Psychologue.net
Psychologue.net
Sur Google Play Sur la App Store

La célébrité nous aveugle : l'effet Neverland

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Une réflexion sur le documentaire "Leaving Neverland" où sont relatés différents épisodes d'abus sexuel de Michael Jackson sur des mineurs.

2 avril 2019 · Lecture : min.
La célébrité nous aveugle : l'effet Neverland

Le documentaire "Leaving Neverland"

Nous avons récemment vu une production sur Michael Jackson intitulée "Leaving Neverland" qui traite des épisodes d'abus sexuels qui auraient été commis sur les mineurs Wade Robson et James Safechuck. À l'époque, ils n'ont pas porté plainte, et l'un d'eux a même témoigné en faveur du chanteur. Deux chapitres de deux heures où vous pouvez voir comment personne n'a pu se rendre compte de ce qui se passait.

Nous voyons même que certains le justifient encore aujourd'hui, comme Barbara Streisand l'a fait en disant que "ses besoins sexuels étaient ses besoins sexuels, provenant de son enfance ou de son ADN" et qui démontre son engagement moral envers lui. Elle serait d'ailleurs au même niveau que ceux qui le soupçonnaient à l'époque, pour être proche du chanteur, et de par cette proximité savaient et se taisaient.

shutterstock-223362247.jpg

Être un bon professionnel n'implique pas d'être une bonne personne

Ce qui doit nous faire réfléchir en tant que société est ce que nous appelons ici "l'effet Neverland" et qui affecte notre vision sur les choses. Personne ne doute du fait que Michael Jackson était un grand chanteur et une étoile de la pop durant des années.

Le problème reste que souvent nous faisons un lien entre le fait qu'être un bon chanteur fait de vous une bonne personne, un bon père, ou une personne irréprochable dans n'importe quel domaine de votre vie. Mais le fait est que nous ne connaissons pas la personne au-delà de son image publique, nous avons uniquement une vision biaisée de cette personne, mais comme notre esprit ne gère pas bien le fait d'avoir des trous à remplir, il préfère généraliser à partir des connaissances que nous avons.

À partir de là, nous évitons que quelqu'un contredise cette image et, si j'étais un fan de Michael et qu'on me disait que dans un domaine de sa vie ce n'est pas une personne correcte et que, comme c'est affirmé dans le documentaire c'est un agresseur sexuel de mineurs, cela serait inacceptable pour moi, car cette trahison ferait que d'une manière ou d'une autre je penserais qu'il est moins bon chanteur, bien que cela ne soit pas ça qui soit remis en question.

Quand nous critiquons quelqu'un, nous pensons au fait que nous l'aimons plus ou moins dans certain domaine de sa vie, mais cela ne fera pas que cette personne soit mauvaise ou bonne en autre chose. Un exemple typique de cet effet se reflète dans le commentaire des voisins d'un homme qui a tué une autre personne : "c'était un homme gentil, il disait toujours bonjour" comme si le fait d'être gentil avec les voisins pouvait empêcher de maltraiter ou d'être un meurtrier.

Photos : Shutterstock

psychologues
Écrit par

Dr. Jaume Guinot, traduit par Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail