La dépression

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Comment s'installe un état de dépression, sa structure, ses conséquences. Les conditions de vie générant la dépression.

5 SEPT. 2016 · Lecture : min.
La dépression

1- STRUCTURE DE LA DÉPRESSION

La dépression au sens étymologique du terme est un privatif au mot pression, il signifie : absence de pression.

En ce sens, cette situation psychologique a pour but de permettre au sujet un retrait à une pression.

Elle est donc la solution à une situation faisant pression sur le sujet et dont celui-ci, pour s'y soustraire, n'a d'autre option que la dépression.

Le problème à résoudre est donc : « Comment réduire la pression initiale qui a générée cet état ? ».

Pour le sujet, l'ensemble des données perçues dans son environnement sont en cohérence avec son modèle de perception identitaire. La pression s'exerce lorsque ces données entrent en contradiction avec le mode de perception identitaire. Le sujet n'a plus assez de liens de référence entre lui et l'extérieur pour maintenir la construction de son identité.

2-LA DÉPRESSION COMME SOLUTION A LA CRISE D'UNE IDENTITÉ

L'on considère qu'il y a dépression lorsque le sujet est atteint dans ses différents aspects identitaires – professionnels, sociaux, personnels – et lorsque l'ensemble de ses identités n'a plus, selon lui, de sens. Il désinvestit alors ses identités pour échapper à la pression faite à celles-ci.

Il perd ainsi toute référence faite en relation avec sa réalité sociale. Il abandonne sa position d' « ego » et perd contact avec ses désirs.

La dépression comme solution au sens étymologique du terme : la solution sert à dissoudre dans ce cas l'identité antérieure pour en reconstruire une en adéquation avec son environnement. L'identité chez le sujet se construisant en relation au monde à travers le temps, n'a plus de sens dans cette situation, le sujet n'expérimente plus que sa seule présence au présent.

3- LA STRUCTURE DU TEMPS

Dans la dépression, le temps s'est arrêté, le sujet pense le futur mais ne s'y associe plus. Il est en quête, au plus profond de lui-même, d'un nouveau sens au fait d' « être ». Il concentre toute son attention sur le présent, ne pouvant plus construire une identité à travers le temps passé – présent – futur. L'expérience perceptuelle identitaire ayant été mise en défaut, le sujet se tourne vers lui-même, vers la seule certitude de ses perceptions immédiates.

Quand il agit dans le monde, c'est pour maintenir un lien relationnel minimum afin de sauvegarder sa capacité à traiter de l'information.

Puisque ce qui a eu lieu avant la dépression n'a plus de sens par rapport à ses aspirations, il doit, de là où il est - c'est-à-dire hors du temps - reconstruire un sens pour que son futur soit différent. Il opère alors en lui-même une « métanoïa ».

4- ASPECTS SOCIOLOGIQUES – HÉTÉROGÈNE

La « liberté » comme valeur de société

Pour se construire une identité, un sujet a besoin d'expérimenter tout d'abord l'autonomie et ensuite l'indépendance. Il expérimente la conscience d'une identité libre, celle-ci est en résonance avec les valeurs d'une société démocratique.

Certaines contraintes économiques et sociales – RMI, licenciements, chômage – entre en contradiction avec le maintien de la liberté de conscience et d'action. La réalité sociale devient alors une pression insupportable pour le sujet libre.

shutterstock-320653400.jpg

Evolution des déterminants individuels

Choix collectifs, choix individuels

L'évolution de notre société porte de plus en plus chacun d'entre nous, à décider de ses propres choix, professionnels, affectifs et familiaux. Beaucoup de ces décisions reposaient davantage sur le collectif que sur l'individuel, il n'y à encore que quelques décennies.

Ces nécessités ont permis aux individus une plus grande indépendance sociale mais nécessité une plus grande autonomie psychologique. Cette autonomie se conquiert au travers de crises multiples qui, si elles ne sont pas accompagnées, peuvent se traduire par des périodes dépressives.

Développement de la pression sociale

Évolution de notre société en société urbaine.

Il est un facteur également de grande importance : le bouleversement démographique de ces dernières décennies. En effet, la population est passée d'essentiellement rurale à essentiellement urbaine avec une réduction des groupes familiaux fragilisant ainsi le tissu relationnel, et augmentant la fragmentation des groupes sociaux

Ce changement social s'est accompagné d'une réduction des distances communicationnelles et d'une restriction de l'espace social générant ainsi une pression à gérer et une réorganisation « forcée » de nos territoires sociaux.

5 - ASPECT PSYCHOLOGIQUES – ENDOGÈNE

Crainte de la perte

Les expériences telles qu'un deuil, une séparation, un abandon ôtent au sujet le support de son altérité, créant ainsi un espace intérieur « en chantier » qu'il devra reconstruire lui-même.

Le sujet est soumis à la contrainte d'assumer une réalité sans le support qui lui permettait de la vivre.

Il prend donc en charge une part de sa construction qui était auparavant supportée par une autre personne. Une pression supplémentaire s'exerce ainsi sur lui dans l'urgence d'assumer seul ses apprentissages.

Crainte de ne pas pouvoir choisir

Le sujet soumis à une contrainte, une agression, une pression sociale / familiale, est en conflit avec ce qui lui permettrait de construire son identité.

Le sujet perd de son autonomie dans sa possibilité à décider seul, par lui-même. Il vit ainsi une pression dont il ne peut se libérer de crainte de se retrouver sans l'appui nécessaire à sa construction.

6 - INTERACTION DE CES DIFFÉRENTS FACTEURS

Lorsque le sujet, de part son expérience de vie, n'a pu construire une autonomie psychologique suffisamment importante pour se vivre indépendant et que, dans une situation analogue, il se trouve en présence d'une pression sociale où il a à exercer son indépendance et son autonomie, il peut alors rencontrer des difficultés de positionnement.

shutterstock-343700747.jpg

7 - LES RÉFÉRENCES :

INTERNES-EXTERNES / AUTONOMIE-INDÉPENDANCE

C'est donc la perte d'indépendance qui a amené le sujet à se retirer de cette situation par la dépression afin de retrouver ses processus d'autonomie pour réaffirmer son indépendance. Il se retire du désir des autres pour retrouver son propre désir et pouvoir ainsi le manifester vers les autres. Il se retire du futur de la contrainte pour retrouver le présent de sa liberté et vivre librement malgré les contraintes.

Il va avoir à reconstituer ses propres perceptions, la trame de son expérience, pour reconstruire le tissu identitaire. Cette reconstruction l'amènera à une nouvelle autonomie.

8 - INTERVENTION – REPOSITIONNEMENT IDENTITAIRE

L'accompagnement de la personne en dépression éclaire d'une manière particulière la position paradoxale de l'action thérapeutique. Le sujet, de part la nature de ce qu'il vit, a perdu momentanément son indépendance, et il fait appel à une personne extérieure pour lui permettre de la retrouver.

L'accompagnant aura pour unique objectif de permettre au sujet de reconstruire son rapport perceptuel à lui-même. En ce sens, il se gardera de donner des conseils ou de faire en sorte que le sujet se projette dans le futur. Il aura tout au plus à permettre au sujet de s'appuyer sur sa propre expérience perceptuelle afin qu'en émerge un sens et que renaisse la présence du désir.

Photos : Shutterstock

Écrit par

Régis Lamotte

Voir profil
Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail

derniers articles sur dépression