L'amour platonique : le désir d'obtenir ce qui nous manque

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Notre quête du “toujours plus” ne nous laisse-t-elle pas insatisfaits en permanence ? Ne désire-t-on que ce dont on manque ?

16 mars 2018 · Lecture : min.
L'amour platonique : le désir d'obtenir ce qui nous manque

Nous cherchons toujours à savoir ce qui nous manque et à l'obtenir par crainte d'être incomplets. Même si notre vie peut sembler enviable et que nous n'avons pas de quoi nous plaindre, il arrive que nous sentions un vide et que nous ne savions pas comment le combler.

Par exemple, dans certaines relations de couples, ce sentiment de manque se traduit par la recherche d'un amour platonique, c’est-à-dire sans relation sexuelle . Il y a tellement de personnes qui ont besoin d'un amour sur-mesure, idéalisé, parfait pour combler un manque. C'est cette vision nostalgique et romantique des relations, le désir de tomber amoureux, non pas d'une personne spécifique mais du sentiment fort qui s'en dégage, c'est ce qui nous rend toujours insatisfaits. Ainsi, notre idée de l'amour ne se base pas sur la réalité mais sur le fantasme de ce qui pourrait ou aurait pu être.

Cet amour platonique peut devenir réalité dans certains cas. La personne La personne peut ressentir alors un état d'exaltation, d'ébriété dans lequel elle croit avoir comblé ce manque. Cependant, le problème est qu'au bout d'un certain temps, la relation s'essouffle et la personne commence à se désintéresser et à revenir sur la même dynamique de recherche de l'amour platonique. Elle s'est habituée à ce besoin en désirant quelque chose d'inaccessible et en se délectant de la souffrance que provoque ce manque.

« On ne désire que ce dont on manque » Platon

Amour platonique, désir et plaisir

Beaucoup de personnes ne trouvent que du plaisir dans le désir. Il semble que le désir, le rêve, l'illusion et l'idéalisation soient le moteur qui les fasse vibrer. Toutefois, quand ces personnes obtiennent ce qu'elles ont rêvé, elles s'ennuient. Une fois que nous avons ce qui soi-disant allait nous compléter, il n'y a plus de place pour le désir et la projection. Ce que nous avons réalisé n'est rien de plus que quelque chose de réel, d'imparfait et qui nous donne l'impression de ne jamais pouvoir atteindre nos attentes.

La personne platonicienne part à la recherche de cette dose de manque, de ce désir qui la fait se sentir vivante, même si elle en souffre, c'est une souffrance avec une nuance douce et addictive. Elle pense sans cesse qu'il existe quelque chose de mieux, quelque chose qui lui permet de garder son illusion jour après jour. Seulement elle a le sentiment qu'elle ne l'a pas encore trouvé : sa mission est donc de continuer la recherche pour matérialiser cet amour platonique.

shutterstock-341389619.jpg

Nous pensons trop souvent que le bonheur est ailleurs et que si nous pouvions accéder à cet endroit où il est supposé nous attendre, toute notre insatisfaction finirait. Mais nous sommes-nous déjà interrogé sur ce que serait véritablement cet endroit et comment l'atteindre ? Nous devons nous interroger si tout ce que nous avons ne pourrait pas nous satisfaire. Nous pourrions découvrir que nous avons vraiment tout pour nous sentir rassasiés et que si nous savions modifier certaines nuances de notre quotidien, nous n'aurions pas à rechercher le bonheur ailleurs. Le problème est que, la plupart du temps, ces changements nous terrifient, nous installent dans l'anxiété et l'insécurité et par conséquent, nous restons ancrés dans ce qui aurait pu être ou pourrait être. Nous devons apprendre à dépasser notre zone de confort et apprendre à apprécier tout ce qui nous entoure.

Apprendre à aimer ce que nous avons

Bien sûr, le désir de ce que nous n'avons pas encore est légitime et cela va même être une motivation positive au quotidien. Néanmoins quand ce désir devient une nécessité et par conséquent, une souffrance douloureuse, nous nous bloquons et nous sentons vides, constamment mécontents et désireux. Ce mode de vie nous rend esclave d'une idée de comment notre vie devrait être.

Il faut donc apprendre à aimer ce que nous avons déjà dans les moindres détails : que ce soit le couple, le travail, les amis, notre ville, etc. En réunissant les aspects positifs de notre vie et de notre quotidien, nous commencerons à changer peu à peu notre perception. Il s'agit de la vision particulière de soi. En effet, il faut nettoyer les verres embués de la routine, de l'insatisfaction et changer les aspects qui ne vous correspondent pas.

Si nous sommes capables d'apprécier chaque jour ce qui est dans notre vie, le sentiment de manque s'estompera et vous saurez valoriser chaque instant. Pour cela, nous devons apprendre à vivre le moment présent, en apprenant à être reconnaissant de ce qui nous arrive. Car c'est en modifiant notre manière de penser que nous découvrirons le quotidien avec un nouveau regard et accepterons les adversités plus facilement en apprenant à retirer toujours un enseignement de ce qui se vit.

shutterstock-515210461.jpg

3 exercices pour apprendre à changer son regard sur le quotidien

Abandonnons l'amour platonique de ce que nous n'avons pas, les voyages mentaux vers l'avenir, ainsi que la plainte répétée et constante. Apprécions ce que nous avons et changeons ce que nous n'aimons pas dans notre vie, sans chercher la perfection ou un impossible qui ne viendra jamais. Prenons conscience que ce que nous avons déjà est parfait à notre mesure. Nous vous proposons 6 exercices à mettre en application pour vous lancer dans cette grande aventure qui vous aidera à vous changer la perception de votre quotidien :

  1. Apprenez à prendre un temps de méditation chaque jour : nous vous recommandons de vous accorder au moins 15 minutes par jour. Au calme et assis confortablement, fermez les yeux et mettez-vous à l'écoute de votre corps : observez votre respiration. Chaque jour, vous pouvez choisir un objectif pour votre temps de méditation sur la gratitude, l'amour bienveillant, votre estime, etc. Laissez grandir en vous les sentiments positifs et la reconnaissance que vous ressentez. Vous pouvez même visualiser une lumière de couleur qui entre en vous à chaque respiration et qui s'étend dans tout votre corps : elle vous réchauffe, vous rassure, vous conforte,...
  2. Soyez reconnaissants de ce que vous avez et transmettez votre gratitude au quotidien à vous-même et à votre entourage. En effet, il est important d'apprendre à être reconnaissant de ce que nous avons, de ce que nous faisons et de ce que les autres font pour nous.
  1. Chassez les messages négatifs qui vous arrivent au fil de la journée : vous devez vous lancer le défi de modifier la pensée négative qui vous arrive par une positive en essayant de voir l'aspect positif. Pour commencer, vous pouvez d'abord noter les pensées négatives qui vous parviennent tout au long de la journée et reprendre votre liste le soir en annotant comment améliorer ce qui peut être amélioré et comment retirer un enseignement des autres pour les transformer en positif.
  2. Enfin, faites une liste de ce qui vous laisse un sentiment d'insatisfaction, de manque : votre défi ici est d'inscrire en face de chaque aspect qui vous déplait une solution, un compromis, comment l'améliorer. Une fois qu'une chose a été inscrite sur cette liste, vous devez tout mettre en oeuvre pour appliquer votre solution. Vous devez vous engager avec vous-même pour ne plus vous en plaindre.

Photos : Shutterstock

psychologues
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail