L'alcoolisme, une maladie familiale

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Les effets dramatiques de l'alcoolisme concernent l'ensemble du groupe familial : tous les membres de la famille sont exposés aux conséquences catastrophiques de l'alcoolisme, y compris...

10 DÉC. 2019 · Lecture : min.
L'alcoolisme, une maladie familiale

Les effets dramatiques de l'alcoolisme concernent l'ensemble du groupe familial : tous les membres de la famille sont exposés aux conséquences catastrophiques de l'alcoolisme, y compris les maladies physiques et psychologiques.

Les données concernant le problème de l'alcoolisme sont extrêmement dramatiques et le sont encore plus si l'on considère cette maladie comme un phénomène familial et social : en effet, non seulement celui qui abuse de l'alcool en souffre, mais toute la famille en souffre, pour démontrer une pathologie physique et psychologique due à l'abus d'alcool d'un de ses membres.

L'alcoolisme est un problème qui tue 60 fois plus que l'héroïne : la personne qui abuse de l'alcool et sa famille ont tendance à nier le problème, ils le nient et le cachent si longtemps, de sorte qu'il n'est souvent pas reconnaissable et évaluable.

On estime que 5 millions de Français abusent de l'alcool et 1/5 d'entre eux sont alcooliques.

Chaque année, 45 000 personnes meurent par cause directement liée à l'alcool et autant de manière indirecte : par exemple, pour conduite en état d'ébriété, accidents du travail, suicides et meurtres. De plus, on estime qu'environ 3 000 enfants naissent chaque année avec un syndrome de fœtus alcoolique.

35% des accidents de la route sont liés à l'abus d'alcool ; l'alcool est à l'origine de plus de la moitié des homicides, 1/4 des suicides et 1/5 des accidents du travail.

Alcoolisme et consommation responsable

L'alcoolique est celui qui a développé une dépendance à l'alcool, c'est-à-dire qu'il utilise la substance pour faire face à sa vie quotidienne, ses peurs, pour prendre courage dans ses relations avec la famille et la vie sociale ; il ne peut pas s'en empêcher, il est convaincu qu'il peut contrôler sa consommation, mais il est en fait une victime. Il y a des alcooliques qui, au début de la toxicomanie, ne prenaient de l'alcool que l'après-midi ou le soir ; ils arrivent avec le temps par boire de l'alcool tôt le matin.

La consommation responsable d'alcool est une consommation modérée et consciente, pleinement compatible avec la vie personnelle et sociale des gens. Boire sans avoir le contrôle, boire au mauvais moment, au mauvais endroit et pour de mauvaises raisons signifie plutôt boire de façon dangereuse, car il est davantage possible que vous développiez une dépendance.

Les coûts économiques et sociaux pour les hôpitaux et les entreprises privées sont dramatiques, on estime que :

  • 8 à 10% des admissions à l'hôpital sont liées à la consommation d'alcool ;
  • 20 à 30% des frais de santé sont dus à des maladies liées à l'alcool.

Les maladies organiques les plus graves qui peuvent affecter ceux qui abusent de l'alcool sont : la cirrhose du foie, le cancer du tube digestif, les maladies cardio-circulatoires, l'hypertension et l'aggravation de l'ostéoporose.

Les pathologies psychologiques qui peuvent affecter ceux qui abusent de l'alcool sont : la dépression, l'anxiété, la crise de panique, les troubles de l'alimentation, les troubles du sommeil, les difficultés relationnelles et sexuelles, l'inconfort au travail. Dans les cas les plus graves, des troubles psychiatriques surviennent. Les tableaux cliniques de ces patients sont très complexes, avec divers troubles d'origine organique qui se superposent à des pathologies de nature psychologique. L'inattention et le manque de concentration, la fatigue et l'épuisement impliquent souvent une absence du travail.

On estime que 25 millions de jours de travail sont perdus en raison de problèmes liés à l'alcool.

L'alcoolisme, une maladie familiale

Non seulement la personne qui abuse de l'alcool éprouve de l'inconfort et développe des troubles organiques et psychologiques, mais l'ensemble du groupe familial peut manifester de l'inconfort et développer un trouble organique et psychologique uniquement parce qu'un membre de la famille abuse de l'alcool.

L'alcoolisme est une maladie familiale : l'Organisation mondiale de la santé (OMS) définit l'alcoolisme comme une maladie qui affecte l'ensemble du groupe familial.

Des maladies physiques d'origine organique ou psychologique peuvent survenir chez l'enfant, fragilisé et vulnérable compte tenu de la situation familiale.

