Psychologue.net
Sur Google Play Sur la App Store

J'aime passer un bon moment, rire et échanger avec chaque client - Yoan Guillouet

Après plusieurs années en tant que salarié dans le monde agricole, Yoan Guillouet a décidé de se tourner vers sa deuxième passion, l'hypnose, et de se former afin d'en faire son métier.

4 juin 2014 Interviews - Lecture : min.

psychologues

Je me suis formé à l'hypnose Ericksonienne, à l'hypnose classique ainsi qu'à la Programmation Neuro-Linguistique (PNL) à l'Institut Français d'Hypnose Ericksonienne, à Paris.

J'ai notamment été formé par Olivier Lockert, qui est très connu et auteur de nombreux ouvrages, dont Hypnose. Ma formation n'est pas terminée : outre le fait que j'ai un projet de formation pour la fin de l'année, la formation est toujours continue. Il est important de toujours participer aux séminaires et congrès pour continuer à se former.

Avant de me diriger vers l'hypnose, j'ai suivi des études en comptabilité et gestion agricole : j'étais donc plutôt dans ce monde agricole, de l'élevage, un monde attaché à sa terre et à ses racines. J'ai occupé plusieurs postes en tant que salarié et ces différents emplois m'ont fait prendre conscience que ce n'était pas là la vie que je voulais. Je n'avais dans ces emplois pas de contact particulier avec les personnes, et cela me manquait.

L'agriculture est ma première passion, et l'hypnose la deuxième. J'ai commencé à me former à l'Institut Française d'Hypnose Ericksonienne alors que j'étais toujours salarié car je voulais avoir des connaissances plus concrètes dans la pratique de l'hypnose et crédibiliser l'ouverture d'un futur cabinet.

C'est au cours de ma formation qu'est venu le projet de me tourner vers le libéral. C'est ainsi ce que j'ai fait après ma formation, en quittant mon poste de salarié.

C'est vrai que c'était un gros bouleversement, mais je pense que c'était le bon moment de le faire. J'allais ainsi vers quelque chose qui me correspondait profondément, que j'aimais et qui correspondait à ma vie. C'était un gros changement, certes, mais très agréable.

J'utilise particulièrement les différents types d'hypnoses à ma disposition : l'hypnose classique est celle telle qu'elle est pratiquée dans les débuts, plutôt directive. L'hypnose Ericksonienne est une évolution qui a adouci les pratiques, est devenu plus permissive et qui s'adapte encore plus à l'approche thérapeutique.

Aujourd'hui, la pratique de l'hypnose se cumule à la pratique de la PNL, lesquelles peuvent aussi être pratiquées séparément. Cela permet une pratique plus centrée sur l'autre et plus analytique.

J'utilise des outils qui me permettent de m'adapter à un maximum de demandes et de m'adapter au caractère de chacun. Chaque type d'hypnose peut correspondre à un type de personnalité différent. On peut aussi en changer selon le contexte, l'état d'esprit de la personne à ce moment-là.

cabinet.jpg

Personnellement, j'ai une approche basée sur la « théorie ludique » : pendant les séances, j'aime expliquer aux personnes ce qu'il se passe, la manière dont se déroule un état d'hypnose, ce que l'on ressent lors de l'état d'hypnose, comment initier le changement et comment fonctionne l'inconscient. Chaque séance est un apprentissage pour le client afin qu'il se découvre et puisse pratiquer l'autohypnose.

Par ailleurs, j'aime aussi que les séances se déroulent de manière ludique, que l'on puisse rire, qu'il y ait un échange. Cet échange peut partir sur des rôles, des jeux, des dessins, etc., car l'hypnose, ce n'est pas seulement un client allongé sur un canapé les yeux fermés pendant que le praticien parle. À ce titre, je m'éloigne du stéréotype du praticien qui parle d'une voix douce et monocorde pour que le client entre dans un autre état.

Pour moi, lorsque le client sort du cabinet, il doit avoir passé un moment agréable. Même si les questions viennent après, il faut qu'il ait un bon souvenir de ce moment, d'où les discussions et les rires. C'est très important pour moi.

J'aime bien prendre les personne à contre-pied car c'est aussi cela qui va créer le déclic, la déconnexion de leur conscience pour les faire entrer dans un état particulier qui va les amener au changement. Je les sors de leur zone de confort pour leur faire découvrir leur environnement de travail, à l'intérieur d'eux-mêmes.

J'utilise d'ailleurs aussi les outils de la thérapie ordalique, qui est basée sur la suggestion et l'ordonnancement : on ordonnance des actions à faire qui peuvent aider, mener au changement ; c'est un peu une thérapie de choc, où on prend les gens à contrepied pour créer un déclic particulier. J'aime aussi beaucoup cette pratique-là.

Si je devais faire ma fiche personnelle qui résumerait la manière dont j'exerce, je dirai que je suis jeune, et que je veux que ma pratique colle avec mon image, celle d'un jeune dynamique. Je veux sortir de l'image du praticien qui pratique l'hypnose Ericksonienne en racontant de belles histoires dans de beaux pays imaginaires (même si je la pratique parfois tout de même).

Je veux étonner, surprendre, car c'est cela qui permet aux gens d'avoir ce déclic. Cette manière de faire me permet aussi d'être complètement libre : j'adapte la pratique à l'entente mutuelle qui s'installe et à ma volonté de faire vivre cette expérience dans le plaisir et les rires.

Mon but est de passer un bon moment avec chaque personne qui entre dans mon cabinet ; que chacune comprenne qu'elle peut être elle-même le moteur de son changement et en comprenne les mécanismes avec le sourire.

J'ai le projet de réaliser des soirées de présentation de l'hypnose, et pourquoi pas de mettre en place des cabinets publics, comme cela existe à Paris. L'un des autres grands projets qui me tient à cœur, même s'il est encore assez flou, serait de pouvoir créer un groupe, une association avec pour but la promotion de l'hypnose dans les Pays de la Loire, en regroupant tous les praticiens de la région.

Pour le moment, mon activité reste centrée sur le cabinet car il m'est difficile d'en sortir (approche du corps médical, de l'entreprise…) car certains y sont spécialisés. Je laisse donc faire le bouche à oreille en espérant marquer les esprits par cette pratique dynamique et ludique.

yoanguilouet2.jpg

0 J'aime

Laissez un commentaire

Le nom sera publié mais pas l'e-mail

INFORMATION BASIQUE SUR LA PROTECTION DES DONNÉES
Responsable: Verticales Intercom, S.L.
Finalités:
a) Envoi de la demande au client annonceur.
b) Activités de publicité et prospection commerciale pour divers médias et canaux de communication de produits et services propres.
c) Activités de publicité et prospection commerciale pour divers médias et canaux de communication de produits et services de tiers de différents secteurs d’activité, pouvant impliquer la cession de données personnelles aux dits tiers.
d) Segmentation et élaboration de profils pour des finalités de publicité et prospection commerciale.
e) Gestion des services et applications qu’offrent le Site aux Utilisateurs.
Légitimation: Consentement de l’intéressé(e).
Destinataires: Il est prévu de céder les données aux clients annonceurs pour mener à bien la demande d’information sur les services annoncés.
Droits: Vous avez le droit d’accéder, rectifier et éliminer les données ou de vous opposer au traitement des mêmes ou à l’une des finalités, ainsi que d’autres droits, comme il est expliqué dans l’information additionnelle.
Information additionnelle: Vous pouvez consulter l’information additionnelle et détaillée sur la Protection des Données sur psychologue.net/proteccion_datos

À lire aussi