La thérapie multifamiliale donne une place à la maladie dans la famille, tout en remettant la maladie à sa place

Véronique Faivre, a toujours eu envie d'apprendre et la curiosité de l'autre l'a toujours poussée. Elle nous parle aujourd'hui des thérapies multifamiliales, l'un de ses projets.

21 MARS 2014 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

La thérapie multifamiliale donne une place à la maladie dans la famille, tout en remettant la maladie à sa place
Véronique Faivre est devenue psychothérapeute parce qu'elle croit profondément que la vie est une belle aventure et qu'il n'est jamais trop tard pour s'intéresser et s'interroger sur ses expériences, son passé, ses racines et son devenir. Elle a pour projet de mettre en place des thérapies multifamiliales autour de problématiques communes, un sujet très intéressant dont elle a bien voulu nous parler en détail.
Expériences passées et actuelles

Qu'est-ce qui vous a motivé à devenir psychothérapeute ?

Beaucoup de questions sur les "mystères" de la vie en général, une grande curiosité pour les êtres humains, l'amour, car c'est un métier qui ne peut se faire que si on aime l'Autre, sans jugement et sans a-priori, la croyance que chacun à la même valeur humaine et que chacun a droit à être aidé, quelque soit son parcours, ses peurs, ses faiblesses, son histoire...

Tout ceci ainsi que l'envie d'apprendre tout le temps, donc beaucoup d'études et un zeste de spiritualité. C.G Jung dit que " Tout ce qui n'accède pas à la conscience revient sous forme de destin".

Pratique et projets

Pourriez-vous nous décrire votre pratique ?

Actuellement, donc, je pratique en exercice libéral et réalise des thérapies individuelles, de couple et de famille. Je propose également des régulations et supervisions de groupes de paroles et d'écoutants au sein de l'association Lormont Main Tendue (malades atteints de cancer et leurs proches).

Mon approche est multiréférentielle : psychologie jungienne et analyse des rêves, thérapie transgénérationnelle, approche systémique et objets flottants.

Vous avez pour projet de mettre en place des thérapies multifamiliales, pouvez-vous nous en dire plus ?

J'ai pour projet, en effet, la mise en place de thérapies multifamiliales autour de problématiques communes. Il s'agirait de travailler à plusieurs thérapeutes (minimum 2), avec plusieurs familles sur un thème commun, tel que l'anorexie/boulimie, TOC et phobies, maladies somatiques (cancers ou autres), suicide ou tentative d'un membre de la famille, etc. Sans oublier un travail à dimension psychoéducative (déculpabilisation des familles). La thérapie multifamiliale permet de donner une place à la maladie dans la famille, tout en la remettant à sa place.

J’ai choisi deux exemples de projets de groupes multifamiliaux, abordés ci-dessous.

Exemple de thérapie psychoéducative multifamiliale dans les troubles bipolaires :

- Comprendre la nature de la maladie

- Eviter la stigmatisation

- Identifier les facteurs de déclenchement possible des épisodes

- Identifier, le plus tôt possible, les symptômes d’une rechute

- Planifier des stratégies d’adaptation lors de l’apparition de symptômes prodromiques

- Planifier des stratégies d’adaptation pour les épisodes aigus

- Planifier des stratégies d’adaptation pour les symptômes subcliniques

- Prévenir et gérer les stress familiaux

- Augmenter le bien-être et la qualité de vie

- Aider le patient et ses proches à accepter la pathologie et à dépasser les perturbations associées aux épisodes thymiques

- Aider le patient et sa famille à admettre la notion de vulnérabilité et la possibilité de rechute

- Aider le patient et sa famille à accepter la prise d’un traitement au long cours

- Aider le patient et ses proches à faire la part des choses entre la personnalité du patient et les symptômes dus au troubles bipolaires

- Apprendre au patient et à sa famille à gérer les évènements de vie importants (heureux ou malheureux)

- Aider la famille à rétablir des relations interpersonnelles satisfaisantes

famille.png

Exemple des rôles des groupes multifamiliaux dans le traitement des maladies somatiques chroniques :

La maladie chronique touche chaque membre de la famille, ainsi que la famille en tant que système, qu’unité. La maladie chronique envahit toujours plus la vie familiale et les ressources familiales (financières, attention parentale, temps) ont tendance à être attribuées de manière excessive à la gestion de la maladie.

Sauf exception, tous les membres de la famille vivent un isolement émotionnel et social, tant au sein de la famille qu’avec la famille élargie et les amis. Tout ceci contribue à donner à la famille l’impression que la vie est dominée par les exigences de la maladie et entraînent diverses conséquences qui remodèlent de nombreux aspects de la vie familiale.

Notre projet de groupe de thérapie multifamiliale viserait particulièrement à :

- Amener ces problèmes à la surface pour les examiner

- Aider les familles à développer de nouvelles stratégies permettant de contenir l’impact de la maladie sur leurs vies, sans pour autant négliger la qualité des soins.

En somme, donner une place à la maladie dans la famille tout en remettant la maladie à sa place…

Les deux exemples cités ne sont, bien évidemment, pas exhaustifs, et ces thérapies multifamiliales pourraient tout à fait être envisagées dans nombre d’autres problématiques ou pathologies, telles que états dépressifs d’un membre de la famille, anorexie d’un membre de la famille (souvent un adolescent), addictions, souffrance au travail…

Il est possible d’envisager également une application de ces groupes multifamiliaux dans le secteur de la thérapie sociale (promotion des familles précaires par exemple).

Difficultés rencontrées : lieu adéquat (suffisamment grand pour recevoir plusieurs familles), ressources financières pour familles ne pouvant pas assumer une charge supplémentaire, besoin de thérapeutes pluridisciplinaires (médecins généralistes, psychiatres, infirmiers en soins généraux, infirmiers psy, y compris éventuellement thérapeutes corporels, tels que sophrologues, réflexologues,...).

Formations

Je suis psychothérapeute, titulaire du certificat européen de psychothérapeute (2003), du certificat européen de praticienne en psychothérapie relationnelle (2010) (École de formation "l'Arbre de Vie" inscrite à la Préfecture de la Gironde sous le numéro 7224 0073324, agrée SNPPSY).

J'exerce en libéral depuis 2006, d'abord à Pessac Noès, sous la tutelle d'un psychothérapeute jungien, puis à Talence (quartier de la Médoquine) et, depuis 2010, à Bordeaux, quartier Saint-Jean.

Avant et en parallèle (temps partiel) de l’exercice cette profession, j'ai une expérience en ressources humaines dans le domaine de l’insertion et l’accompagnement de travailleurs handicapés, qualité de vie au travail, risque psycho-sociaux.

  • En thérapie et supervision depuis 1997 (17 années de travail thérapeutique, devenu depuis 4 ans de la supervision et de la co-vision)
  • De 1997 à 2000 : thérapie d'inspiration analytique avec un psychiatre lacanien.
  • De 2000 à 2004 : psychothérapie jungienne
  • 2005 : travail thérapeutique corporel avec une psychothérapeute/sophrologue
  • 2006 à aujourd'hui : thérapie et supervision avec un thérapeute transgénérationnel
  • Formation à l'écoute rogérienne et écoutante à SOS Amitié de 1999 à 2003
  • Bénévolat de 1998 à 2001 à la Ligue contre le Cancer (Bordeaux)
  • Accompagnement de personnes en fin de vie et de leurs proches avec l'HAD de Bagatelle (2010/2012)
  • Formation en thérapie systémique depuis 2011, en cours de 3ème année à l'institut Michel Montaigne (n° déclaration d’activité : 72330911933), titre visé : attestation de thérapeute systémique de couple et de famille.

Photo : Geralt (Pixabay)

PUBLICITÉ

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

derniers articles sur thérapie familiale