Psychologue.net
Sur Google Play Sur la App Store

L'adoption, la construction d'une nouvelle histoire familiale

L'adoption est un passage difficile, long et semé d'embûches. Pour certains parents, l'adoption est évidente, pour d'autres, elle s'impose parce qu'ils ne peuvent pas avoir d'enfants.

13 oct. 2014 Familles - Lecture : min.

psychologues

Les raisons pour lesquelles les parents souhaitent adopter sont nombreuses : pour certains, l'adoption est évidente, pour d'autres un moyen de proposer une vie digne à un enfant , et pour d'autres encore, elle est la raison lorsqu'ils ne peuvent pas avoir d'enfants.

Adopter en France ou à l'étranger ?

Chaque année, ce sont près de 2000 enfants qui ont le statut de pupilles de l'État en France : confiés à l’aide Sociale à l’enfance (ASE) à la naissance, ils sont adoptables dans les faits. Cependant, les enfants en voie d'adoption ne représentent que le quart des pupilles, et sont souvent des nourrissons de moins d'un an. Pour les 2/3 restants, il existe de multiples raisons qui font que les projets d'adoption ne sont pas entrepris (liens familiaux existants ou fratrie, handicap, âge élevé, refus de l'enfant...).

Chaque année, 10 000 demandes sont déposées pour des adoptions à l'étranger, pour un faible nombre d'enfants adoptables. Les critères pour adopter un enfant sont spécifiques à chaque pays, certains fermant l'adoption aux personnes seules, etc.

guillaumegrimonprez.png

"Adoptions", bande-dessinée de Guillaume Grimonpez, relatant l'adoption de leurs deux enfants en Colombie

L'adoption, un processus long, parfois douloureux

L'adoption est un parcours difficile, et ce pour de nombreuses raisons. Lorsque les parents ne peuvent enfanter , il leur faut d’abord,  faire le deuil de cette filiation, afin de pouvoir entreprendre sereinement une adoption. 

La plupart des familles adoptantes racontent l'angoisse, l'attente trop longue, et ce sentiment d'être perdu face à une administration toute puissante. Lorsqu'elles arrivent dans le pays de l'enfant, certaines familles sont aussi parfois choquées par les différences culturelles, ou par les difficultés quotidiennes des habitants.

Un suivi psychologique peut notamment être sollicité par les parents afin de se préparer à la rencontre avec l'enfant, qui peut être très loin des images de bonheur parfait trop souvent mises en avant. Lorsque l'enfant est petit, il est possible qu'il ne se rende pas compte de ce qui se passe, ce qui peut frustrer les parents. S'il est plus âgé, il sera capable d'exprimer, parfois très violemment, son refus de quitter son environnement. 

Untitled-5.png

L'adoption est aussi un cheminement qui se construit autant du côté des parents que de celui de l'enfant, et de nombreux parents expliquent que, si la rencontre avec l'enfant s'est bien déroulée , ils ont mis du temps à le considérer comme leur propre enfant.

Après cette rencontre, une période d'intégration de plusieurs semaines permettra aux parents et à l'enfant de prendre leurs repères ensemble. Cette période n'est pas toujours aisée, chacun subissant alors de grands bouleversements.

L'adoption est l'histoire d'une rencontre, de deux histoires complexes : pour les parents, cela peut être l'impossibilité d'avoir un enfant, ou encore la difficulté du processus d'adoption, pour l'enfant c’est une histoire marquée par l'abandon à la naissance , d’où la difficulté du lien entre les parents et l’enfant à se mettre en place.

bd.jpg

À la fin de la période d'intégration, qui se fait dans le pays de l'enfant, la famille et l'enfant réaliseront des entretiens en compagnie d'un psychologue et d'un avocat, afin d'analyser la période, et d'évaluer la possibilité que l'enfant reste dans la famille. Ce processus est une épreuve supplémentaire pour les parents et l'enfants qui ont entamé la construction d'un lien, précisément si la décision du psychologue est négative,(dès lors l'enfant sera renvoyé dans son orphelinat).

Untitled-11.png

Si le résultat de cet entretien est positif, la famille et l'enfant devront encore attendre avant de rentrer tous ensemble à la maison. En effet, un jugement doit être rendu et des papiers délivrés à l'enfant afin qu'il puisse s’en aller sur le territoire de la famille.

La plupart des témoignages de parents disent que la relation avec un enfant adopté est difficile à construire. D'ailleurs, à propos de leur premier enfant, Guillaume Grimonprez déclare :

"(Il) papillonnait de couple en couple, (...) un peu comme si tout adulte pouvait potentiellement devenir son papa ou sa maman. Un an sera nécessaire pour que les choses se "normalisent" et pour que la greffe prenne".

De nombreux psychologues, spécialisés dans l'adoption et le lien parents-enfants, proposent aux familles la mise en place d’un suivi pour  la construction du lien familial.

À noter que de nombreux témoignages confirment le fait  que l'adoption est souvent vue comme quelque chose de magnifique, et que le lien de filiation est immédiat, alors qu'il est le fruit d'un travail long et fatigant , tant pour les parents que pour l'enfant.

Certains parents expliquent que, malgré toutes les préparations et la batterie de tests auxquels ils sont soumis, rien ne les prépare à vivre avec un «étranger» ,  qu’ils ont pourtant décidé d'aimer inconditionnellement. Les familles se rendent compte que rien n'oblige leur enfant à les aimer, et que, fortement perturbés et en colère, ceux-ci peuvent être invivables.

Entre troubles de l'attachement, dépression post-adoption et retards administratifs qui peuvent générer le désespoir,  il y a l’aide psychologique , souvent salvatrice pour les familles, afin d'apprendre à construire le lien filial et d'envisager l'avenir plus sereinement.

Untitled-9.png

Beaucoup de parents adoptants ayant déjà des enfants, naturels ou eux-mêmes adoptés, expliquent la difficulté pour le premier enfant de faire une place à un nouvel arrivant. Un enfant adopté demande en effet énormément d'attention de la part des parents, ce qui peut conduire le premier enfant à se sentir délaissé, à se questionner sur le fait que ses parents aiment un enfant qui n'est pas le leur.

Une thérapie familiale peut être particulièrement indiquée dans ce cas, car elle permettra de rétablir une communication dans la famille, aux enfants et aux parents de se parler, et ainsi à chacun de reprendre sa place.

Adopter l'enfant de son conjoint : officialiser une famille

Dans le cas de familles recomposées , il est possible d'envisager une adoption des enfants du conjoint. Si cela permet bien évidemment, de manière sentimentale, d'officialiser une famille, cela permet aussi de mieux protéger les enfants. 

"Mes soeurs sont enfin devenues mes vraies soeurs grâce à l'adoption" - Témoignage de L.

"Je vis dans une famille qu'on pourrait qualifier de très recomposée : ma mère a eu deux filles avec deux hommes différents, tandis que mon père a eu une fille avec une première femme. Lorsque nous sommes arrivées, ma petite soeur et moi, nous avions déjà trois grandes demies-soeurs, ce qui est une chance fabuleuse”.

“Lorsque mes deux grandes soeurs, les filles de ma maman, ont eu des enfants, et que nos parents sont devenus grands-parents, s'est alors posée la question de protéger tout ce petit monde, mais aussi d'officialiser enfin notre statut de véritable famille”.

“C'est ainsi que mon père a pris la décision d'adopter mes deux grandes soeurs. Le processus a été assez long : d'innombrables passages chez le notaire, des douzaines de documents , des actes rédigés par les membres de la famille certifiant que nous ne nous opposions pas à cette adoption, mais aussi des témoignages de garants. Une fois tout ces documents réunis, il a fallu attendre le jugement qui rendrait la décision. 

Lorsque nous avons su que c'était positif, cela a été une véritable fête !

Si cela ne change rien pour moi car mes soeurs l'ont toujours été entièrement, pas de "demie" qui tienne, je suis heureuse que cela soit enfin officiel. Aux yeux de la loi, nous sommes une vraie famille, avec des liens égaux. De plus, les enfants de mes soeurs sont devenus mes "vrais" neveux et nièces Untitled-8.png

Les images proviennent du blog BD "Adoptions", de Guillaume Grimonprez

Photo : Shutterstock

0 J'aime

Laissez un commentaire

Le nom sera publié mais pas l'e-mail

INFORMATION BASIQUE SUR LA PROTECTION DES DONNÉES
Responsable: Verticales Intercom, S.L.
Finalités:
a) Envoi de la demande au client annonceur.
b) Activités de publicité et prospection commerciale pour divers médias et canaux de communication de produits et services propres.
c) Activités de publicité et prospection commerciale pour divers médias et canaux de communication de produits et services de tiers de différents secteurs d’activité, pouvant impliquer la cession de données personnelles aux dits tiers.
d) Segmentation et élaboration de profils pour des finalités de publicité et prospection commerciale.
e) Gestion des services et applications qu’offrent le Site aux Utilisateurs.
Légitimation: Consentement de l’intéressé(e).
Destinataires: Il est prévu de céder les données aux clients annonceurs pour mener à bien la demande d’information sur les services annoncés.
Droits: Vous avez le droit d’accéder, rectifier et éliminer les données ou de vous opposer au traitement des mêmes ou à l’une des finalités, ainsi que d’autres droits, comme il est expliqué dans l’information additionnelle.
Information additionnelle: Vous pouvez consulter l’information additionnelle et détaillée sur la Protection des Données sur psychologue.net/proteccion_datos

Commentaires (1)

À lire aussi