L humour, le rire comme mécanisme de défense

L’humour est notre compagnon de vie depuis le début du Covid avec le second degré et les mots d’esprit qui permettent plus que jamais de pouvoir aborder et dire les choses. Un recul nécessai

27 AVRIL 2020 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

L humour, le rire comme mécanisme de défense

Alors l'humour, c'est le rire pour ne pas pleurer ?Le "confinement challenge" ne cesse de se transmettre à travers les réseaux sociaux et beaucoup partagent leur quotidien sur Facebook. Comme nous l'étions pour "Charlie je suis" nous voilà encore ensemble autour du slogan: « Je suis at home ». Le virus invisible et pourtant tellement là, qui avance, qui se propage, masqué, caché ! Face à la mortalité qui nous guette peut-être, nous sommes oui tous ré-unis, montrant plus que tout sur Facebook que nous sommes LA, ENSEMBLE et bien vivants !!! Alors oui, certains sont seuls chez eux, oui d'autres à 2 ou bien en famille, les avantages ou inconvénients sont différents, les seuls n'ont pas à supporter les projections négatives de leur proches ou alors souffrent de solitude tandis que les autres n'ont pas à supporter le manque du regard, du toucher mais ont trop de bruits autour. Les uns s'ennuient, les autres s'occupent. Au-delà de nos différences du trop et du pas assez, une chose est commune : on est confinés. Alors face au virus, face aux murs de derrière les balcons, on se sert de l'humour, vive la créativité plus que jamais pour résister, pour exister ! Les murs ? On les abats ! Où aller quand ca va mal ? Régressons donc ! Redevenons tels des embryons, confinés, bien au chaud, amusons-nous donc soyons comme avant, comme des enfants. Nous nous donnons la permission de redevenir indisciplinés, dans une douce turbulence ou chacun devient un peu artiste, on parodie, on invente et Facebook se transforme en vaste terrain de jeux ! On s'échange les jeux, comme on aurait pu se partager des billes. Franchement, allez, c'est hilarant quand l'imagination déborde, on se découvrirait presque des dons, des talents, ....exemple d'un gars confiné en couple qui nous parle en nous disant que c'est super à deux et qui en parallèle; affiche en silence sur papier A4 le contraire de ce qu'il vit...la dame étant à coté.....pleins, pleins de vidéos drollissimes. On est tous reliés ou liés à nos balcons !"Questions à nos balcons ! " un gars propose de rejouer ce célèbre jeu de France 3, très drôle !! Beaucoup chantent ou jouent de la musique, nos balcons deviennent le canapé psy de tous, d'inconscient à conscience collective, à 20h on se retrouve à applaudir nos soignants....Fini le canapé chez les psy ?? Maintenant c'est thérapie sur le balcon ?C'est qui au fait ce Corona Virus prénommé plutôt par Covid-19? Un bon ou mauvais père ou une bonne et mauvaise mère ? Car il fait du mal mais aussi du bien, à la terre !!!!A la terre a nos animaux !!! Nos canards qui déambulent librement dans nos rues de Paris, heureux sont les canards sur la place de la Comédie-Française, les cygnes qui se baignent dans les eaux, canaux transparents à Venise...le ciel qui devient bleu comme jamais, retour du ciel bleu à Pékin, moins de pollution vue par satellite. Monsieur Virus Corona tu nous fais du mal tu nous tues mais on s' en sortira, tous plus forts que toi, merci Corona les terriens ont compris ta leçon. !! Là !! Maintenant ! Là !..Encore un ! Hi Hi encore un post publié. Une image détournée sur Facebook sur le confinement : deux policiers devant une porte : "Madame ! Vous allez bien ? Ça fait 5 heures que vous n'avez pas publié !?"Je rigole encore ! merci Facebook ! J en oublierai presque ce virus, ce coupable qui avance masqué…Ne l'oublions pas, il est là le Corona. Masqué, plus que jamais, peut-être là, déjà, on sait pas…Mais c est ENSEMBLE, chez soi, qu'on le vaincra. Alors oui, soyez frustré !! soyez privés, confinés ! ou affamé !mais Riez !!oh oui!! Surtout continuez !!! Rions ! Riez !! plus que jamais !!!Il finira par déclarer forfait !Continuez à partagez ! PARTAGEZ LES RIRES, les vidéos !On va le mettre K.O !!!!Il en aura fait des dégâts ce Corona !Mais on va l'anéantir.....il va finir par en mourir, étouffé de nos rires, lui aussi!!!!!!…..L'humour, vous le voyez, vous en riez, est un langage crée par des mots détournés et qui a un rôle particulier. Décharge, défense mais pas que. L'humour est plus fin, et s'il est lourd, c'est qu'il le veut bien. Allant au-delà du seul besoin de communication, l'humour cache le sens dans la forme. C'est en quelque sorte le clivage du mot, le bon d'un côté et le mauvais de l'autre. Le bon mot, celui qui est politiquement correct, acceptable et le mauvais mot, celui qui est trop rebelle pour être dit trop de front ou trop futé pour ne pas en rajouter. L'humour, c'est un savant cocktail entre le signifiant et le signifié, un jeu dans lequel on dit sans dire. Fuite ou stratégie, le bénéfice secondaire de la répartie inconsciente est incontestable, pas vu, pas pris. L'humour a sa famille parmi les mots d'esprit, à la différence qu'il est un mouton noir, conscient, délibérément conscient. Les autres sont plus dociles, lapsus, actes manqués, rêves, gardent les masques, déguisés. L'humour, lui, met en suspend et en suspense. Humour et mots d'esprit sont toutefois tous deux soumis à un travail commun d'élaboration. Le contenu manifeste (visible), le mot, ne correspond pas au contenu latent (la signification). Il est dissimulé, crypté, encodé mais des éléments de liaison permettent toutefois sa compréhension. Tel le rêve, le mot d'esprit et l'humour prennent appui sur un aspect de la réalité à partir de laquelle émerge une vérité liée à un désir. Le mot d'esprit relève du désir inconscient de se frayer un chemin, de faire l'école