Psychologue.net
Sur Google Play Sur la App Store

Le Centre PSYRENE accompagne les enfants et adultes dans la compréhension et le développement de leur potentiel

Fanny Nusbaum a créé en 2004 le Centre Psyrène, où une équipe pluridisciplinaire s'occupe d'accompagner les enfants et adultes à haut potentiel.

14 juil. 2014 Interviews - Lecture : min.

psychologues
Fanny Nusbaum est psychologue, docteur en psychologie, hypnothérapeute, thérapeute familale et également chercheur à l'Université Lumière (Lyon II) et au CERMEP-Imagerie du Vivant : elle développe depuis plusieurs années une activité d’accompagnement psychologique et de recherche en neurosciences autour de l’évaluation et du développement du potentiel de chacun.

Il y a quelques années, mon activité professionnelle devenait très importante, et les délais d’attente beaucoup trop longs pour les patients (plus de 6 mois). Je me suis alors demandé si je pouvais me développer autrement, et ai eu envie de déployer une activité pluridisciplinaire, car je me suis dit que cela pouvait être enrichissant d’avoir une équipe qui travaille de la même façon que moi, qui est assez particulière.

Je recherche, pour chaque individu et dans tous les domaines de la vie (personnel, professionnel/scolaire, social) un rapport optimum entre ce qu’il est, ce qu’il sait faire, et les exigences de sa réalité environnante. Le but est, pour les patients, qu’ils puissent obtenir rapidement des clefs de connaissance d’eux-mêmes sur le plan de leur personnalité, de leur culture familiale, de leur façon de réfléchir et d’apprendre, de leurs motivations, de leurs ressources, mais aussi de leurs failles, et de trouver avec eux des moyens d’accéder à un degré d’épanouissement satisfaisant. C'est ainsi que mon activité, démarrée en 2000, a évolué vers la création du Centre PSYRENE.

Cette activité même se trouve ainsi à la frontière entre la psychologie, principalement d’approche systémique, la psychologie comportementale, les neurosciences, et tout ça dans un champ lui aussi particulier, le champ du développement de potentiels et de la psychologie positive.

Nous sommes une équipe pluridisciplinaire, ce qui nous permet de donner de la dimension à l’accompagnement des patients. À la rentrée prochaine, nous serons huit praticiens, ainsi que notre assistante. Chacun des praticiens dispose de plusieurs casquettes : nous avons ainsi des psychologues qui sont aussi hypnothérapeutes, d'autres neuropsychologues… Si l’on prend cela dans la globalité, il y a quatre psychologues et neuropsychologues, deux hypnothérapeutes, une sophrologue, un méthodologiste (qui est initialement professeur de français, mais aussi psychopédagogue, et qui est spécialisé dans la méthodologie des apprentissages).

centrepsyrene2.jpg

Excepté notre méthodologiste, nous sommes tous diplômés en psychologie, avec des spécialités particulières. Ainsi, une personne est spécialisée dans le traumatisme et la résilience, deux autres en remédiation cognitive, deux en évaluation par les tests et échelles, une encore dans les thérapies de couple… Ce qui nous lie, c’est la recherche personnalisée des ressources et du « mode de fonctionnement » de tout individu pour aller vers l’expression la plus élégante de ce qu’il est et de ses capacités.

Accompagner chaque personne dans le développement de son potentiel

Nous sommes tous très au fait du haut potentiel (qu’on appelle aussi précocité intellectuelle ou surdouance), qu’il soit ou non lié avec des troubles dys (dyslexie, dysphasie, dyspraxie…), notamment le TDA/-H (Trouble Déficitaire de l’Attention avec ou sans Hyperactivité) : c’est notre cœur de métier. Notre approche principale est l’accompagnement des enfants, adolescents et adultes dans le développement de leur potentiel.

D’abord, nous les évaluons grâce à des tests, qui nous donnent une indication sur leur profil cognitif, nous aident à comprendre la manière dont ils réfléchissent, leurs préférences cognitives :

  • le test de QI (grâce aux échelles de Wechsler, le test de QI le plus standard),
    • la WPSSI pour les plus petits,
    • le WISC, de 6 à 16 ans,
    • la WAIS pour les plus de 16 ans et les adultes.

Nous utilisons aussi des outils d’évaluation neuropsychologique, tels que la NEPSY pour les enfants ou la MEM pour les adultes. Les tests neuropsychologiques nous aident à mieux comprendre, chez chacun, les processus mis en place au niveau des fonctions exécutives de l’attention, de la mémoire, des capacités psychomotrices, psychosociales…

Nous utilisons également des tests de personnalité pour enfants, adolescents et adultes qui sont axés sur les Big Five.

L’approche du centre est globale : nous faisons passer les échelles de Wechsler, les tests de personnalité, mais aussi des tests que nous avons élaborés nous-mêmes pour évaluer la personne, ses valeurs, celles de son système familial… Lorsque l’on effectue cette évaluation globale, que nous appelons TAG (Test d’Aptitudes Générales), nous réalisons une évaluation et un dossier complet sur toutes les dimensions de la personne (cognitive, psychologique, neuropsychologique, capacités générales, valeurs…), sur tout ce qui est important pour développer le potentiel au maximum et arriver à l’épanouissement le plus complet dans la vie personnelle et professionnelle.

Tous les praticiens du centre travaillent en synergie et sont au fait de la question du développement de potentiels, avec chacun sa spécialité (hypnose, sophrologie, etc.). Après l’évaluation vient le moment de la prise en charge : nous évaluons le(s) praticien(s) le(s) plus adapté(s) pour prendre en charge la personne, et chacun met en avant sa spécialité pour accompagner au mieux l’enfant, l’adolescent ou l’adulte. L’équipe et moi-même avons un support théorique en psychologie d’approche systémique et positive, mais nous nous appuyons beaucoup sur les neurosciences pour développer les accompagnements auprès des enfants, adolescents et adultes.

J'évolue entre le centre et ma pratique de chercheur en neurosciences
psyrene.jpg

Initialement, je suis psychologue clinicienne avec une dominante en psychosomatique. Je suis d’ailleurs titulaire d’un DESS en Psychologie Médicale (ou psychosomatique), et mon approche de base est plutôt systémique. Ensuite, j’ai réalisé une thèse de Doctorat en Psychologie et Neurosciences, ce qui me donne vraiment aujourd’hui une approche très neuroscientifique, car je suis par ailleurs chercheur en psychologie et neurosciences.

Je dirige le Centre PSYRENE et y interviens une journée par semaine. En plus de mes formations en psychologie d’approche systémique et psychosomatique, je me suis également formée à l’hypnothérapie et à la sophrologie. Ainsi, je pratique, depuis de nombreuses années, l’hypnose auprès de mes patients, que ce soit dans le domaine du développement de potentiels ou pour d’autres problématiques, comme la douleur chronique, les troubles du comportement alimentaire…

Mes accompagnements sont particulièrement orientés sur la solution : on ne vient pas seulement pour déposer sa problématique ou travailler sur sa compréhension, mais aussi pour chercher des solutions.

centrepsyrene.jpg

Dans le cadre de la recherche en psychologie et neurosciences, je suis rattachée au CERMEP-Imagerie du Vivant (plateforme de recherche au sein du Groupe Hospitalier Est de Lyon). J’ai beaucoup étudié les réseaux cérébraux impliqués dans l’hypnose, particulièrement dans le cadre de la douleur chronique et de l’empathie. Aujourd’hui, je travaille à la compréhension des mécanismes neurophysiologiques en jeu chez les enfants à haut potentiel et les enfants souffrant de TDAH.

En collaboration avec les Docteurs Olivier Revol, Dominique Sappey-Mariner et Pierre Fourneret, nous dirigeons ainsi une étude sur la caractérisation des réseaux cérébraux chez quatre populations d’enfants de 8 à 12 ans. Il y a deux populations d’enfants à haut-potentiel, une population d’enfants TDA, et une population contrôle. Nous proposons des exercices cognitifs et émotionnels aux enfants dans l’IRM, et nous étudions et comparons ensuite les réseaux cérébraux impliqués dans chaque tâche cognitive ou émotionnelle, pour chaque population.

Nous cherchons à valider une théorie que j’ai proposée à propos de ces enfants à haut potentiel.

Jusqu’à présent, on parlait du haut potentiel comme étant une généralité. Autrefois, on a d’abord décrit les « surdoués », perçus comme des premiers de la classe, voire des singes savants. Puis on a parlé des « enfants précoces », comme des enfants particuliers et créatifs, mais assez inadaptés. Aujourd’hui, quand on parle d’un enfant à haut potentiel, c’est surtout à ce « type » d’enfant qu’on fait référence. 

Or, dans ma pratique, j’ai rencontré essentiellement deux profils d’enfants à haut potentiel : j’ai souhaité caractériser ces deux profils, que j’ai appelés : « le profil laminaire » (HP-L) et le « profil complexe » (HP-C).

Nous étudions ces deux populations d’enfants à haut potentiel par rapport à une autre population souffrant de TDA, afin d’observer les points communs dans les réseaux cérébraux impliqués, pour permettre un meilleur diagnostic différentiel et un meilleur accompagnement clinique.

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail

INFORMATION BASIQUE SUR LA PROTECTION DES DONNÉES
Responsable: Verticales Intercom, S.L.
Finalités:
a) Envoi de la demande au client annonceur.
b) Activités de publicité et prospection commerciale pour divers médias et canaux de communication de produits et services propres.
c) Activités de publicité et prospection commerciale pour divers médias et canaux de communication de produits et services de tiers de différents secteurs d’activité, pouvant impliquer la cession de données personnelles aux dits tiers.
d) Segmentation et élaboration de profils pour des finalités de publicité et prospection commerciale.
e) Gestion des services et applications qu’offrent le Site aux Utilisateurs.
Légitimation: Consentement de l’intéressé(e).
Destinataires: Il est prévu de céder les données aux clients annonceurs pour mener à bien la demande d’information sur les services annoncés.
Droits: Vous avez le droit d’accéder, rectifier et éliminer les données ou de vous opposer au traitement des mêmes ou à l’une des finalités, ainsi que d’autres droits, comme il est expliqué dans l’information additionnelle.
Information additionnelle: Vous pouvez consulter l’information additionnelle et détaillée sur la Protection des Données sur psychologue.net/proteccion_datos

Commentaires (1)

À lire aussi