L'Arthérapie pour tous

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

À travers l'histoire et ma pratique, lumières sur l'Arthérapie, méthode et discipline très plébiscitée et parfois mal connue.

26 mars 2019 · Lecture : min.
L'Arthérapie pour tous

L'Arthérapie, d'hier à aujourd'hui

Pour mettre tout le monde d'accord, j'ai décidé d'accoler les 2 termes d'art et de thérapie. Si vous saviez combien d'encre a fait couler ce tiret qui normalement les unit en les séparant… Au-delà des conceptions théoriques intéressantes et enrichissantes, je souhaite aujourd'hui vous partager ma vision de l'arthérapie, qui est en lien avec mes études dans différents contextes, mes voyages, mes lectures, mes échanges avec d'autres et surtout ma pratique.

L'arthérapie est donc une discipline issue de 2 milieux, celui de l'art et celui de la psychologie, voire au départ de la psychiatrie.

Si l'on fait un bref historique, l'arthérapie remonte à ce qu'on appelait alors en milieu hospitalier, l'occupationnel. C'est-à-dire qu'il fallait trouver un moyen d'occuper les patients alors qu'ils étaient enfermés entre quatre murs, si ce n'est toute leur vie, au moins une grande partie. Et les journées étaient longues. Les personnes se sont alors mises à peindre, et on s'est rendu compte que cela avait un effet sur leurs humeurs, même sur leur maladie !

Le terme « art-thérapie » est attribué à Adrian Hill, artiste et thérapeute, qui dans les années 1940 fut hospitalisé pour cause de tuberculose au sanatorium du roi Edouard VII à Midhurst, en Angleterre. Il utilisa l'art (plastique) de façon intuitive lors de sa convalescence. Il développa ensuite cette pratique afin qu'elle soit accessible à tous les malades.

Avant lui, au début des années 1900, Prizhorn avait rassemblé une collection d'oeuvres de fous dont il a fait un musée d'art pathologique à Heidelberg, en Allemagne. On en retrouve l'histoire au Musée de l'art brut à Lausanne en Suisse, à l'initiative de Dubuffet, peintre, sculpteur, plasticien français.

En France, nous avons rapidement utilisé cette technique, dont l'efficacité n'a été reconnue qu'à la fin des années 1980, voire début 1990.

Aujourd'hui, des formations diverses sont proposées, des arts-thérapeutes s'installent, des ateliers fleurissent un peu partout. Et même si l'arthérapie n'est pas toujours connue du grand public, elle commence à se répandre, que ce soit dans le champ associatif, hospitalier, au niveau psychologique ou social… Il n'est pas toujours facile de s'y retrouver pour les personnes désireuses d'utiliser cette thérapie. Si cela vous rassure, il y a des annuaires de référencement. Vous pouvez aussi vous renseigner sur le site du thérapeute. Et suivre votre instinct, votre cœur, ce qui vous parle.

shutterstock-634930130.jpg

L'Arthérapie en pratique

On peut pratiquer l'arthérapie en individuel ou en groupe. À mon sens il n'y a pas de contre-indication formelle à cette forme de thérapie, si ce n'est une limitation physique lors de certaines maladies, une trop grande léthargie, ou un risque d'éparpillement, selon la technique employée.

Si l'on en vient à une définition, l'Arthérapie est une forme d'expression de soi à travers l'art utilisé comme média, et qui se veut thérapeutique. Elle est un processus qui est accompagné par le.la thérapeute. Il n'y a pas de recherche esthétique en soi, même si elle peut venir de surcroît et que l'on peut se mettre à une pratique artistique à l'issue d'un suivi avec l'art-thérapie. L'idée est de dire ce qu'il y a à dire, au-delà des mots-maux. C'est une thérapie ludique et libératrice. Il n'y a plus de jugement mais une reconstruction de l'amour de soi à travers la perception de sa valeur.

En arthérapie, la rencontre se fait entre le patient/client/ la personne et le.la thérapeute, autour d'un média (en l'occurrence plastique pour moi, c'est-à-dire dessin, peinture, pastel, encre, collage, terre…). Il y a donc un objet qui fait tiers. La relation ne se construit pas seulement autour de la parole. Ici, le corps est engagé.

On peut notifier aussi que l'arthérapie se décline à travers les différentes formes d'art, telle que la musique, le théâtre, la danse, le chant… On parle aussi de « médiations thérapeutiques par l'art », ce qui se distingue de l'art-thérapie sur divers points, que j'évoque dans ma vidéo « L'art-thérapie pour tous » que vous retrouvez sur ma chaîne YT : Évolutioner avec Marie-Liesse.

shutterstock-377718016.jpg

Des bénéfices au-delà d'un cahier de coloriages

Pour autant, il est important de se rappeler que tout n'est pas thérapeutique. Aujourd'hui, on utilise ce terme même sur des cahiers de coloriage… Bien sûr, c'est agréable de pouvoir crayonner, et on se détend le corps et l'esprit. De plus, quelque chose n'est pas thérapeutique en soi, mais peut le devenir. On ne peut le savoir à l'avance. Pourtant, l'arthérapie est réellement une forme de thérapie, elle n'est donc pas un cours de dessin où l'on apprendrait des techniques. Oui, le.la thérapeute peut proposer, guider, apporter un soutien pratique mais il ne s'agit pas de cela en soi. Mais bel et bien, comme décrit plus haut, d'un moment d'expression de soi, de ses conflits internes, de ses doutes, angoisses, interrogations,… afin de pouvoir les voir à distance et en faire ensuite quelque chose.

L'arthérapie peut être proposée à l'issue d'un deuil, d'un traumatisme, lors d'une maladie physique ou psychique, si l'on cherche à mieux se connaître, pour travailler sur la confiance en soi, l'image de soi, la relation aux autres.

Elle s'adresse à tous les âges de la vie, de l'enfant, à l'adulte, en passant par l'adolescent et jusqu'à l'ancien ; que ce soit en institution (hôpitaux, maisons de retraite, écoles, associations...) ou en cabinet.

Souvent j'entends : « mais je ne sais pas dessiner ! », ou « c'est pour les enfants, non ? », ou « en quoi cela fonctionne-t-il ? » et autres réticences ou idées reçues.

Alors, ce que je vous propose, c'est d'OSER, essayez, et vous verrez !

Photos : Shutterstock

Écrit par

Marie-Liesse Leroux

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail
Commentaires 1
  • Nat

    Étant moi-même art thérapeute en institution, il m’est parfois difficile de décrire notre pratique, tant elle est riche et source de surprise.... votre article me touche, dans la justesse des mots employés....merci