Psychologue.net
Psychologue.net
Sur Google Play Sur la App Store

Le syndrome d'épuisement professionnel : un risque psychosocial spécifique aux soignants ?

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Depuis Freuddenberger le syndrome d’épuisement professionnel a fait l’objet de nombreuses recherches qui ont permis d’identifier, de comprendre, de traiter et d’essayer de prévenir cette so

21 déc. 2015 · Lecture : min.

La santé est individuelle mais elle se construit collectivement dans un cadre social dont le travail fait partie prenante. Au fil du temps, la prévention des risques professionnels s'est enrichie de nouvelles dimensions. En 2002 , la santé mentale a été introduite dans le code du travail.

Et c'est précisément à un risque psychosocial que j'ai décidé de consacrer ce travail d'étude : le syndrome d'épuisement professionnel .Mis à jour chez les professionnels de l'aide ,leur est-il spécifique ou peut-il être détecté chez tout sujet exerçant une activité professionnelle ?

Les soignants, une population non spécifique du burn-out mais largement touchée

Les soignants

Etymologiquement soigner signifie « procurer, fournir », « s'occuper avec attention de…,avoir soin de … »

Le personnel soignant est défini comme « un ensemble de personnes exerçant un métier dans les services de santé ». Nous pouvons en dresser une liste non exhaustive : médecins, infirmiers, aide-soignants ,kinésithérapeutes, psychologues, psychomotriciens,…

Alexandre Manoukian a consacré un ouvrage sur La souffrance au travail,en s'intéressant plus particulièrement au soignants face au burnout , il cite une enquête de l'ONDPS qui a comparé le taux de burnout des soignants dans dix pays d'Europe à partir d'une même échelle et qui donne la France en tête de cette liste.

« Le 'don de soi' peut être dangereux pour la santé lorsqu'il ne procure plus satisfaction. Il faut protéger les soignants en leur offrant un cadre de travail rassurant et attrayant pour qu'ils n'aient plus envie de fuir. Les soignants aiment, pour la plupart, leur métier. Mais ils ne sont plus disposés à y 'laisser leur peau'. Une si belle profession, en déclin...!!"

Aide –Soignante, Etablissement privé non lucratif

"Je tiens à dire que je prends ma retraite, en juillet 2003, et que je ne suis toujours pas lassée de mon travail que j'ai pratiqué avec passion sans pour autant avoir négligé ma vie privée."

IDE Chirurgie CHG

"Le plus pénible c'est la gestion des patients sur le plan physique, le plan émotionnel, la question des familles, le travail administratif de plus en plus important, le téléphone, les dossiers, l'ordinateur, le remplacement des collègues, les arrêts de travail non remplacés, le remplacement du surveillant pendant ses vacances. La multiplicité des tâches à effectuer est difficile. Le stress est permanent.

L'infirmière est au cœur du système et gère beaucoup trop de choses".

Infirmière de chirurgie, femme, CHU.

Témoignages extraits du dossier Santé,satisfaction au travail et abandon du métier de soignant,,ONDPS.

shutterstock-1087607468.jpg

Des facteurs inhérents à la profession des soignants comme possibles précurseurs du burnout

Les infirmières

Marc Loriol (2000, cité dans le dossier N°965 Stress et risques psychosociaux au travail ») distingue quatre facteurs précurseurs du burnout :

  • La pénibilité psychique

Caractérisée par :

  • la « variation d'activité » : temps de soin avec peu de patients puis public qui arrive en nombre
  • par un public spécifique des urgences composé de « cas sociaux », de personnes qui n'ont pas à régler le tiers-payant.
  • La responsabilité de la vie du patient
  • La relation décevante au malade
  • Qui est relative à la dépersonnalisation dans le questionnaire de la MBI.
  • La non-reconnaissance de l'identité professionnelle.
  • Le mythe de l'infirmière idéale
  • Relative à la dépersonnalisation : plus l'infirmière

Manoukian, dont l'ouvrage est consacré aux soignants et spécifiquement aux infirmières, a dressé une liste de « …facteurs potentiels d'influence du burnout » il prend en compte le macrosocial ainsi que ce qui est spécifique à la relation d'aide :la relation soignant-patient,la confrontation à la maladie et aux handicaps, le sentiment d'impuissance, la relation à la mort, à la vérité , les patients difficiles, l'agressivité du public, de l'institution, les relations soignants et médecins, la charge horaire ,les emplois du temps ,le management, la surcharge de travail, les difficultés personnelles et familiales liées à ce type de profession...

