Psychologue.net
Psychologue.net
Sur Google Play Sur la App Store

Dépression ou tristesse ? Comment les distinguer ?

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Comment pouvons-nous savoir si ce sentiment que nous ressentons est simplement une tristesse transitoire ou une dépression?

13 juin 2019 · Lecture : min.
Dépression ou tristesse ? Comment les distinguer ?

Reconnaître que vous avez un problème et compter sur un professionnel en cas de dépression est, bien sûr, extrêmement important. Mais il est tout aussi important de ne pas se convaincre d’avoir ce trouble alors qu’il n’existe pas vraiment. C’est pourquoi il est essentiel de distinguer la tristesse passagère de la dépression réelle. Vous vous demandez la raison ? C’est simple : dans le langage courant, ces deux termes sont souvent utilisés comme s’ils étaient équivalents, même s’ils ne sont pas du tout équivalents.

    • Faites le test pour savoir si vous êtes dans un état de tristesse ou si vous tendez vers une dépression :

Quelles sont les différences entre la tristesse et la dépression ?

Bien que dans le langage courant ces mots soient utilisés comme synonymes, dans la pratique clinique, ils se réfèrent à des aspects différents.

La dépression est un trouble psychologique qui fait partie des troubles de l’humeur et qui, sous certaines formes, nécessite un traitement médicamenteux en complément d’une psychothérapie. Les sentiments et les émotions négatives typiques de la dépression sont persistants dans le temps, souvent déconnectés des événements et des situations difficiles, généralement accompagnés d’autres symptômes négatifs tels que les difficultés de sommeil, manque d’énergie pour faire face à la journée, apathie, etc.

Il a donc un tableau pathologique bien défini qui a été classé dans le DSM : pour pouvoir faire un diagnostic de dépression il est nécessaire qu’une série de symptômes soient présents depuis au moins 6 mois.

La tristesse, en revanche, est une émotion, un sentiment négatif considéré comme normal qui apparaît généralement comme une réaction à un événement que la personne vit comme difficile. On peut citer comme exemples les réactions à des deuils, des disputes, ou des litiges... C’est donc une émotion passagère qui aura tendance à passer avec le temps.

Certes, la tristesse est un sentiment typique de la dépression, mais il ne faut pas la confondre avec elle : être triste n’est pas une maladie comme l’est le fait d’être déprimé. Attention donc à la tentation de se sentir et de se décrire comme déprimés quand nous traversons une période triste !

Quels sont les symptômes de la tristesse ? Et comme la dépression ?

Les symptômes de la tristesse vont d’avoir parfois une humeur triste à la perte d’intérêt occasionnelle pour ce que nous faisons, d’une faible envie de faire, tout en maintenant un bon fonctionnement du point de vue du travail et du social, ajouté à une confiance réduite en soi.

Ces symptômes ont la caractéristique de ne pas être persistants dans le temps et d’être liés à un événement négatif qui affecte la vie du sujet : c'est également pour cette raison que la personne ne perd pas confiance dans l’avenir et bientôt, elle sera en mesure de sortir de cet état, et d'être de meilleure humeur.

Les symptômes de la dépression, en revanche, vont d’une humeur négative pendant une grande partie de la journée à la perte d’intérêt pour la plupart des activités qui concernent la personne, d’un sentiment constant de fatigue à la fatigue perpétuelle qui influence lourdement l’activité professionnelle et sociale, d’une difficulté à se concentrer et à penser à un vécu rempli de culpabilité souvent injustifiée ou excessive.

Ces symptômes ont la caractéristique, contrairement à la tristesse, d’être durable dans le temps, d’être souvent déconnectés des événements extérieurs avec le résultat d’être peu compréhensibles à l’extérieur et de conduire la personne à s’isoler de plus en plus, en perdant confiance dans l’avenir et dans la possibilité de s'en sortir.

Peut-on être triste sans être déprimé ?

La réponse à cette question est oui, vous pouvez être triste sans être déprimé. Je peux être triste après un examen scolaire qui ne s’est pas bien passé ou après la fin d’une relation, ou même parce que je suis éloigné de la famille : cela ne veut pas dire que je suis déprimé. Le temps et les événements sont capables d’effacer ce sentiment et de ramener le sujet à une meilleure humeur.

C’est ce qui arrive habituellement dans les déceptions amoureuses : nous voyons un ami triste à la fin d’une relation et parfois nous sommes amenés à le définir comme déprimé ; puis il rencontre une nouvelle personne, il tombe amoureux et tout rentre dans l'ordre.

Pour une personne déprimée, cela n’est réalisable que par un soutien thérapeutique et/ou pharmacologique approprié.

Pourquoi ces deux termes sont-ils souvent utilisés comme des synonymes dans le langage courant ?

Je crois que c’est parce que le langage clinique, grâce à la facilité d’accès à l’information de nos jours, est entré dans le langage commun : la facilité d’accès à Internet a augmenté la tendance des gens à se diagnostiquer eux-mêmes, peut-être en se basant seulement sur quelques informations parfois incorrectes. De plus en plus de sujets se présentent en consultation en se définissant d’une manière ou d’une autre sur la base de ce qu’ils ont lu. Et ainsi il arrive qu’un sujet qui est triste pour une raison quelconque se présente en se décrivant comme un dépressif.

Que puis-je faire si je me sens triste ? Que puis-je faire pour que la tristesse ne devienne pas dépression ?

Je pense que le facteur temps est crucial. Si je me sens triste, je dois comprendre à quoi est liée cette tristesse pour ensuite comprendre comment résoudre le problème et revenir à un état d’esprit meilleur. Il ne faut pas s’agiter tout de suite et, de même, il est important de résister à la tentation de se diagnostiquer une dépression.

Il est important d’avoir un peu de patience : si le sujet s’aperçoit que le sentiment de tristesse se prolonge dans le temps et tend à se détacher du problème qui a causé un changement d’humeur, alors il est opportun de consulter un spécialiste.

Un parcours psychothérapeutique (et/ou une aide pharmacologique) peut aider le sujet déprimé à sortir de l'"obscurité" typique de cette pathologie en identifiant les raisons de l’inconfort et les dynamiques de pensée et de comportement qui ont engendré cette souffrance.

Pensez-vous souffrir de dépression ou avez-vous encore le doute? Consultez notre liste de professionnels spécialisés et retrouvez la sérénité.

Photos : Shutterstock

psychologues
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail