éditions Odile Jacob, 2020.
  • DE STAAL A. et LEVINE B. H. (dir.), Psychanalyse et vie covidienne : Détresse collective, expérience individuelle, éditions d'Ithaque, 2021.

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

derniers articles sur actualités