Les médecins

Une enquête de l'URML d'île de France (2007) concernant les médecins libéraux rapporte que :

  • o« 47% des médecins libéraux présentent des symptômes du syndrome d'épuisement professionnel. »(P.2)
  • o« La première cause d'invalidité chez les médecins est représentée par les affections psychiatriques :37,94% en 2005 (…) »(P.2)
  • o« Les conséquences du burnout invoquées par les médecins résident dans la diminution de l'accomplissement professionnel(87,2%), la dégradation de la relation médecin-patient (84,4%),et l'altération de la qualité des soins(82,6%). » (p .5).

shutterstock-788107462.jpg

Nous pouvons préciser ici , que le rapport de recherche ne précise pas la nature de l'auto- questionnaire administré, et que la seconde partie du questionnaire « aborde les conséquences possibles de l'épuisement professionnel. » d'autres études ou d'autres conceptions (Malasch) les posent en tant que sources du burnout .

Ce travail de recherche fait une synthèse des travaux de Didier Truchot auprès de médecins libéraux de Bourgogne,Champagne-Ardenne et Poitou-charentes et dresse une liste de stresseurs (p.6) :

  • La charge de travail
  • Les exigences liées au travail
  • Le manque de contrôle de son activité
  • Les conflits avec les patients
  • Le type d'exercice

Ces agents stresseurs sont plus spécifiques aux médecins libéraux , ils varient chez les médecins hospitaliers .Les docteurs Martin et Moniez dans un article d'Urgence pratique.N°90.2008 parlent de « tabou » au sujet du burnout « …la France ne comptabilise pas le suicide au travail… » alors que selon l'ordre des médecins en 2003 le suicide représenterait 14% des causes de décès des médecins libéraux .

A propos des médecins hospitaliers , un article de la revue web : La souffrance du soignant note que :

-il y a 40OOO médecins hospitaliers en France , que 47,9% d'entre eux sont insatisfaits ou très insatisfaits des possibilités de donner à leurs patients les soins dont ils ont besoin (enquête SESMAT, 2007-2008).

Des recherches on été effectuées sur le burnout des étudiants en médecine . Myriam Ernts (2010)dans sa thèse présentée pour le diplôme de docteur en médecine, intitulée le syndrome de burnout des Internes en Médecine Générale à la Faculté de Médecine de Strasbourg » et concernant 161 questionnaires(MBI) remplis et analysés , rapporte que ;

  • 19% présentent un score élevé de burnout dans la dimension épuisement émotionnel
  • 38,5% présentent unscore élevé de dépersonnalisation
  • 21,7% présentent un score élevé de la dimension accomplissement personnel.

shutterstock-393671497.jpg

En résumé on voit là toute la difficulté à cerner, à catégoriser une multitudes de variables intrinsèques à la profession. Variables qui se heurtent à un milieu professionnel en crise, dans une société en crise où les valeurs travail sont en mutation et où les attentes du public restent inchangées vis à vis des professionnels de l'aide, où le mythe du soignant idéal, sauveur et tout en bienveillance subsiste encore .

Le tribu pour ces professionnels est largement coûteux sur le plan physique et psychique il peut conduire à un abandon de la profession .Abandon suffisamment important pour qu'il fasse l'objet d'études, notamment :

L'étude de l'ONDPS .Dans le dossier Solidarité ,Santé n°6 , consacré à la cessation d'activité des médecins généralistes les auteurs constatent que « …les résultats de l'étude corroborent ceux d'enquêtes récentes qui soulignent l'existence de risques importants inhérents à l'exercice de la médecine générale et notamment le risque d'épuisement professionnel ou burn out ».

L'étude PRESST-NEXT (2004) ,volet français de l'étude scientifique européenne NEXT(Nurse's Early Exit Study)dont l'objectif est d'analyser les raisons qui conduisent les professionnels de santé à quitter prématurément leur profession , souligne que 15,9% des soignants français sont atteints de burnout. Les problèmes de santé déclarés par les 5376 soignants de l'échantillon national sont , par ordre d'importance :

  • Les Troubles Musculosquelettiques 56,2%
  • Les varices 31.3%
  • Les troubles de la santé mentale 25%
  • Les trouble neurologiques (céphalées…) 20,6%.

Photos : Shutterstock

Écrit par

Cabinet Psychologie et Prévention Dominique Baradello-Lozac'h

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail