L'affirmation de soi au travail

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

S'affirmer au travail n'est pas chose facile. Voici nos conseils pour agir dans des situations concrètes.

21 NOV. 2018 · Lecture : min.
L'affirmation de soi au travail

Exposer ses idées en réunion, demander une augmentation ou refuser un projet : voici des actes quotidien de la vie professionnelle qui ne sont pas anodins pour chacun d'entre nous. S'affirmer au travail, c'est se donner la place que l'on mérite, c'est mettre en avant ses droits et ses besoins. 

Qui n'a jamais souhaité proposer une nouvelle idée en réunion, tout en voulant en même temps être petite souris pour ne pas avoir à participer devant tout le monde ? Qui n'a jamais stressé à l'idée de demander une augmentation ou une évolution de poste ? 

S'affirmer au travail est nécessaire, car c'est par l'affirmation de soi que vous pourrez vous épanouir, faire valoir votre travail et vos idées et évoluer. Pour gagner en affirmation de soi, il faut tout d'abord apprendre à vouloir gagner le respect des autres plutôt que leur approbation. Voici comment vous affirmer dans quelques situations du quotidien.

Oser dire non à un(e) supérieur(e)

Savoir dire "non" est un premier pas dans l'affirmation de soi, mais aussi dans l'estime de soi. Certes, il est plus facile de dire oui à un nouveau projet, à un nouveau dossier, à une nouvelle deadline... Mais non, on ne peut pas tout accepter. Dire "non", c'est démontrer que vous avez atteint vos limites, quelles qu'elles soient, et que vous ne pouvez plus vous permettre d'aller plus loin. Dites-vous bien que vos supérieur(e)s ne voient pas forcément votre charge de travail, et que dire "non" est un façon de leur faire comprendre que vous êtes au maximum de vos capacités, ou que ce projet ne vous intéresse pas. 

Votre supérieur(e) n'est pas une personne toute-puissante qui doit gouverner votre vie : pour votre hygiène personnelle, vous devez fixer vos limites sur ce qui est important pour vous. C'est aussi une manière de ne pas vous surcharger, ou de ne pas aller vers des projets inintéressants ou trop demandeurs, et de conserver votre motivation intacte. 

Oser dire non est aussi nécessaire si on vous demander de faire quelque chose qui va à l'encontre de vos valeurs ou de votre éthique : dans ce cas-là, ne vous énervez pas et dites "je suis désolé(e) mais cette tâche va à l'encontre de mes valeurs", et essayez d'entamer le dialogue à ce sujet. 

Donner son point de vue en réunion

En voilà une tâche ardue ! Lorsque tout le monde parle en même temps ou que certain(e)s coupent sans arrêt la parole, voire quand la gêne ou la timidité nous empêchent de parler, comment oser exprimer ses idées ? 

Pour beaucoup de personnes, le fait même de parler en public est un frein : être le centre d'attention pendant quelques instants, et risquer le jugement voire l'exclusion par les autres a quelque chose d'effrayant. N'attendez pas qu'il y ait un blanc pour pouvoir parler, car vous risquez de ne jamais pouvoir vous exprimer, ou que le sujet change trop rapidement. Osez parler ! Si besoin, levez la main ou faites un geste signifiant que vous souhaitez intervenir, et commencez votre phrase par "à mon avis", "je pense que", "si je puis me permettre"... Et rappelez-vous : vous ne devez pas chercher l'approbation ou l'amour des autres, mais leur respect et leur écoute. 

parle.jpg

Focalisez-vous sur les bénéfices que vous allez retirer de cette prise de parole : on vous écoutera, vous pourrez faire valoir un nouveau point de vue, peut-être que vous allez même ouvrir de nouvelles perspectives à vos collègues qui n'avaient pas vu les choses sous cet angle. Bref, vous n'avez rien à perdre.

Demander une augmentation

Pour les personnes timides, voilà un véritable défi ! Pour commencer, dites-vous bien que si vous ne demandez pas une augmentation, il y a peu de chances qu'elle vous tombe directement dans les mains. 

Commencez par trouver le bon moment : les entretiens de fin d'années sont idéaux pour cela, mais vous pouvez aussi choisir un moment particulièrement positif pour l'entreprise ou pour l'équipe (obtention d'un gros contrat, grand développement, etc.). Faites votre propre promotion, expliquez en quoi vous avez été un atout pour l'équipe, et analysez-vous bien, ainsi que votre travail. Dressez une liste d'arguments et répétez-les afin de ne pas perdre le fil, car vous serez soumis à une situation particulièrement stressante. 

Ne faites pas de chantage ("si je n'ai pas cette promotion je pars"), ne parlez pas de votre vie privée ("j'en ai besoin pour payer les études de mon enfant"), et, si votre interlocuteur refuse, essayez de négocier pour avoir d'autres avantages (tickets restaurant, voiture de fonction, 4/5ème du salaire, indemnités de transport...). Si ce n'est pas possible à cause des résultats de l'entreprise, reportez l'entretien à un peu plus tard, mais ne faites pas une croix dessus. 

Savoir déléguer

Pas facile de déléguer une tâche ! On ne veut pas forcément jouer le petit chef ou on ne sait pas comment s'y prendre. Et pourtant, certaines tâches ne sont pas totalement adaptées à notre fiche de poste, ou impliquent une surcharge qu'on n'est pas à même d'assumer. Déléguer une tâche ne signifie pas qu'on est mauvais ou que l'on ne choisit que ce qui nous arrange : c'est une façon de dire "je n'ai pas le temps / pas les compétences pour assumer une telle charge, et je pense qu'un autre membre de l'équipe serait meilleur que moi pour le faire". 

Être honnête

L'honnêteté avec les clients ou avec les collaborateurs est une valeur que l'on doit reconnaître. Expliquer à un(e) client(e) que ce produit est bien, mais qu'il ne lui convient peut-être pas totalement, être franc en entretien et parler réellement de ce que l'on souhaite, préciser qu'on n'est pas d'accord avec une décision : voilà ce vers quoi vous pouvez tendre pour vous affirmer. 

ide.jpg

Recadrer un collaborateur ou une collaboratrice

Probablement l'une des tâches les plus complexes, surtout si on travaille avec cette personne depuis longtemps et qu'on est même devenus ami(e)s. Recarder un collaborateur ou une collaboratrice devient alors très difficile car on craint de briser la relation créée. Plutôt que d'attendre que les choses se tassent d'elle-même et de prendre sur vous la charge de travail de ce collaborateur si son rendement baisse, au risque de mettre en jeu votre légitimité et de voir les autres faire de même, entamez la discussion. Prenez la personne à part, inutile de l'afficher devant l'ensemble de l'équipe, et tenez-vous en aux faits, sans jamais faire de jugement de valeur. Profitez de ce moment calme de discussion pour envisager une solution ensemble. 

Dire à quelqu'un qu'il se trompe

C'est une situation très complexe, particulièrement quand cette personne est un(e) supérieur(e). Pourtant, il ne faut pas laisser traîner des erreurs sous prétexte que la personne qui a pris la décision est plus haut placée. Dites-vous qu'elle n'a peut-être pas les mêmes compétences que vous, et que vous possédez sans aucun doute une expertise qui manque à votre supérieur(e) à ce moment précis pour prendre toute la mesure de la situation. Essayez d'obtenir une entrevue en tête-à-tête, ou parlez-en à vos collègues afin de voir s'ils sont d'accord avec vous : vous pourrez ensuite solliciter une réunion tous ensemble avec votre supérieur(e) pour lui faire part de vos doutes. 

Sortir de sa zone de confort

Perdre sa motivation ou son enthousiasme au travail est quelque chose de plutôt normal et commun. Au bout d'un moment, on a la sensation qu'on stagne, qu'on n'apprend plus rien, mais on n'ose pas faire autre chose de peur de perdre tout ce qu'on a acquis. Dans ces cas-là, n'hésitez pas à en discuter avec votre supérieur(e) ou avec les RH : peut-être pourriez-vous entamer une formation pour apprendre de nouvelles compétences, ou peut-être pourriez-vous avoir de nouvelles responsabilités.

Si vous avez envie de vous réorienter mais que vous avez des difficultés à vous lancer, vous pouvez en parler à un(e) psychologue et éventuellement faire un bilan de compétences afin de trouver la voie qui vous convient le mieux. 

Photos : Shutterstock

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail

derniers articles sur psychologie travail