Garder des secrets influe directement sur votre anxiété

En ce moment, vous gardez en moyenne 13 secrets dont cinq que vous ne révèlerez jamais à personne. Le plus stressant n’est pas de les garder cachés, mais de penser à eux.

26 SEPT. 2019 · Lecture : min.
Garder des secrets influe directement sur votre anxiété

Une personne garde en moyenne 13 secrets au cours de sa vie, et il y en a cinq qu'elle ne dévoilera jamais. Ce fait ressort d’un article publié par la prestigieuse Journal of Personality and Social Psychology, basé sur l’étude "L’expérience du secret".

Garder un secret, synonyme de mal-être 

Dix études ont été analysées et plus de 13000 secrets différents ont été recueillis. Les enquêteurs ont demandé aux participants s’ils conservaient l’une des 38 catégories communes de secrets, allant de l’infidélité à la confidentialité financière et aux loisirs cachés. Et sans aucun doute, les secrets les plus communs sont ceux liés à la vie de couple : penser à quelqu’un d’autre en dehors de la relation, désirs romantiques, habitudes sexuelles et mensonges ouverts à votre partenaire.

L’enquête s’est concentrée sur le processus mental qui consiste à cacher quelque chose. Une partie de l’expérience consistait à mettre deux personnes dans un laboratoire, l’une essayant de cacher quelque chose à l’autre. Ce qu’ils ont trouvé c’est que peu importe le moment où une personne invente un mensonge pour cacher des informations ou le fait de changer de sujet pour ne pas entrer dans les détails de ce qu’elle se cache. Ce qui affecte vraiment la psyché, c’est la fréquence avec laquelle nous pensons à un secret.

Michael Slepian, professeur d’administration à la Columbia Business School et auteur principal de l’article explique que l’anxiété n’est pas générée par la recherche de situations pour cacher nos secrets "mais pour toutes les fois où un secret entre dans notre tête et interfère avec nos pensées quotidiennes".

Un secret peut être défini comme quelque chose que vous voulez cacher à une ou plusieurs personnes. Même s’il n’apparaît jamais dans une conversation, même si vous n’avez jamais à le cacher activement, c’est toujours un secret parce que vous avez décidé ou promis de ne pas le révéler. " Si vous aimez quelqu’un en dehors de votre relation et que vous n’en parlez pas à votre partenaire, ça ne veut pas dire que vous n’appréciez pas les moments passés avec votre partenaire. Le secret est toujours là, en sécurité, dans votre cerveau.

Si le but de votre secret est de le garder caché, en vous, l’expérience est individuelle. Le secret erre librement dans votre tête, même quand vous n’y pensez pas activement.

Maintenant, quand vous pensez activement à votre secret, votre esprit est stressé et vous pouvez éprouver de l’anxiété, de l’angoisse et un sentiment de lourdeur. Vous sentez que les tâches physiques ou mentales sont plus difficiles et considérez chaque problème quotidien comme un obstacle majeur.

"Nous avons découvert que quand les gens pensaient à leurs secrets, ils agissaient comme s’ils étaient chargés d’un poids physique. Ce qui les presse, c’est de trouver un moyen de se décharger, de se sentir libérées, commente l’auteur de l’article."

Jonathan Schooler, professeur de psychologie à l’Université de Californie à Santa Barbara, pense que l’étude est "innovante en termes de progrès dans deux domaines : l’étude du secret en soi et l’étude de l’esprit errant". Schooler, spécialiste du thème de l’esprit errant, pense qu’il est probable que "nos esprits errent plus vers les secrets que vers n’importe quel souvenir important" et il fait référence à la théorie de la suppression de la pensée du psychologue social Daniel Wegner, qui dit que lorsque nous essayons de ne pas penser à quelque chose, nous finissons souvent par y penser plus.

"Le fait même que nous essayons de garder les secrets à distance peut leur donner une énergie supplémentaire", dit Schooler.

Nous savons que nous ne pourrons jamais résoudre cette situation qui nous oblige à garder un secret et qu’il y aura toujours un moment où le sujet sera à flot et où nous devrons inventer ou soutenir un mensonge pour garder notre secret.

La difficulté de garder des secrets 

D’autres recherches sur le sujet avaient déjà montré que garder des secrets était lié à un moindre bien-être. C’est parce que les secrets sont généralement négatifs et que penser à des choses négatives nous perturbe. De plus, penser aux secrets que nous gardons nous rappelle que nous ne sommes pas totalement honnêtes avec quelqu’un et que nous ne sommes pas aussi authentiques que nous le croyons. Quand un secret est positif (une bonne nouvelle, une surprise), tôt ou tard, il apparaît parce qu’il génère le bien-être individuel et général.

D’après les recherches compilées par The Journal of Personality and Social Psychology, lorsque des personnes dissimulent des sujets importants à leurs partenaires, elles se sentent moins satisfaites d’elles-mêmes et de leur relation. Et cela n'avait rien à voir avec le fait d'avoir un secret, mais d’y penser. Ici c'est bien l’effet mental de "penser" à ce que vous cachez qui impacte.

"La mauvaise nouvelle, c’est que même si vous n’avez pas à cacher un secret, vous pouvez souvent penser à lui, au détriment de votre propre bien-être. Mais la bonne nouvelle est que si la chose la plus néfaste est de penser au secret, il est important alors de réfléchir moins ou  de changer votre façon de penser, pour atténuer cet effet négatif", conclut Michael Slepian.

Photos : Shutterstock

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail

derniers articles sur anxiété