buissonnière. Mais quel désir correspondrait donc à l'humour? Un désir sadique anal de manipuler sans trop donner d'information ou en gardant ses distances, sans trop lâcher d'indices? Un désir pervers, exhibitionniste, qui permet de jouir du verbe que l'autre reçoit en pleine figure, surpris, en laissant flotter tellement de flou autour qu'il ne peut rien répondre, comme coincé? Confiné. Avec l'humour, on peut toujours retomber sur ses pattes et dire que l'autre a mal compris. C'est un mécanisme pervers en ce sens qui manipule l'autre et sème le doute. Un désir hystérique que de se faire remarquer? Aussi. Un besoin de décharger. L'humour emploie des figures de style. L'humour est stylé, il a de beaux costumes il faut bien l'avouer. Parfois il peut être lourd aussi et il en décevrait presque quand il est mis à nu, il perd de son panache. L'humour c'est la nuance de la pensée. L'humour, c'est une élaboration dans un rapport d'équivalence. L'humour, mot et jeu d'esprit à la fois, utilise plusieurs figures de style. Prenons d'abord la métonymie. Il s'agit d'un processus de pensée ou le contenant est employé pour le contenu. Ainsi, on va "se servir une assiette" ou bien " boire un verre". L'oralité est très présente durant le Covid. L'humour, c'est du raccourci aussi. N'est ce pas la guerre, dit-on ? Sans doute pour ne plus perdre de temps, l'humour se sert de la synecdoque en évoquant un élément d'un tout qui le compose, par exemple un sac de noeuds. L'antonomase permet de se servir d'un nom propre comme d'un nom commun, un don juan, un hercule, un coronas par exemple. La périphrase remplace un nom par ses qualités. Tout le monde connaît le « roi des animaux ». L'antiphase dit le contraire de ce qu'on entend. « La parole est claire »… Pas toujours. Restez chez vous, s'en sortir sans sortir. Elle est puissante, elle sème le doute, elle exagère aussi. C'est assez réussi, ne vous gênez pas! Avec l'humour, on a des parallèles, on souligne des qualités, des défauts. On dit des vérités. L'humour, en plein cœur du paradoxe, donne des vérités bien surprenantes avec des opposés qui se rapprochent. L'humour exprime aussi l'absurde s'il utilise l'oxymore, on peut y trouver des grèves du zèle ou bien des pleurs de joies. L'humour est poétique en soi. Le virus de l'amour plus fort. Parfois lourd avec la redondance qui insiste sur la répétition et l'accumulation pour renforcer les traits, produire même le désordre, le choix du chaos. On en a coupé la tv. L'humour y va aussi par degrés d'intensité parfois, utilisant la gradation. On prend des gants ? Cela dépend. Pour insister, l'humour fait même des fautes, des pléonasmes. Un seul mot peut suffire telle l'anaphore, pour résumer un tout, convaincre. c'est la force du "J'accuse", pour se substituer à l'idée. Amplifier (c'est la guerre) puis atténuer (c'est une grippe), rendre faible ou fait grandir? L'hyperbole? la litote, l'euphémisme. Comparer, personnifier, viser à la surprise, l'humour est une métaphore à elle seule, transformant la réalité de la chose désignée. Alors c'est la guerre ! Rencontre surréaliste de deux univers! L'humour, aujourd'hui plus que jamais voisin d'actualité, et porte sous son masque la vérité, qu'il faut tenir cachée. L'humour fait partie des mécanismes de défense utilisés par l'inconscient pour résoudre un conflit psychique du Moi. Ils sont nombreux et coûteux en énergie, à l'exception de la sublimation qui va elle, permettre à la pulsion de s'investir l'environnement, le social (le travail, l'écriture) : Sublimation (on est bien chez soi, on s'occupe), fantasmatisation (ces gens du quotidien ces héros), dénégation (ce n'est pas grave du tout), compensation (puisqu'on n'a plus de masque, prenons des soutien gorges, puisqu'on n'est plus payé, des aides sont octroyées), déplacement (le mal aux dos, la migraine), régression (tu veux jouer avec moi ?), clivage (ceux qui sortent et qui tuent et ceux qui restent et qui sauvent), annulation (non, ce n'est pas possible), isolation (je reste confiné, je coupe la tv), déni (c'est une grippe), retournement sur soi (le télétravail et les enfants, un côté maso mal assumé qui se réveille ?) introjection, projection, dissociation (j'ai besoin de m'évader par la pensée). Ils sont en réaction possible suite au désaccord interne ça-surmoi de type « je veux (sortir) mais je ne peux pas (risquer de mourir)».La sublimation permet l'adaptation à l'environnement et à la société de la libido, de tenir dans ce manque à être. On peut se demander si l'humour n'est pas finalement pas plus sublimatoire que défensif, ce peut être le cas avec certains humoristes qui associent l'humour à l'écriture. Enfin, les figures de styles de la littérature ressemblent aux mécanismes de défense psychiques, lorsque les mots prennent une orientation différente, lorsqu'ils modulent la réalité et les caractéristiques d'autrui, lorsqu'ils dépouillent l'affect ou l investissent et le déplacent ailleurs, lorsqu'ils prêtent à l'autre des caractéristiques qui appartiennent au sujet et dont le sujet ne veut pas ou qu'il ne veut pas reconnaître, alors oui, ils se ressemblent. Les figures de style comme les mécanismes de défense permettent de s'identifier aux caractéristiques d'autrui, de rejeter la réalité trop douloureuse, de créer des pensées magiques ou de séparer les choses pour évoquer le meilleur, le pire. La figure de style est telle la conversion, support comme l'est le corps, de l'expression douloureuse. L'humour, formation réactionnelle incontestable en soi, qui vient pour contrecarrer un désir (de dire) ce qui est interdit, que l on s interdit (de dire). L humour, positif et l humour, négatif. Parfois l humour ne fait pas rire. Il est froid, violent, jaune. Quand l ironie rime avec cinisme....

Quand le bureau devient un enfer. Vous ne vous êtes par retrouvé(e) dans le placard par hasard et et comprendre ce qui a fait que vous vous y trouvez vous aidera à avancer, en mieux. Parfois oui des situations qui semblent être une impasse et pourtant dans l'impasse n'est que dans votre tête même si vous êtes confronté à d'autres personnes il y a toujours des solutions et se retrouver dans l'impasse est aussi la possibilité de pouvoir trouver d'autres chemins magnifiques. Notre façon de voir les choses est souvent très limitante et on appelle cela des croyances limitantes. J'ai reçu récemment une personne qui était enfermé dans son placard et elle n'avait pas vu qu'il y avait une porte réelle. Elle restait enfermée dans des moqueries.

Un changement de point de vue lui a permis en une séance de pouvoir se dire qu'elle allait utiliser cette porte comme une ouverture. Un travail est en cours bien sûr mais elle est sortie de l'impasse elle est plus dans le noir elle n'est plus renfermée.

© C.Vera avec introduction de Sandra Imbert

PUBLICITÉ

Écrit par

Corinne Vera Alexandre Linkedin

Psychanalyste
nº Adeli ou Siret: 130010895

Psychanalyste, Hypno analyste, Psychothérapeute et Sexothérapeute, elle exerce dans le Vaucluse à Bollène et Avignon ainsi qu'en ligne. Elle utilise les thérapies brêves en association de la psychanalyse dans une pratique intégrative en EMDR et en Hypnose.Sa pratique est aussi psychocorporelle avec l'hypnose et de la médiation corporelle.

Voir profil
Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

derniers articles sur psychanalyse