Psychologue.net
Psychologue.net
Sur Google Play Sur la App Store

Le stress vous aide aussi à obtenir ce que vous désirez

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Les situations de tension peuvent être bénéfiques tant qu'elles ne nous dépassent pas. Éviter de se sentir bloqué et en sortir renforcé est possible.

20 avril 2017 · Lecture : min.
Le stress vous aide aussi à obtenir ce que vous désirez

Le stress est la maladie du siècle : tapi dans les activités quotidiennes, le travail, les soucis du monde actuel, il nous attaque en masse, comme un virus virulent, et nous ne nous rendons compte de la contagion qu'une fois les symptômes apparues.

La littérature scientifique est constante sur ce point : le stress intense et persistant affaiblit le système immunitaire, produit des troubles gastro-intestinaux et augmente le risque de souffrir de maladies cardiovasculaires, entre autres problèmes. Ce que, peut-être, vous ne savez pas, c'est qu'il existe deux types de stress.

Le mauvais et le bon stress

Le plus connu est celui que nous évoquions, le mauvais stress, source de nombreuses pathologies et appelé stress négatif, ou distress. Mais il existe aussi un bon stress, le stress positif (ou eustress, mot formé à partir du préfixe grec eu-, qui signifie "bon"). Celui-ci est en lien avec la clarté mentale et, bien géré, il nous stimule pour nous confronter à des problèmes, être plus productifs et augmenter notre créativité.

"Le stress apporte de l'énergie, active l'organisme et nous fait penser plus rapidement, ce qui est positif", affirme Antonio Cano, président de la Société Espagnole pour l'Étude de l'Anxiété et du Stress (SEAS). Selon un travail de l'Université de Berkeley (USA), cette perturbation peut être, à long terme, positive pour la mémoire. Comme ces scientifiques, Antonio Cano estime que le stress favorise le rendement lorsqu'il est de courte durée, et non chronique : "nous ne pouvons pas être toujours dans cet état, il nous faut un temps de récupération", explique-t-il.

shutterstock-495867520.jpg

Pour le neuroscientifique Ian Robertson, la clé n'est pas uniquement sur la durée, mais aussi la quantité de stress : il est positif lorsqu'il est modéré. Comme il l'explique dans son livre "The Stress Test", la substance bénéfique est la neuroadrénaline, que le neuropsychologue Álvaro Bilbao, auteur du livre "Prenez soin de votre cerveau", définit ainsi :

"une hormone qui active les systèmes d'attention soutenue et focalisée du cerveau, favorisant la concentration sur une tâche unique pendant des périodes prolongées. Il se peut que certains processus cognitifs en relation avec la rapidité de pensée soient ainsi favorisés".

Cette hormone se libère à la suite de l'adrénaline et avant le cortisol (connue comme l'hormone du stress). Le moment où elle apparaît est la clé pour expliquer pourquoi les niveaux bas (tranquillité) et haut d'activation ne stimulent pas le rendement intellectuel, alors que les intermédiaires si.

Pour que le stress soit bénéfique, il faut...

Éviter qu'une situation de tension finisse par générer du cortisol est ainsi la clé pour profiter du stress et qu'il nous soit bénéfique. Ian Roberston donne quelques astuces pour que, dans ces situations, nous puissions maintenir la neuroadrénaline à son niveau optimal, stimulant notre créativité et favorisant le rendement intellectuel :

  • Identifier l'émotion qui cause cet état : "il faut se dire à soi-même, à voix haute, que l'on est plus bouleversé ou excité que stressé". Selon lui, si nous changeons le point de vue de cette manière, nous déterminons l'effet que cela a sur nous et, au lieu de sentir cette tension comme une menace, nous la voyons comme un défi.
  • Contrôler sa respiration : Ian Robertson assure que cela agit comme un baume pour le cerveau. Son conseil est que, dans les moments d'anxiété, nous essayions de respirer lentement par le nez pendant 5 secondes et expirer pendant 6. "Quand on est anxieux, on oublie comment respirer correctement", soutient-il.
  • Adopter une posture de super-héros : face à une situation stressante, le psychologue conseille de prendre conscience de la notre posture, de redresser la poitrine et de se grandir. "Cela nous aide à nous sentir plus confiants".
  • Utiliser une balle antistress : ouvrir et fermer la main droite sur une balle en mousse pendant 45 secondes, puis l'ouvrir pendant 15 secondes et la refermer pour 45 nouvelles secondes. "Cette exercice active le lobe frontal gauche du cerveau, associé aux comportements positifs".

shutterstock-197557880.jpg

Plus intelligents et plus heureux

Développer des compétences, comme apprendre à conduire ou résoudre des problèmes mathématiques, est souvent le théâtre de situations anxiogènes. Pourtant, selon des chercheurs de l'Université de l'État de San Francisco (USA), ces moments de stress stimulent la joie à court et long terme. Les résultats montrent que les personnes qui sont en situation de tension expérimentent une sensation immédiate de joie. C'est momentané, mais les participants à l'expériences ont qualifié ces instants d'heureux et satisfaisants, en plus de les avoir aidés à atteindre leurs objectifs.

Pour Ian Robertson, les revers de la vie aident les individus à atteindre des buts qu'ils n'auraient jamais atteint dans leurs moments de tranquillité. Affronter des défis, selon le neuroscientifique, forge des individus plus prudents et reconnaissants de ce qu'ils ont, alors que "les temps plus simples génèrent plus de tristesse".

Photos : Shutterstock

psychologues
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail