Psychologue.net
Psychologue.net
Sur Google Play Sur la App Store

Crises d’angoisse : comment apprendre à les gérer ?

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Beaucoup de gens se disent sujets aux crises d’angoisse. Nous n’en donnons pas tous la même définition et elles ne se manifestent pas de la même façon selon les individus.

6 juin 2019 · Lecture : min.

Alors une crise d’angoisse, c’est quoi ? Chaque individu a sa propre définition d’une crise d’angoisse avec ses propres symptômes : fourmillement, palpitation, vertiges, peur incontrôlée, panique, pensées tourbillonnantes etc.

Une crise d’angoisse surgit de façon soudaine et inattendue. C’est cette soudaineté qui peut déstabiliser et créer chez le sujet une anxiété, voir une panique difficile à gérer. 

Au travers de ces crises, c’est le corps qui se manifeste. Il exprime un déséquilibre émotionnel, un trop-plein d’émotions refoulées ou non exprimées. Souvent, nous n’avons pas conscience de ce qui se joue derrière ces crises. Afin d’illustrer ce qu’est une crise d’angoisse, je vous propose de faire l’expérience suivante :

  • Prenez un verre que vous remplirez d’eau. Considérez le verre d’eau comme étant votre corps. Prenez des billes (ou petits cailloux ou haricots secs…) et déposez-les dans le verre. Considérez les billes comme étant vos émotions. Qu’observez-vous ?

L’eau déborde. Il en est exactement de même avec votre corps. Si vos émotions ne sont pas écoutées, des crises d’angoisse peuvent surgir. La répétition de ces crises peut engendrer une anticipation et une appréhension d’une prochaine crise…et là c’est le serpent qui se mord la queue !

Combien de patients m’ont décrit leur appréhension de faire à nouveau une crise d’angoisse, par anticipation de ce qu’ils ont déjà vécu… Alors comment sortir de ce cercle vicieux ?

La bouteille d’eau

Je compare souvent les crises d’angoisse avec une bouteille d’eau. Vous prenez une bouteille d’eau remplie et fermée. Vous considérez la bouteille comme étant votre corps, et l’eau comme étant la crise d’angoisse à l’intérieur de votre corps. Pour que l’eau sorte de la bouteille, vous allez devoir dévisser le bouchon pour l’ouvrir.

L’action d’ouvrir la bouteille représente la notion d’ACCEPTATION. Oui, pour que la crise d’angoisse passe, s’évacue de votre corps, il faut l’ACCEPTER. Vous voyez bien que si vous n’ouvrez pas la bouteille, l’eau ne pourra pas s’écouler. Eh bien si je n’accepte pas ma crise d’angoisse, elle ne pourra pas sortir. Elle risque même de se renforcer.

Alors comment faire pour apprendre à accepter ?

L’acceptation

Le travail d’acceptation n’est pas chose facile. Cela peut être très éprouvant. Et pourtant, il s’agit là…de ne rien faire. Ou plutôt, de laisser faire, de laisser vivre. Laisser vivre votre crise d’angoisse, laisser vivre vos émotions. Apprendre à rentrer en contact avec elle, avec ce qu’elle veut vous dire.

Comment faire :

  • Vous fermez les yeux (si vous le pouvez au moment de la crise) et vous identifiez tous les symptômes manifestants la présence d’une crise d’angoisse (palpitations, tremblements, vertiges, fourmillement, pensées envahissantes).
  • Vous les identifiez. Vous les accueillez. (Ok : je ressens un fourmillement : « bienvenu fourmillement ». Ok je ressens des palpitations « bienvenu palpitations ». Ok je ressens…etc.) Vous accueillez, sans juger. Juste de l’accueil. J’accueille et je constate ce qui est là. Je laisse vivre.
  • Visualisez votre crise d’angoisse comme étant une vague qui part de la tête, qui traverse votre corps et qui ressort par les pieds.
  • Vous avez ouvert la bouteille (acceptation), l’angoisse va donc pouvoir sortir, elle ne fait que passer.

Pratiquez cet exercice autant que possible et vos crises ne seront plus une ennemie, mais plutôt une partie de vous-même qui s’exprime et qui a besoin d’être entendue. Si vous l’écoutez, elle n’aura plus besoin de crier (autrement dit, de se manifester trop intensément), et ne fera que passer, juste pour vous envoyer un message.

Pas de résignation

Acceptation ne veut pas dire résignation. Si l’acceptation est incontournable pour « affronter » ces crises, cela ne signifie pas qu’il faut s’en tenir là et se résigner. Il peut être intéressant de consulter un thérapeute qui vous aidera à comprendre ce qui se joue à travers ces crises.

Les thérapies Cognitives et Comportementales, les thérapies psychocorporelles ou l’art thérapie peuvent être efficaces. Quel que soit votre choix, c’est avant tout la relation établie avec vous par le thérapeute qui sera importante pour vous aider à dépasser votre souffrance.

Photos : Shutterstock

Écrit par

Julie de Mingo

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail
Commentaires 1
  • Zabulle

    Excellent article, précis, concis et constructif. Merci !