Psychologue.net
Psychologue.net
Sur Google Play Sur la App Store

Découvrez si vous êtes accro au shopping !

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Noël, cette époque propice pour réaliser tous ses désirs d'achats, ou quand les compulsifs deviennent encore plus impulsifs. C'est votre cas ? Attention, vous pouvez souffrir de dépression..

14 déc. 2016 · Lecture : min.
Découvrez si vous êtes accro au shopping !

Êtes-vous le genre de personne qui utilise un centre commercial comme thérapie ? Vous possédez encore des vêtements étiquetés dans votre garde-robe ? Vous êtes de ceux qui se sentent tellement mieux avec des sacs plein les mains, sans vous soucier vraiment de l'argent sur votre carte de crédit, mais juste pour le plaisir d'avoir ? Alors lisez cet article avant de réaliser vos prochaines dépenses !

En termes médicaux, l'oniomanie se réfère aux acheteurs compulsifs, aussi connus sous le nom de shopaholics ou accros du shopping. Des épisodes d'anxiété avant l'achat, le plaisir procuré lors du paiement puis le regret caractérisent le profil type des acheteurs compulsifs.

En suivant leurs impulsions, ces personnes transforment ce qui serait un acte anodin en un véritable chaos. Sans traitement, le problème est capable de causer, en plus des dettes toujours plus nombreuses, de la dépression et un isolement social.

Plus d'acheteurs compulsifs que vous n'imaginez...

Des études montrent que ce type de compulsion atteint approximativement 5% de la population, pour la plupart des femmes entre 20 et 60 ans. Si c'est un sujet dont on parle trop peu, les fêtes de noël semblent être le bon moment pour parler plus en profondeur de l'oniomanie.

L'acheteur compulsif consomme pour le plaisir de consommer, et pas pour un réel besoin de l'objet. Il achète des produits en relation avec l'apparence, comme des vêtements de mode, des chaussures, des bijoux et des montres.

Comment savoir si je suis un acheteur compulsif ?

Ce qui différencie un acheteur commun d'un acheteur compulsif est que l'acheteur commun est pleinement conscient de son investissement, il revient satisfait de l'achat accompli, il sait contrôler ses finances tout en évaluant ses priorités. L'acheteur compulsif, lui, ne peut pas contrôler son désir d'acheter, ce qui engendre des dépenses fréquentes et excessives ayant des répercussions dans d'autres aspects de sa vie.

shutterstock-461355724.jpg

Avant d'acheter, il est commun que l'acheteur compulsif présente de l'anxiété et/ou de l'excitation. Pendant l'achat, il a alors des sensations de plaisir et de gratification. Et quand, pour un motif quelconque, il ne peut pas acheter, il ressent de l'angoisse, de la frustration et de l'irritabilité.

Il lui arrive de ne pas payer ses factures pour dépenser en superflu, en gratification et satisfaction obtenues grâce à l'achat.

Les principales caractéristiques de l'acheteur compulsif

Il existe différentes caractéristiques qui permettent d'identifier si vous êtes un acheteur compulsif :

  • vous cachez à votre famille ou à votre partenaire les achats effectués ;
  • vous mentez à propos du montant de l'argent dépensé en achat ;
  • vous dépensez pour combler des sentiments négatifs comme la dépression ou l'ennui ;
  • vous ressentez de l'euphorie ou de l'anxiété lors d'achats ;
  • culpabilité, honte ou autodépréciation se mêlent après l'achat ;
  • vous consacrez du temps à jongler entre vos différentes factures ou avec vos dettes pour faire face à toutes les dépenses ;
  • vous avez une attraction incontrôlable pour les cartes de crédit et les chèques.

Comment se soigner en cas d'achat compulsif ?

Les achats compulsifs peuvent mener à de sérieux problèmes, pouvant être associés à des phases de manie de type bipolaire, de trouble obsessionnel compulsif et des dispositions à l'anxiété.

La compulsion pour les achats est similaire à un comportement de dépendance chimique, dans lequel l'utilisateur a recours à la drogue pour se soulager momentanément, mais très vite le besoin se refait sentir. Dans le cas d'acheteurs compulsifs, quand ils ne possèdent pas les moyens financiers suffisants pour répondre à leurs attitudes impulsives, ils ont recours aux prêts, générant bon nombre de dettes et préjudices.

Malheureusement, la majorité des accros au shopping recherche seulement de l'aide quand les dettes deviennent trop grandes et que les dépenses exagérées deviennent des problèmes de famille, dans les relations, dans des situations légales ou quand d'importants épisodes dépressifs commencent. Il est donc fondamental que les amis et la famille, remarquant certaines de ces caractéristiques, agissent et aient une attitude active dans la recherche d'un traitement tout en accompagnant la personne.

dfujfd.jpg

Pour apprendre à contrôler ses pulsions, la psychothérapie est fondamentale. Elle rend non seulement possible le contrôle de ses pulsions mais aussi la recherche et la réflexion sur la nature de son comportement. De nombreuses fois, ce trouble cache un passé avec beaucoup de privation et de frustration, ou alors, un besoin d'alimenter son estime de soi avec la possession d'objets.

La prescription de médicaments psychiatriques peut apparaître nécessaire pour le succès du traitement. Il est important de prendre en compte que la psychothérapie dans les groupes d'aide, comme les réunions des débiteurs anonymes, est un coup de pouce supplémentaire pour le traitement. Un autre moyen qui peut aussi être nécessaire, c'est de nommer un tuteur légal pour assister la personne dans ses dépenses.

Quand cette procédure est adoptée, la personne conserve la responsabilité de payer ses factures, cependant, elle n'a pas accès à ses cartes de crédit et ses chèques. On lui donne, par semaine, une somme d'argent à laquelle elle doit s'adapter. De plus, les factures accompagnées des reçus sont transmises au tuteur, afin de contrôler les dépenses et éviter les pulsions d'achats.

Besoin de l'aide d'un spécialiste ? Des professionnels sont à votre écoute.

Photos : Shutterstock / Unsplash

psychologues
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail
Commentaires 1
  • Anonyme

    Accro au shopping c'est une chose mais être malade de l'oniomanie en est une autre, en effet je connais bien le sujet ma femme est symptomatique de la maladie elle fait des achats sans compter et sans se soucier de son découvert ou même des conséquences liées aux relances d'huissiers, de l'effet que cela pourrait avoir sur son autorité parentale, elle fait des achats compulsifs sans caractère d'intérêt réel pour elle ou pour d'autres par gentillesse, fort heureusement elle travaille et gagne plus de 1400 euros par mois mais quand on fait le constat de sa situation on relativise qu'elle vit grâce à son découvert qu'elle ne solde jamais que du jour au lendemain elle n'est pas à l'abri d'avoir une clôture de son compte, elle vit dans le risque sans avoir d'épargne au cas où, elle ne paie pas ses impôts au risque d'avoir des saisies sur salaire, ses crédits sont impayés, son assurance de voiture n'est pas payée etc.... et c'est le cyclone infernal qui me motive à payer ses dettes sans le lui dire car ça serait un prétexte à une dispute qui n'aurait pour effet que de continuer à dissimuler ses actes, le meilleur moyen est donc le recours à la thérapie psychologique