Le coaching, un processus de changement accessible à tous ?

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

On peut se demander si tout individu peut suivre un processus de changement tel que le coaching peut en proposer. Il semblerait que ce ne se soit pas le cas, notamment pour les personnalités

22 nov. 2017 · Lecture : min.
Le coaching, un processus de changement accessible à tous ?

Il est de ce fait essentiel que tout coach sache identifier les structures psychiques des personnes qu'il est susceptible de coacher le plus tôt possible car cela n'est pas sans incidences et conséquences. Il est important d'intégrer le concept « tête, cœur et corps ». En effet, l'outil principal pour le coach, c'est lui-même ! Il est important de ne pas s'oublier dans sa pratique et de s'écouter. Nous ne sommes pas parfaits. Nous ne savons pas tout, et de ce fait, nous ne sommes pas à l'abri de faire des erreurs. Il faut en avoir conscience.

Face à ce genre d'individus, il est indispensable que le coach soit armé. Et cela passe par une formation adéquate, notamment. Il me semble indéniable que tout coach continue à se perfectionner tout au long de sa carrière professionnelle et sache ainsi détecter ce que décèle chaque individu. Le coach n'est ni un psychiatre ni un psychanalyste ni un psychologue ni un psychothérapeute. Le coaching n'est pas une psychothérapie mais tout coaching est thérapeutique.

Le coaching aide à aller mieux, à passer un cap difficile tel qu'un licenciement, un divorce, un départ en retraite… Tout individu peut, au cours de sa vie, être amené à rencontrer des difficultés. Cela ne signifie pas pour autant qu'il est « mal » psychologiquement. La problématique à surmonter ne se compare en rien à une souffrance psychologique. Le coaching accompagne la personne à dépasser ce cap pour se sentir mieux au quotidien. Il permet au coaché de comprendre, d'appréhender une situation nouvelle et de rétablir un équilibre. Il agit sur un objectif précis pour le futur. Il s'intéresse au « comment » et non au « pourquoi ». La thérapie vise à analyser le passé pour surmonter, dépasser une souffrance. A l'inverse du thérapeute, le coach ne s'intéresse qu'à la partie émergée de l'intrapsychique. S'il a le sentiment qu'il est nécessaire d'aller plus loin et notamment, d'interroger le sujet sur son passé, il doit être muni des outils nécessaires.

shutterstock-660594670.jpg

A défaut, il est fortement préférable de l'orienter vers un confrère compétent au cas d'espèce ou un thérapeute. Cela nous ramène à l'exemple de la consultante précédemment cité. Des expériences passées vécues dans sa vie personnelle avaient des répercussions dans sa vie professionnelle actuelle. Il était donc indispensable, à mon sens, de lui laisser terminer le travail qu'elle avait entamer avec sa thérapeute avant de pouvoir engager le processus de coaching d'autant plus que le coaching n'avait pas mis en évidence cette problématique. Ce ne sont pas les séances de coaching qui ont fait émerger ce passé. Il était connu de la coaché et elle avait déjà entamé un travail thérapeutique.

Finalement, le coaching intervient au niveau des sphères professionnelle et privée alors que la thérapie travaille la sphère personnelle (englobe tout l'environnement de l'individu, son caractère, son histoire, ses interactions avec les autres …). Ces deux modes de relation d'aides, relativement proches, s'intéressent à des sphères différentes et utilisent des savoir-faire qui leur sont propres. Mais ils ont un même objectif : obtenir un meilleur équilibre et un meilleur bien-être. C'est en cela que le coaching est thérapeutique même s'il ne travaille pas en profondeur. En effet, bien qu'il ait conscience que l'expression d'une problématique est plus large et plus profonde, le coach ne s'appuie que les ressources du coaché pour diminuer ou faire disparaître la problématique. On raisonne ici en termes d'écologie pour le sujet. On n'est pas dans le dépassement de la souffrance, rôle du thérapeute, qui va intervenir sur la partie immergée de l'intrapsychique.

Tout ceci nous amène à considérer l'importance des toutes premières séances de coaching. Le plus tôt possible, le coach doit être capable de savoir si l'accompagnement qu'il propose est véritablement adéquat à la situation amenée par une entreprise.

Photos : Shutterstock

Écrit par

Vanessa DABIN REMIGNON, MaternCoaching

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail