Psychologue.net
Psychologue.net
Sur Google Play Sur la App Store

Le burn out

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Le burn out est un syndrome d'épuisement professionnel mais avant tout émotionnel qui se caractérise par une fatigue profonde, un désintéressement et sentiment d'échec.

20 oct. 2017 · Lecture : min.

Le burn out : de quoi s'agit-il ?

Depuis quelque temps on entend beaucoup parler de cette situation de détresse psychologique.

Le sujet a envahi les forums , les réseaux sociaux et les médias. De nombreux ouvrages font leur apparition sur cette nouvelle maladie qui est non reconnue et qui porte le nom de Burn Out. Elle peut affecter toutes les classes sociales : cadres, médecins, mères et pères de famille et se traduit principalement par un épuisement professionnel mais avant tout émotionnel, similaire à une profonde dépression, une asthénie psychique, une lassitude dès le réveil provoquant une fatigue profonde avec difficulté à se concentrer, un désintéressement professionnel et un sentiment d'échec accompagné d'irritabilité. Il s'agit là des premiers signes d'usure mentale qui sont à prendre très au sérieux.

Peut-on dire que le burn out soit une maladie de notre siècle ?

En France, le burn out n'est pas considéré en tant que tel, pas plus que l'épuisement professionnel.

C'est une pathologie que la médecine n'admet pas en terme de "maladie". Il n'existe pas, actuellement, au sein de la Sécurité Sociale, une précision sur celle-ci. Elle est non reconnue mais pourtant bien réelle. A ce jour, un médecin ne peut donc pas mentionner sur une ordonnance : "burn out".

En attendant il faut savoir que les victimes de ce "mal" ne bénéficient d'aucune couverture sociale qu'elle soit médicale ou financière. Le médecin peut prescrire un arrêt de travail pour "état anxieux ou état dépressif majeur" et c'est à partir de ce moment là que les personnes concernées doivent prendre soin d'elles en demandant un accompagnement thérapeutique qui sera exécuté par un professionnel.

Un burn out, c'est quoi ?

Le burn out est un processus de dégradation du domaine professionnel et privé qui intervient chez une personne dont l'activité est très intense sur une durée très longue et qui ne parvient pas à récupérer suffisamment et finit par s'épuiser.

Ce processus de dégradation connaît quatre étapes :

L'étape de l'engagement :

Cela concerne des salariés, des médecins, des mères et pères au foyer, des personnes très engagées dans leurs activités.

L'étape de surengagement :

Suite à un déclic comme un nouveau projet, une nouvelle position, un changement d'organisation professionnelle, la dimension du travail prend toute la place dans la vie personnelle du sujet.

L'étape de résistance :

La personne se refuse à affronter la réalité pour ne pas baisser les bras, et, avec courage et persévérance accentue toujours un peu plus son surmenage. Elle pense et dit qu'elle y arrivera et s'acharnera à respecter les valeurs de son travail.

L'étape de l'effondrement :

Cette étape peut être progressive ou particulièrement brutale. L'estime de soi est démolie, les personnes sont dans l'incapacité de réfléchir et la concentration n'est plus possible. Une profonde difficulté à travailler s'installe et il peut arriver que le cerveau et le corps ne répondent plus. L'organisme est au plus mal.

Les principaux symptômes sont émotionnels, physiques, cognitifs, comportementaux et motivationnels.

Le désengagement est particulièrement mis en avant : « à quoi bon ? » et le tout accompagné d'un cynisme professionnel où l'on va attaquer les valeurs du travail. Tout ce qui est important pour la personne va devenir critiquable et attaquable. Tout « ne sert à rien ». Le sens du travail et de l'implication n'existe plus.

Les personnes confrontées à cet épuisement profond sont à bout mais leur désarroi est souvent difficile à déceler car, pas forcément visible, et là est bien toute la complexité à pouvoir les aider ou les accompagner dans leur détresse psychologique qu'ils ne veulent pas s'avouer.

Les manifestations du burn out peuvent s'exprimer de maintes façons en débutant insidieusement par une fatigue passagère, un état de déprime, une dépression, somatisation, perte de contrôle, tension, peur, irritabilité, humeur triste, hypersensibilité, manque d'entrain, apathie, fatigue chronique, trouble du sommeil, troubles musculo-squelettiques (TMS), prise ou perte de poids, vertige, maux de tête, nausée, baisse des fonctions cognitives ( perte de la concentration), difficulté à faire plusieurs choses à la fois, difficulté à nuancer, à prendre des décisions, erreurs et oublis de plus en plus fréquents.

Des comportements plus sérieux tels que : replis sur soi, isolement, incivilité, une violence, manque d'empathie envers les autres, du ressentiment, hostilité, apparition de comportement addictif à l'alcool, au tabac, substances chimiques, un accident cardio-vasculaire ou une décompensation soudaine peuvent apparaître.

D'un point de vue médical, le burn out engendre une « maladie » silencieuse très destructrice pour la personne en développant une hyper sécrétion de cortisol qui endommage les neurones de l'hippocampe, zone responsable de la mémoire, de la concentration et du cortex préfrontal pouvant perturber la prévoyance, la prévision de changement, la planification et la prise de décisions. Les conséquences dévastatrices sur la digestion, le système immunitaire, le pancréas et le foie sont sans appel.

A savoir que le burn out n'est pas une addiction au travail, ni un stress chronique, ni une dépression.

Écrit par

Laetitia Lestavel

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail