Est-ce normal que mon partenaire se masturbe ?

Avez-vous surpris votre partenaire en train de se masturber ou vous le soupçonnez de se masturber ? Vous ne savez pas si c’est normal ou si vous devez vous inquiéter ?

20 JUIN 2019 · Lecture : min.
Est-ce normal que mon partenaire se masturbe ?

Je me suis rendu compte qu’il était nécessaire d’écrire cet article compte tenu du nombre de questions et de préoccupations que suscite ce sujet. De nombreuses personnes, en majorité des femmes, demandent sur des forums, des tchats, à des amis ou des thérapeutes si le fait que leur partenaire se masturbe est un comportement normal. Et si vous lisez ça maintenant, je suppose que ça vous est arrivé aussi. J’espère pouvoir apporter un peu plus de lumière à cette question obscure et apaiser certaines tensions.

D’abord, posons la première question : est-il normal que mon partenaire continue à se masturber ? Est-il normal que je me branle moi-même/que je me masturbe alors que je suis en couple ? Serait-ce une infidélité ? Est-ce un symptôme que quelque chose dans le couple ne va pas bien ? Si vous êtes pressé.e, je vous préviens que les réponses courtes sont oui, non et pas nécessairement. Maintenant, si vous avez le temps, je vous invite à approfondir chacune d’entre elles...

À la recherche de la "normalité"

Les deux premières font référence à un fait récurrent concernant la sexualité : ce qui est normal et ce qui ne l'est pas, où se situe la ligne de démarcation entre les deux parties et, donc, de quel côté je me situe. Un sujet sombre et profondément dangereux, celui de la "normalité". Comme on peut le deviner, la normalité est liée à la norme, et la norme elle-même est définie par ce qui est habituel ou probable de trouver une certaine habitude ou un certain comportement dans la société. En outre, il est fondamental de discerner que la norme n’a pas de valeur associée par définition, c’est-à-dire qu’elle n’est ni positive ni négative, simplement plus courante. Et si je puis me permettre le jugement de valeur, je dirais que c'est une supposition que de croire que la chose la plus courante dans notre société soit forcément positive ou souhaitable.

Ceci étant dit, je vous le confirme, il est très courant que la masturbation soit présente dans les couples, que ce soit en solitaire ou lors de moments partagés. Et en reformulant : est-il aussi positif ou souhaitable que les membres d’un couple se masturbent séparément ? Je vais l’illustrer par un exemple.

Je ne sais pas si vous aimez les promenades.... à la campagne, à la plage, en ville... n’importe où, se promener et profiter de la route et des sensations qui s’y réveillent. Quand une personne est célibataire, elle fait sûrement plus de promenades en solitaire que lorsqu'elle est en couple. Cela ne signifie pas pour autant que cette personne doit dire adieu à ses promenades solitaires. En outre, il est tout à fait possible que, même si elle aime se promener à deux, chacune des deux balades lui apporte des sensations différentes, complémentaires et non exclusives.

Je pense que vous savez où je veux en venir... La masturbation ressemble à cette promenade qui est une pratique d’intimité avec soi, d’auto-connaissance et d'auto-satisfaction. Cela nécessite du temps, de créer et d'explorer des fantasmes, d'éveiller le désir et de se laisser porter par les sensations et le plaisir. Culturellement, la masturbation est une pratique fortement pénalisée, en particulier pour les femmes. Elle porte en elle un lourd fardeau de culpabilité et de connotations négatives qui nous font l’éviter et même la craindre.

Si je ressens déjà un certain rejet de la masturbation, il est prévisible et cohérent que mon attitude face à la masturbation de mon partenaire soit très négative. Si à cela s’ajoute l’utilisation de la pornographie à cette fin, nous avons un cocktail Molotov d’émotions négatives : dégoût, insécurité, culpabilité, colère, méfiance, etc. En revanche, si mon attitude envers la masturbation est positive, je trouverai moins menaçant que mon partenaire le fasse, le considérant comme faisant partie de son intimité, de sa relation avec lui-même et de son auto-prise en compte de soi.

Serait-ce une infidélité fantaisiste ?

En suivant la question "Pourrait-on considérer cela comme une infidélité à un certain degré ?" nous entrons dans le domaine du désir et des fantasmes. Je pourrais consacrer toute une série d’articles à ce sujet passionnant, mais pour être bref, je dirais que non seulement les fantasmes ne nuisent pas au couple ni ne sont un signe de déloyauté, mais qu’ils peuvent aussi l’enrichir en stimulant l’imagination, le jeu et le plaisir.

Comme en toute chose, il y a certains degrés, de sorte que ce n’est pas la même chose de compléter la réalité avec des fantasmes que de se réfugier en eux. Mais ici, en se référant à un critère de normalité, les fantasmes qui accompagnent l’activité sexuelle en solitaire ou partagée sont généralement un piment parfait pour le couple. Alors laissez-vous aller aussi et ressentez l’effet inoffensif mais stimulant du désir, vous allez ainsi réduire votre méfiance à l’égard des fantasmes de votre partenaire. Expérimentez !

Pour terminer, je réaffirme que le fait que vous ou votre partenaire vous masturbiez en solo ne signifie pas forcément qu’il y a un problème. Surtout dans les premières années de relation, il est tout à fait normal de connaître des changements dans ce sens : au début, nous avons beaucoup plus envie de nous promener en couple, mais au fil du temps, nous regretterons peut-être nos  promenades en solitaire et nous pouvons décider de les réintégrer dans notre vie.

Quoi qu’il en soit, la formule magique pour surmonter les doutes est la communication. Avez-vous des doutes sur la raison pour laquelle votre partenaire se masturbe ? Demandez. Avant d’imaginer, d’interpréter, d’éluder..., demandez ! Et si vous avez besoin d’un avis professionnel, je serais ravie de vous aider.

Photos : Shutterstock

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail

derniers articles sur thérapie couple