Le burn-out ou épuisement professionnel

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Le burn-out ou épuisement professionnel est le résultat d’une longue période de surtension. Ce serait une pathologie de l’« hyperstress ».

31 OCT. 2019 · Lecture : min.
Le burn-out ou épuisement professionnel

Un peu d'histoire

Nous trouvons une description clinique du burn-out dans l'Ancien Testament. En effet, la grande fatigue du prophète Élie, qui s'épuisait à prêcher dans le désert, pourrait être aujourd'hui qualifiée d'état de burn-out.

Dans l'histoire de la médecine, le concept d'épuisement professionnel est introduit dans un article médical publié en juin 1959 par le psychiatre français Claude Veil.

Toutefois, la paternité du terme de burn-out professionnel revient à Herbert Freudenberger, psychanalyste allemand établi à New York. Il a introduit le terme de burn-out en 1971 pour décrire la perte d'enthousiasme que ressentait les bénévoles qui consacraient leur temps à aider des usagers de drogues dures. En effet, ils se décourageaient et manifestaient des troubles émotionnels comme des crises d'angoisse et des symptômes physiques d'épuisement comme l'endormissement, les vertiges, etc….

C'est ensuite la psychologue américaine Christina Maslach qui, dans les années 1980, a étudié cet épuisement survenant en milieu professionnel.

Description du burn-out

La psychologue américaine Christina Maslach élabore une description du burn-out organisé comme une triade de symptômes :

  • L'épuisement émotionnel qui correspond à un état de fatigue physique et psychologique caractérisé par une absence quasi totale d'énergie émotionnelle se répercutant sur la vitalité de l'individu.
  • Un état de dépersonnalisation, ou plutôt de « déshumanisation » qui se caractérise par une attitude négative et détachée de la part de l'individu envers les personnes avec lesquelles il interagit dans le contexte professionnel.
  • Une diminution du sens de l'accomplissement et de la réalisation de soi. La personne va porter un regard négatif et dévalorisant sur la plupart de ses réalisations et accomplissements.

Il est important de noter que la traduction en Française du terme de burn-out en "épuisement professionnel" pose problème puisque qu'elle le réduit au dernier symptôme alors que nous ne pouvons pas parler du burn-out en l'absence des deux autres.

L'épuisement professionnel serait donc le résultat d'une longue période de surtension ; d'une trop grande exigence envers soi-même.

Ainsi, nous pouvons le reconnaître lorsque nous réalisons que les choses qui nous donnaient de l'énergie avant vont nous sembler de plus en plus lourdes. La personne touchée par un burn-out va ressentir une fatigue qui n'est pas une fatigue positive mais un épuisement. Elle sera irritable, susceptible et dormira mal. Nous voyons qu'elle réagira différemment avec son entourage. Elle se sentira vide, impuissante, etc... et n'aura plus d'énergie pour faire quoi que ce soit.

Les causes du burn-out

Il existe des facteurs de risques psychosociaux (ou RPS), regroupés en six catégories : - Les exigences du travail (horaires, contraintes de rythme, instructions contradictoires, longues journées de travail, travail en horaires atypiques, imprévisibilité des horaires de travail, etc…).

  • Les exigences émotionnelles : les exigences émotionnelles font référence à la nécessité de maîtriser et de façonner ses propres émotions comme les exigence de sourire ou de bonne humeur, Les tensions avec le public et le contact avec la souffrance ou la détresse humaine entraînent des exigences émotionnelles.
  • Le manque d'autonomie et de marges de manœuvre pour réaliser son travail.
  • Le manque de soutien social et de reconnaissance au travail.
  • Les conflits éthiques et de valeurs c'est à dire les conflits consécutifs à la distorsion entre ce qui est exigé au travail et les valeurs des salariés. Cela peut être faire un travail que nous trouvons inutile, promouvoir une méthode que nous savons inefficace, etc...
  • Les changements et l'insécurité de l'emploi et du travail. Ce qui va donc engendrer la peur de perdre son emploi, le non maintien du niveau de salaire, des contrats de travail précaire, des incertitudes sur l'avenir de son métier, etc...

Généralement, le burn-out résulte de l'exposition à plusieurs facteurs de risques psychosociaux provoquant ainsi une situation de déséquilibre pour l'individu. Le burn-out serait une pathologie de l'« hyperstress » (trop de stress).

Le burn-out dépendrait dont de caractéristiques liées au travail. Cependant, il serait aussi lié aux spécificités propres à l'individu.

Certaines études montrent que les facteurs personnels entreraient en compte dans 30/40 % des causes de l'épuisement professionnel et les facteurs liés à l'environnement de travail lui-même dans 60/70 %. De plus, l'environnement extraprofessionnel (c'est à dire le stress de la vie personnelle) interviendrait également.

Prévenir le burn-out

La prévention est essentielle.

Elle s'organise autour de l'identification et la réduction des facteurs de risques psychosociaux au sein des entreprises. Il s'agit d'élaborer des environnements et des méthodes de travail qui s'adaptent aux personnes et non l'inverse. Le management des équipes doit être bienveillant et reposer sur l'écoute, l'empathie, le soutien et la reconnaissance.

Mais l'individu peut aussi essayer de se protéger du burn-out. Catherine Vasey, psychologue et gestalt-thérapeute, propose d'identifier ce qu'elle nomme « les lieux d'usure ». Il s'agit de tâches, situations ou personnes qui vont créer un sentiment d'impuissance, de lourdeur, de fatigue comme un téléphone qui sonne constamment, un collège qui vous dérange sans cesse. Il est donc important de les détecter pour essayer de les modifier. Malheureusement, cela n'est pas toujours faisable.

Toujours Selon Catherine Vasey, il est important d'essayer de trouver un juste équilibre entre des tâches « ressourçantes » et d'autres, plus « usantes » et ainsi réfléchir à la façon dont nous prenons soin de nous. Et il ne faut pas oublier de s'accorder des pauses mêmes toutes petites afin de relâcher les tension.

Et surtout, il ne faut pas hésiter à consulter un professionnel dès que nous commençons à ressentir des difficultés.

Photos : Shutterstock

Écrit par

Sophie Denoyer - Psychologue en ligne

Voir profil

Bibliographie

Sources :

  • Les Grands Dossiers des Sciences Humaines n°50
  • Site de l'INRS : http://www.inrs.fr/
  • https://www.psychologies.com/Travail/Souffrance-au...
  • http://www.psychanalyse-info.com/

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail

Derniers articles sur Travail