La phobie scolaire

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

La phobie scolaire est une épreuve difficile pour l'enfant mais aussi pour ses proches : parents, frères, sœurs... Cet article permet de comprendre la phobie scolaire dans la bienveillance.

14 MAI 2019 · Lecture : min.
La phobie scolaire

La phobie scolaire est une angoisse massive qui survient à la simple idée d'aller à l'école. Cette angoisse se manifeste la plupart du temps au moment du départ de la maison. Cette crise peut très vite disparaître lorsque l'enfant a compris qu'il n'irait pas à l'école. Il est important de bien comprendre que l'enfant ne refuse pas d'apprendre, il refuse de fréquenter le milieu scolaire qui lui fait peur.

Selon la psychiatre Adelaïde Johson (1941), la phobie scolaire se définit comme « une intense terreur associée au fait d'être à l'école ». Cette incapacité à se rendre à l'école est indépendante de la volonté de l'enfant. On peut assister à une réelle crise de panique si on essaie de forcer l'enfant d'y aller.

Contrairement aux phobies classiques, l'objet qui amène la phobie n'est pas clairement identifié. Cela peut être l'école, un professeur, un ou des élèves, le fait de quitter ses parents ou son domicile…). C'est pourquoi, c'est le terme de « refus scolaire » qui est retenu dans la littérature internationale.

Tous les enfants peuvent être atteints de phobie scolaire. Elle touche 2 à 5% des élèves dans les pays occidentaux.

Cependant, on observe 2 catégories d'âge plus souvent touchées :

  • L'entrée au CP vers 6 ans
  • À cet âge, il est probable que la phobie scolaire soit liée à des angoisses de séparation.
  • De l'entrée en 6ème vers 11 ans à l'entrée en 4ème vers 13-14 ans.
  • Elle serait propre à une étape de maturation somatopsychique difficile à supporter pour l'adolescent comme pour la famille.

En plus de l'angoisse de séparation et de la maturation somatopsychique, d'autres causes peuvent expliquer cette phobie :

  • La peur concernant la santé de ses parents (suite au deuil d'un proche, la maladie d'un parent…).
  • La peur liée à un traumatisme subi à l'école (agression, rackets, violences morales ou physiques).

Symptômes 

  • Difficulté à quitter le domicile pour partir à l'école
  • Absentéisme scolaire
  • Réaction émotionnelle marquée par l'anxiété et la panique
  • Absence de comportements antisociaux (l'enfant poursuit ses activités extérieures)
  • L'enfant ne cache pas sa situation à ses parents
  • L'enfant refuse de partir à l'école sans raison.

shutterstock-1381395959.jpg

Généralement, la phobie survient brutalement dès le début de l'année scolaire, au retour des vacances ou à la suite d'un événement particulier. Il est important d'agir sans tarder. Plus elle apparaît tardive (fin de collège, lycée), plus elle sera difficile à traiter et peut alors conduire à une déscolarisation voire une désocialisation. C'est pourquoi, la prise en charge précoce améliore l'évolution du trouble.

Réflexes à adopter

Les bons réflexes à adopter en tant que parents:

  • En parler, le plus calmement possible, dès que le trouble a été identifié.
  • Consulter un psychologue, un psychothérapeute, un pédopsychiatre, qui adaptera sa thérapie à l'enfant (les thérapies cognitivo-comportementales donnent de bons résultats).
  • Prendre contact avec l'école et les enseignants. Se procurer les devoirs. Il est essentiel que l'enfant garde à l'esprit qu'il pourra reprendre sa place à l'école (besoin de projection). Il n'est pas conseillé d'avoir recours à des cours par correspondance, cela peut aboutir à une désocialisation rapide. Il peut être possible d'envisager un aménagement de l'emploi du temps au collège par exemple.
  • Maintenir le lien enfant-école : voir de temps en temps le directeur, les enseignants, les camarades sur le lieu de l'école. L'enfant comprendra que sa place lui est gardée et qu'on l'attend.
  • Éviter les menaces, injonction qui peuvent être contre-productives.

Ce qu'il faut retenir : en tant que psychologue, les beaux discours sont plus faciles mais en tant que maman de 3 filles, je sais bien que tout n'est pas si simple au quotidien. Mon conseil, si votre enfant souffre de phobie scolaire, est d'adopter le plus possible une attitude sereine et bienveillante, ce qui aidera votre enfant à faire face à sa phobie d'aller à l'école. Et puis, vous et votre enfant n'êtes pas seuls, des professionnels sont là pour vous aider…

Photos : Shutterstock

Écrit par

BUN CHAUVET Émilie

Voir profil
Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail

Derniers articles sur Familles