La peur de sortir de chez soi est appelée syndrome de la cabane

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Si vous avez peur de quitter la maison et que la peur est presque une panique, vous souffrez peut-être du syndrome de la cabane. Apprenez-en plus...

21 MAI 2020 · Lecture : min.
La peur de sortir de chez soi est appelée syndrome de la cabane

La chose la plus incroyable est que cela peut arriver à tout le monde

Pourquoi suis-je terrifié.e de sortir de la maison ?

Si vous avez peur de quitter la maison et que la peur est presque une panique, vous souffrez peut-être du syndrome de la cabane. Le syndrome de la cabane a un nom frappant et est devenu à la mode par rapport à la crise du COVID-19. Ce syndrome consiste en l'apparition d'une peur intense de changer l'environnement après une période prolongée de confinement et d'isolement. Son origine remonte au début du XXe siècle. C'est le moment où les premiers symptômes ont été observés chez les chasseurs et les chercheurs d'or, qui ont passé des mois entiers isolés dans leurs cabanes. Lorsqu'ils ont dû reprendre vie en société, ils ont montré des symptômes de méfiance, d'angoisse et de peur. L'esprit de ces chasseurs était habitué aux petits espaces étroitement contrôlés, c'est là qu'ils se sentaient en sécurité.

Le syndrome de la cabane a été détecté chez des personnes ayant passé des périodes de confinement dans des hôpitaux, des prisons ou des personnes qui ont été kidnappées. De plus, cet état mental apparaît chez les personnes qui vivent dans des espaces étroits, isolés ou monotones et qui y sont habituées.

Le "syndrome de la cabane" est un terme très récent en psychologie, mais il a été étudié chez des personnes ayant vécu privées de liberté, ainsi que chez des patients ayant passé de longues périodes en chambre d'hôpital.

Comment savoir si j'ai le syndrome de la cabane ?

Si vous vous sentez dépassé.e au moment de commencer le déconfinement, vous souffrez peut-être du syndrome de la cabane.

Le syndrome de la cabane consiste en la peur de sortir dans la rue avec des symptômes d'anxiété pour éviter les dangers qui peuvent y être trouvés. La personne craint de quitter son domicile après une longue période d'isolement. Les symptômes les plus courants qui peuvent survenir au moment du départ sont la panique, la tachycardie, les nerfs, l'anxiété antipathique.

À qui cela arrive le plus ?

Les phases de déconfinement en France entraînent un déconfinement fondé sur la peur dans différents types de population.

Ce syndrome peut apparaître chez les plus jeunes de manière beaucoup plus évidente, du moins chez un groupe important d'enfants. En outre, il est probable que COVID.-19 lui-même et ses conséquences ont gravement touché une personne de la famille. Les enfants savent que vous ne pouvez pas sortir parce que c'est dangereux pour tout le monde. Il n'est pas si facile pour les enfants de comprendre les changements dans les instructions données par les adultes, et les enfants sont conscients qu'il existe toujours un danger en raison de toutes les précautions à prendre pour quitter leur maison en toute sécurité.

Les personnes âgées et les hypocondriaques sont également deux populations très exposées au développement du syndrome. Ils préfèrent la sécurité à tout risque éventuel qui les rend vulnérables.

Les personnes qui avaient déjà une prédisposition à s'isoler socialement avant le confinement sont un autre groupe à risque.

Comment ce syndrome commence ?

Son nom d'origine est "fièvre de la cabane" "syndrome de la cabane" et il a commencé à être mentionné au début du XXe siècle pour décrire un type d'état mental qui est également connu sous le nom de "folie des prairies" ou "folie des montagnes".

Le Dr Paul Rosenblatt, professeur émérite de sciences sociales familiales à l'Université du Minnesota aux États-Unis, a expliqué à la BBC qu'il avait mené une étude dans les années 1980 avec des gens du Minnesota, un État rural aux hivers très rigoureux, pour apprendre comment ils ont lié le concept à leurs expériences. Selon Rosenblatt, parmi les personnes qui en ont souffert, il n'y a pas unanimité sur les symptômes spécifiques ni sur leur ordre d'apparition. Le plus courant est de présenter une sensation d'agitation, de sensation d'enfermement, de dépression, d'irritabilité, de solitude, de malaise, d'anxiété, d'impatience, d'ennui et de frustration. La prévention est essentielle. Vous pouvez présenter des symptômes et ne pas leur donner de valeur car ils sont légers au début. Chaque évitement augmente l'inquiétude. Il vaut mieux sortir progressivement malgré l'inconfort ou la peur pendant de courtes périodes et s'habituer aux nouvelles normes et ainsi pouvoir normaliser peu à peu la situation. Toute peur doit être confrontée le plus tôt possible afin qu'elle ne grandisse pas.

Cela peut-il arriver à tout le monde ?

Cela peut arriver à des personnes qui n'étaient pas sensibles aux troubles psychologiques.

La situation au premier trimestre 2020 a été si surréaliste que les personnes qui n'ont peut-être pas eu de troubles psychologiques dans leur vie peuvent être candidates à des syndromes post-coronavirus tels que le syndrome de la cabane.

Face à tant de menaces possibles, les gens se sotn sentis et se sentent très vulnérables. Tant de temps isolé a fait que les adultes et les enfants ne sont plus habitués aux contacts sociaux.

Il y a des situations telles que l'isolement et le confinement qui se sont normalisées, et maintenant beaucoup de gens ressentent de la peur et ne compensent pas le risque possible contre l'avantage, après tout, il y a toujours un risque élevé de contagion et de complications.

Comment surmonter le syndrome de la cabane ?

1. Comprenez votre cas.

Habituellement, les gens sont très confus sans savoir clairement ce qui leur arrive, quel est ce syndrome et qu'est-ce qui est à l'origine. Lorsque vous ressentez de la peur, de l'anxiété ou une inquiétude excessive, évaluez ce qui se passe dans votre environnement et quelle peut être l'origine de vos symptômes.

2. Rationalisez les symptômes

Si vous savez déjà ce qui vous arrive, vous devez vous informer adéquatement sur le syndrome, ses symptômes et les solutions possibles. Vous devez rationaliser les symptômes, en particulier la panique et l'agoraphobie dont vous souffrez.

3. Pratiquer les techniques de relaxation et de respiration

La relaxation et la respiration sont deux techniques courantes et efficaces que vous pouvez utiliser pour faire face aux symptômes. Cependant, ils ne résolvent pas tout à fait la peur, mais ils vous aideront à vous exposer à la situation avec moins d'inconfort.

4. Détectez les croyances invalidantes

Vous devez trouver les croyances sur la situation redoutée, les remettre en question, apprendre à changer les pensées déraisonnables par d'autres pensées positives et raisonnables.

5. Exposez-vous progressivement aux sorties

Il est nécessaire que vous vous exposiez progressivement aux symptômes redoutés, tels que l'anxiété, l'agitation, la respiration altérée ... afin de perdre progressivement votre peur.

Si vous pensez vous exposer à quelque chose qui vous fait peur, il est normal que cela vous semble complexe, et il ne s'agit pas seulement que vous vous approchiez de la chose redoutée et que vous restiez dehors, non. Si vous avez peur d'un avion, la solution ne sera pas souvent de prendre l'avion. Il faut le faire progressivement, suivant une ligne directrice préalablement planifiée, pour réaliser une exposition adéquate et réduire progressivement la peur.

6. Ayez du courage

Vous aurez toujours un certain degré d'incertitude et d'inconfort face à une situation comme la situation actuelle. Vous devez développer le courage d'affronter progressivement les symptômes et cela vous donnera la clé de la résolution du syndrome de la cabane.

7. Prévenir, c'est guérir : consultez un professionnel

Si vous avez besoin d'aide pour faire face à la situation actuelle, n'hésitez pas à contacter un professionnel. Une intervention opportune peut éviter que la situation ne devienne chronique et contribue à raccourcir la période d'inconfort. Si vous ne pouvez pas y accéder physiquement, contactez un professionnel en ligne. Recherchez toujours des solutions pour minimiser votre inconfort. Le but est de réduire la période de souffrance et de reprendre rapidement et bien votre vie normale.

Photos : Shutterstock

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail

derniers articles sur anxiété