Psychologue.net
Psychologue.net
Sur Google Play Sur la App Store

L'anorgasmie ou l'absence d'orgasme

L'anorgasmie est un trouble qui touche principalement les femmes, et dont les causes sont à 95% psychologiques.

7 sept. 2018 Sexualité - Lecture : min.

psychologues

L'anorgasmie est un trouble courant de la sexualité, touchant en grande majorité les femmes. Les causes sont principalement psychologiques (95%), et les conséquences peuvent être complexes au niveau de la vie de couple, mais aussi en ce qui concerne l'image de soi et de son corps.

Qu'est-ce que l'anorgasmie ?

L'anorgasmie est une inhibition récurrente et persistante de l'orgasme, et ce malgré une phase d'excitation normale produite par une stimulation adéquate aussi bien au niveau de la durée, de l'intensité que du type de stimulation.

Les causes de l'anorgasmie sont en grande majorité psychologiques :

  • Expériences sexuelles traumatiques ou traumatismes autres laissant une empreinte négative sur la femme ;
  • Malaise vis-à-vis de la sexualité : conditions culturelles négatives, manque d'informations à propos de la sexualité, tabou familial autour de la sexualité ;
  • Peur de perdre le contrôle, de lâcher prise ;
  • Stress/anxiété de performance ;
  • Problèmes de couple : ressentiment envers le partenaire, jeu de pouvoir du partenaire,  doutes sur la relation,  adultère, etc. ;
  • Facteurs interpersonnels. 

Les 5% restants sont des causes organiques, regroupant les maladies endocrinologiques (déficit hormonal, diabète, etc.), neurologiques ou gynécologiques.

photo-1525120334885-38cc03a6ec77.jpg

Pourquoi les femmes sont-elles plus touchées que les hommes ?

L'anorgasmie touche plus les femmes que les hommes car la physiologie de l'orgasme féminin est plus complexe que celle de l'orgasme masculin. Ceci étant, l'anorgasmie provient aussi du tabou toujours tenace entourant la sexualité féminine.

Si la parole se libère de plus en plus à ce sujet, on note tout de même que la sexualité féminine, au sein de notre société, est souvent mal vue ou tue. Les cours de SVT n'enseignent pas aux jeunes filles à quoi ressemble leur anatomie, et elles grandissent en entendant souvent dire qu'une femme ne doit pas avoir de désir, à part pour son mari, qu'une femme ne se masturbe pas, ou encore qu'une femme ne peut pas collectionner les expériences sexuelles. S'ensuit souvent un sentiment latent de culpabilité ou de malaise, qui peut jouer une grande part dans l'apparition de l'anorgasmie.

De même, les pressions médiatiques et sociales autour du corps féminin provoquent de nombreux complexes chez les femmes et jeunes filles. Un mal-être ou des complexes sur le corps peuvent avoir un rôle dans l'inhibition de l'orgasme.

Reconnaître l'anorgasmie

Le symptôme principal de l'anorgasmie est une impossibilité pour l'homme ou la femme d'atteindre l'orgasme, et ce malgré un éventuel plaisir et/ou désir ressentis pendant le rapport sexuel et/ou pendant la masturbation.

photo-1503065729104-22b06a0be02a.jpg

Il existe divers types d'anorgasmie :

  • Anorgasmie primaire : la personne ne parvient jamais à atteindre l'orgasme, que ce soit par la masturbation ou lors d'un rapport sexuel.
  • Anorgasmie secondaire : alors que la personne a vécu une période sans troubles de l'orgasme, elle cesse d'en avoir systématiquement.
  • Anorgasmie absolue : quel que soit le procédé, la personne ne parvient pas à atteindre l'orgasme (autostimulation, hétéromasturbation, etc.).
  • Anorgasmie relative : la personne ne parvient pas à atteindre l'orgasme dans une situation donnée (rapport, masturbation, etc.).
  • Anorgasmie situationnelle : la personne ne parvient à atteindre l'orgasme que dans certaines situations spécifiques.

Si l'anorgasmie ne pose pas de problème particulier au niveau physique, elle peut être source de culpabilité, de frustration sexuelle et d'une mauvaise estime de soi. Elle peut aussi causer de l'incompréhension vis-à-vis de soi-même ou du partenaire, qu'il soit celui qui souffre d'anorgasmie ou celui qui n'en souffre pas. Elle peut aussi déséquilibrer le couple, notamment si elle est tenue secrète et que la personne simule. Malgré tout, il est important de préciser que de nombreuses personnes vivent très bien sans atteindre l'orgasme, et profitent tout autant de leur sexualité. Effectivement, il existe de fortes pressions sociales autour de l'atteinte de l'orgasme, mais ces personnes sont la preuve qu'il n'est pas indispensable à une vie sexuelle épanouie.

photo-1502882261134-a0a9ceff08ff.jpg

Peut-on guérir de l'anorgasmie ?

Oui, on peut guérir de l'anorgasmie, et le traitement est efficace à 95% ! Mais avant d'entamer un suivi, un contrôle gynécologique ou médical est nécessaire afin d'éliminer une éventuelle cause organique, ou de la traiter si besoin.

Un suivi avec un sexologue ou un sexothérapeute est envisageable pour mieux appréhender la sexualité. L'hypnothérapie intégrative permet d'explorer l'origine du problème et de le traiter avec des techniques adaptées (comprendre les causes ne suffit pas, il est nécessaire d'avoir les outils nécessaires pour travailler sur l'origine du problème) et se libérer de la culpabilité, des peurs, et retrouver une vie sexuelle épanouie. Le professionnel travaillera sur trois points :

  • Exploration sur l'origine du problème en hypnose et traiter les traumatismes liés à ce blocage
  • Élimination des attitudes négatives face à la sexualité et à l'orgasme
  • Amélioration de la relation de couple par la communication
  • Mise en place d'exercices à faire seul ou en couple en vue d'augmenter les capacités sexuelles.

Si l'anorgasmie pose de nombreux problèmes au sein du couple, une thérapie de couple peut également être envisagée afin d'apaiser les relations entre les conjoints.

Photos : Unsplash

2 J'aime

Laissez un commentaire

Le nom sera publié mais pas l'e-mail

INFORMATION BASIQUE SUR LA PROTECTION DES DONNÉES
Responsable: Verticales Intercom, S.L.
Finalités:
a) Envoi de la demande au client annonceur.
b) Activités de publicité et prospection commerciale pour divers médias et canaux de communication de produits et services propres.
c) Activités de publicité et prospection commerciale pour divers médias et canaux de communication de produits et services de tiers de différents secteurs d’activité, pouvant impliquer la cession de données personnelles aux dits tiers.
d) Segmentation et élaboration de profils pour des finalités de publicité et prospection commerciale.
e) Gestion des services et applications qu’offrent le Site aux Utilisateurs.
Légitimation: Consentement de l’intéressé(e).
Destinataires: Il est prévu de céder les données aux clients annonceurs pour mener à bien la demande d’information sur les services annoncés.
Droits: Vous avez le droit d’accéder, rectifier et éliminer les données ou de vous opposer au traitement des mêmes ou à l’une des finalités, ainsi que d’autres droits, comme il est expliqué dans l’information additionnelle.
Information additionnelle: Vous pouvez consulter l’information additionnelle et détaillée sur la Protection des Données sur psychologue.net/proteccion_datos

À lire aussi