Dans une famille où il y a un problème lié à la consommation d'alcool, les rôles et fonctions changent souvent : les enfants prennent soin de leurs parents émotionnellement et physiquement, ou s'associent avec leurs parents. Les enfants éprouvent des problèmes scolaires et des problèmes de comportement. Les équilibres familiaux deviennent complexes et source de souffrance pour tous, la récrimination et la culpabilité affectent tous les membres de la famille.

Il peut arriver que vous ne remarquiez pas que quelqu'un se sente mal et souffre de troubles.

Nous communiquons avec difficulté, avec colère et ressentiment : des difficultés relationnelles et sexuelles émergent chez les adultes, des difficultés de communication et des malentendus entre adultes et enfants. Il n'est pas toujours possible de garantir la fonction de guider et de soutenir les enfants de la part des parents pris dans l'alcool ou pour prendre soin de l'autre par souci d'empêcher l'autre personne de boire.

Les reproches et les fautes tombent dans la plupart des cas sur le membre de la famille accusé de boire qui se sent tellement exclu et dévalué : la vie quotidienne devient fatigante et lourde.

Souvent, certains membres de la famille développent une dépression ou un trouble de l'anxiété et de panique.

Les parents distraits peuvent ne pas remarquer que leurs enfants sont victimes d'intimidation ou sont eux-mêmes impliqués en tant que «auteurs» d'intimidation. Des épisodes de violence intra et extra familiale de toutes sortes peuvent survenir en raison de la perte de contrôle et de protection de la part de ceux qui consomment de l'alcool ou de la réponse désespérée et distraite de ceux qui se retrouvent dans une famille dans laquelle un membre abuse l'alcool.

Des problèmes de travail peuvent survenir : ceux qui abusent de l'alcool ne peuvent plus être considérés comme convenables et fiables au travail et pour cela ils seront licenciés ; ou un membre de la famille néglige toujours inquiet de ce qui se passe à la maison, peut ne pas toujours être en mesure de maintenir l'attention et la concentration nécessaires et avoir des problèmes au travail. Les problèmes économiques peuvent devenir importants.

Il y a moins de contacts avec les familles d'origine, avec les amis et collègues : la famille a tendance à s'isoler. Nous nous cachons souvent, nous nous éloignons par crainte du jugement des autres. Nous avons honte.

Chez les adolescents, des problèmes alimentaires peuvent survenir. Il arrive souvent que les parents se séparent ; le conflit entre adultes est très intense et implique les enfants de façon dramatique.

En résumé

Les pathologies psychologiques qui peuvent affecter les membres d'une famille dans laquelle un membre abuse de l'alcool (parents, frères, conjoints, enfants, etc.) sont : trouble anxieux, crise de panique, dépression, troubles de l'alimentation, problèmes d'estime de soi, problèmes relationnels et sexuelle, gêne au travail, insomnie.

Les enfants et les adolescents qui vivent dans une famille avec un parent qui abuse de l'alcool peuvent éprouver des difficultés scolaires (diagnostic de TDAH, DSA) ou des problèmes de comportement (intimidation), des troubles du sommeil, des troubles de l'alimentation, de l'énurésie, de l'encoprésie, des tics et bégayer.

Souvent, les enfants et les adolescents de parents alcooliques adoptent des comportements et des responsabilités adultes : ils ne vivent pas de leur âge et ne prennent pas physiquement et psychologiquement en charge les adultes dont ils devraient être soutenus et aidés et peuvent donc développer de graves pathologies organiques et psychologiques.

Que faire ?

S'informer :

  • Sur le territoire national, il existe de nombreux services qui traitent de l'alcoolisme.
  • Associations d'entraideAlcooliques anonymes pour les membres de la famille et les amis des alcooliques, etc.
  • Un thérapeute avec qui aborder et surmonter la détresse psychologique (par exemple : anxiété, dépression, trouble de l'alimentation).

Une approche intégrée entre les différentes figures professionnelles est souhaitable, y compris les médecins, les psychiatres et les psychologues afin de traiter la complexité de la maladie.

L'obstacle le plus important reste toujours celui de la honte.

Il appartient donc également aux psychologues et psychothérapeutes de réaliser un historique de l'histoire familiale précise et ponctuelle pour identifier ce type de maladie, informer l'ensemble du groupe familial et traiter la symptomatologie individuelle également en relation avec la dynamique familiale typique de cette addiction.

Photos : Unsplash

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Bibliographie

  • L'alcool en chiffres : https://www.ama.lu/fr/alcool-2/quelques-chiffres/

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail