L’anesthésie du cœur ou pourquoi je ne ressens plus rien pour personne ou quelque chose

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Parfois, on arrête de ressentir des émotions sans s’en rendre compte, et quand on le fait, on ne se rappelle plus ce que c’était de ressentir. Découvre pourquoi cela arrive...

20 JUIN 2019 · Dernière modification: 9 OCT. 2019 · Lecture : min.
L’anesthésie du cœur ou pourquoi je ne ressens plus rien pour personne ou quelque chose

Il y a quelques mois, quelqu’un a posé une question sur le site sous ce titre. Lors de cette consultation, la personne a expliqué avec une profonde préoccupation qu’elle ne ressentait ni émotions positives, ni émotions négatives. Malgré tous ses efforts, elle n’était pas capable de s’émouvoir pour quoi que ce soit, et à la place, elle parlait d'une "armure dans sa poitrine" qui l’empêchait même d’être bien avec son partenaire. Cette personne en question a très bien expliqué ce phénomène avec cette armure, en effet,  je l’explique parfois comme un château dont on met des murs pour se protéger, de plus en plus hauts et robustes. Ainsi, quand la personne s'en rend compte, il lui est impossible d’apercevoir les magnifiques vues depuis le sommet de la montagne.

Et bien, aujourd’hui, j’ai décidé de vous parler de l'"anesthésie du cœur", qui se produit lorsque la personne se sent si vulnérable ou quand la douleur peut devenir si intense qu’elle se "déconnecte" comme s'il s'agissait d’une prise. Cette déconnexion ne se fait évidemment pas de manière volontaire, c’est quelque chose d’inconscient qui peut durer un certain temps ou se développer, et qui se produit chez des personnes qui sont très sensibles émotionnellement.

Il faut distinguer cette "anesthésie" ou comme on l’appelle techniquement, l’anhédonie, de l'alexithymie, qui est l’incapacité d’identifier et de reconnaître ses propres émotions depuis toujours ou encore de la psychopathie, qui est l’absence d’émotion et l’absence de sentiment de culpabilité produits par l’impossibilité de se mettre à la place de l’autre.

Qu’est-ce que l’anhédonie ?

En réalité, l'alexithymie et l’anhédonie peuvent être confondues parce qu’elles ont des traits communs. Dans les deux cas, il est difficile d’identifier et de reconnaître ses émotions. La différence réside dans le fait qu’une personne alexithymique n’a jamais été capable de les reconnaître ou de les expérimenter, alors qu’une personne anhédonique a pu les identifier et les expérimenter et c’est après un "dit" moment (qui peut être facilement identifiable ou non) que vous avez cessé de ressentir.

L’anhédonie est donc une défense de notre cerveau qui nous empêche de nous sentir mal à l’aise, mais qui nous empêche aussi de ressentir les émotions positives. Il se produit un isolement émotionnel pour ne pas souffrir qui finit par être une torture parce qu’elle nous empêche de vivre. L’anhédonie peut nous transformer en robots froids et dépourvus d’émotions : nous ne nous intéressons plus à rien, ni à l’affection que nous porte les autres, et nous ne nous efforçons plus de nous donner du plaisir, rien ne nous émeut, la musique cesse de nous transmettre quelque chose ; nous cessons de ressentir, que ce soit le bien ou le mal.

Pourquoi l’anhédonie apparaît ?

Généralement pour que nous ne ressentions pas de douleur. Au début, elle apparaît comme une défense du cerveau dans des états dépressifs. Si nous cessons de ressentir et que nous nous déconnectons de l’émotion, nous pouvons continuer à fonctionner dans la société : il ne faut pas se mettre en repos pour une dépression, il ne faut pas remettre en question les choses, il ne faut pas apprendre de ses erreurs ni demander pardon ou l’exiger de l'autre. Nous avons fonctionné ainsi sans peine ni gloire et personne n’a besoin de s’en rendre compte. Tout ça vous semble commun, n’est-ce pas ?

Mais la réalité est très différente. La personne sait que quelque chose ne va pas. Elle est inquiète parce qu’elle ne ressent plus rien, mais parfois elle ne sait même pas où est la source de ce malaise. Parfois, il arrive que la personne se soit tellement déconnectée qu’elle ne se souvient plus de ce qu’elle était, et des problèmes au niveau social surviennent alors : problèmes de couple, d’amis, de famille, etc. Les gens vous disent que vous n’êtes plus le/la même, que vous êtes comme absent et que vous vous fichez de tout.

Et c’est vrai, mais ça ne l’est pas vraiment. Vous vous ne vous en foutez pas, mais vous ne savez pas pourquoi votre attitude montre que vous ne vous en souciez pas. C'est une lutte interne, car vous voulez ressentir, mais vous ne pouvez pas le faire. Même si vous essayez, vous ne pouvez plus ressentir les émotions positives. Ce mécanisme de défense fonctionne comme une chimiothérapie : de la même manière qu’il tue les cellules cancéreuses, il tue aussi les cellules saines. Il en va de même pour l’anhédonie : on cesse de ressentir de la douleur mais aussi du plaisir, on cesse de ressentir de la tristesse mais aussi de la joie.

Que pouvez-vous faire pour ressentir à nouveau ?

Ce chemin est très difficile sans l’aide d’un psychothérapeute professionnel. Dans un processus thérapeutique on cherche la racine du problème et on travaille ce blocage ou comme je vous le dis : on enlève les couches de l’oignon jusqu’à ce qu’on arrive à la partie la plus tendre et authentique.

Cependant, les étapes que vous pouvez suivre pour ressentir à nouveau sont :

  • Pensez à la première fois où vous avez ressenti ça et ce qui s’est passé juste avant. Il s’agit de trouver la ou les causes de l’anhédonie. Parfois la cause est très claire, mais parfois ce sont de petites choses qui se sont accumulées et qui ont causé de la douleur jusqu’à ce qu’une petite chose apparaisse qui fonctionne comme la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Découvrez cette origine pour que vous puissiez vous donner la permission d’être mal et de savoir le pourquoi de votre mal-être.
  • Une fois l’origine détectée et avoir trouvé la source de ce mal-être, faites une mise au point sur votre passé. Il faut digérer ce qui a fait apparaître ce mécanisme de défense. Il faut surmonter l’obstacle et apprendre à vivre au présent avec ce qui s’est passé et la façon dont ça s'est passé.
  • Maintenant que vous avez digéré cette émotion et cette ou ces expériences, concentrez-vous sur le présent. De quoi avez-vous besoin ? Pensez à la vie que vous voulez vivre et à ce que vous voulez être et travaillez pour l’avoir.
  • Allez au coeur de vos émotions : avant que vous ne vous sentiez anesthésié.e, quand vous vous sentiez ainsi : quelle est l’étiquette que vous donniez à cette émotion ? Que faisiez-vous quand vous vous sentiez joyeux/se/triste/en colère...?

Si vous ressentez encore une barrière qui vous empêche d’être vous-même, faites appelle à un professionnel de la psychologie. Nous avons les outils pour approfondir et vous aider dans cette tâche difficile de ressentir à nouveau puisque nous sommes experts en la matière, ne renoncez pas à qui vous êtes.

Encarni Muñoz Silva - Psychologue

Photos : Shutterstock

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail
5 Commentaires
  • Sand

    Merci à mon amie qui m'a conseillée de lire cet article. Je viens enfin de comprendre pourquoi mon mari en était arrivé à vouloir divorcer car devenu incapable d'aimer ni moi sa future ex femme mais aussi incapable d'apporter à nos filles l'amour et l'attention qu'elles attendent et espèrent de leur père. Incapable de les faire passer avant son travail et ses obligations professionnelles... Mais aussi son besoin de s'isoler et de vivre en reclus sans famille ni plus aucun ami pensant qu'il n'à besoin de personne pour vivre et être heureux. Mais aussi pourquoi il est tombé dans l'alcool. Je savais que ça venait de ses traumatismes du passé. D'un passé trop douloureux. Mon seul regret c'est son refus depuis 4 ans de faire une thérapie de couple mais aussi de vouloir accepter qu'il a besoin d'aide...

  • Naboune85

    Bjr, j ai rencontré un homme il est exactement coome décrit ds l article.. Je l ai quittée après 2a..le seul moment où j avait l impression qu il était vivant c était lors des rapports intimes.

  • Guizbar

    Je pense que le thérapeute et inutile face à la situation dans laquelle je vit, je pense que cela est viscéral à partir du moment ou j'ai décider de commencer a nicker ma vie sans le vouloir, au début c'était un plaisir, l'alcool et fumer mais au final sa ma tué, l'esprit abstent, la fatigue, le corps qui tien plus, ne plus pouvoir faire de sport plus de 4 minutes sans être essouffler et transpirer je pense que moi je suis nicker. Plus les nombreux décès les embrouilles qui se termine jamais même à présent et pas juste des bagarres... et aussi la petite délinquance tout sa je pense cest accumuler et sa ma briser enfete plus mon cousin qui cest fais tué quand tu vit sa a tes 14 ans et cas l'école Sava déjà pas entre les problèmes etc... je pense que quand ta 14 ans sa te détruit, déjà tu te met a penser a sa, donc je me noyer dans une tristesse et des que j'ai goutté a alcool j'ai vue que sa m'aider, sa m'apaiser j'oublier des fois mais pas tout le temp, sa remonter ma joie, jusqu'à maintenant ou la je me dit merde " tu devient quoi toi, tes entrain de tuer " et cest des que je me suis aperçu de sa que j'ai remarquer que enfete non sa cest pas la solution mais maintenant tes tomber dedans sayer tu peux plus en sortir. Je sais que lalcool cest mauvais pour la santé mais je voyer que sa comme solution, parce que enfete je suis quelqu'un de très introspectif je réfléchis sur beaucoup de chose donc beaucoup de mes problèmes je connais la solution etc... Mais la cest quand je pense a ce que j'ai fais cest pour sa que je dit sa " ne vous noyer pas dans l'alcool ou la fumette" sa aide, jusqu'au jour où tu te dit merde sa sert a rien et la tu regrette pas mais tu te dit tout ce temps ou je fessait sa mais camarades de classe par exemple eux ils allaient à Disney, eux ils fersaient plein de truc pendant que toi têtais tout seul ou avec des potes mais vous vous bourrer la gueule pour être content et des que tu te rend compte de sa tu te dit j'ai perdu tant d'années pour rien. Pour oublier une douleur. Qui au final revient.

  • Nad

    Je ne ressens plus rien et surtout j’ai arrêter de vivre Les jours et les nuits passent

  • Mylalovish

    Genre comment on fait au fait pour avoir cette aide?!

derniers articles sur dépression