Psychologue.net
Psychologue.net
Sur Google Play Sur la App Store

Comment rester soi-même tout en tenant compte de l'autre ?

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Il vous est peut-être arrivé de vous trouver en difficultés dans vos relations. Comment rester soi-même tout en tenant compte de l'autre, dans une relation bienveillante ?

17 juil. 2019 · Lecture : min.
Comment rester soi-même tout en tenant compte de l'autre ?

Au travail, dans votre famille ou votre couple, les raisons qui peuvent être à l'origine d'un dysfonctionnement de la relation sont multiples : difficulté à dire "non", à se mette à la juste place, à se faire respecter, ou encore manque d'estime de soi, peur du regard des autres...

L'analyse transactionnelleidentifie 3 rôles que nous risquons d'adopter lors de nos relations avec autrui, lorsque nous ne faisons pas usage d'une bonne grammaire relationnelle. Il s'agit de la triade Sauveteur- Victime- Persécuteur, qui forme ce que le psychologue américain Stephen Karpmana appelé le « triangle dramatique »des jeux psychologiques. Chacun de nous a joué de manière inconsciente à ces jeux de rôles psychologiques, dans un contexte ou dans un autre.

Quand on ajoute à cette modélisation la théorie des Etats du Moi (toujours en Analyse Transactionnelle) cela donne une grille de lecture assez éloquente pour décrypter la manière dont nous entrons en relation.

Dans le triangle dramatique, la règle du jeu est de créer un rapport de force dans lequel on emploi son énergie à retourner la situation pour gagner contre l'autre, en le manipulant. Chacun des joueurs essaye changer de rôle et de faire changer, par conséquent, ses partenaires de rôle.

Dans ce jeu, aucun des joueurs n'a envie que la situation s'améliore parce que chacun en retire des bénéfices secondaires. Voyons lesquels :

  • Le rôle de victime cherche à attirer l'attention sur elle et à accaparer l'énergie de ses partenaires en se dé-responsabilisant. Quelles que soient les solutions que son sauveteur s'efforce de lui proposer, elle répondra toujours négativement prétextant un "oui, mais...", jusqu'à ce que l'un des partenaires décide finalement de la prendre en charge…. Ou de l'abandonner, endossant alors le rôle du persécuteur et confirmant par-là même les croyances négatives de la victime sur elle-même. Les bénéfices du rôle sont bien sûr de ne jamais se remettre en question, d'accuser les autres ou les circonstances, de tous les malheurs qui lui arrivent et, la plupart du temps, de se faire prendre en charge par un « sauveteur ». Les inconvénients : dans le rôle de Victime, l'Etat du Moi mobilisé est celui de l'Enfant Adapté, le mode de communication est la plainte, qui finit par lasser l'entourage Sauveteur, qui risque de perdre patience et de prendre le rôle de Persécuteur, ce qui donnera raison à la Victime !
  • Le sauveteur se met toujours en 4 pour aider ses partenaires, Quand une "victime" se présente, il se dépêche de la sauver ! Le sauveteur ne sait pas dire "non" et ne manque jamais une occasion de rappeler "tout ce qu'il fait pour les autres" quand on essaye de lui faire un reproche, ou si une de ses cibles refuse son aide souvent trop insistante. Il racontera à quel point il se met admirablement en 4 pour son patron, son conjoint ou sa famille, tout en se plaignant d'être épuisé(e).

Les bénéfices du rôle sont d'entretenir une image de soi valorisante (jusqu'au martyr), ainsi qu'un fantasme de « Toute Puissance » : « je peux faire la pluie et le beau temps dans la vie des autres, je peux les rendre heureux ou malheureux… ».

Les inconvénients sont faciles à deviner : épuisement, burn-out, frustration (sentiments d'incompréhension et d'injustice auto-entretenus). Les Etats du Moi investis sont le Parent Nourricier et/ou le Parent Normatif qui déresponsabilisent l'autre et entretiennent le fantasme.

  • Le persécuteur, c'est le « méchant » du jeu. Il a besoin de dévaloriser, de culpabiliser et contrôler les autres joueurs pour s'imposer. Bénéfices : souffrant d'une mauvaise estime de soi, le persécuteur cherche à faire « porter le chapeau » aux autres en se disculpant de toute responsabilité. Il ne sait pas se remettre en question ni accepter la différence. En écrasant les autres il se donne l'illusion de leur être supérieur. L'Etat du Moi investi est le Parent Normatif.

Quelles que soient les raisons pour lesquelles on entre dans ces jeux psychologiques, en prendre conscience est la première étape pour sortir de ce triangle dramatique et des jeux de manipulation qu'il entraîne.

Les états du Moi en Emet'analyse : à chaque situation son talent !

Pour mieux repérer ces rôles vous pouvez dans un premier temps identifier les Etas du Moi qui sont à l'œuvre, c'est-à-dire à partir de quelle position vous, et les autres, communiquez.

  • Les ordres, les injonctions, les protections et les critiques émanent du Parent Normatif- Les encouragements, les remarques empathiques, les permissions émanent du Parent Nourricier- Les informations neutres, factuelles, sont celles de l'Adulte*- Les comportements conformistes, d'adaptation, sont ceux de l'Enfant Adapté- Les comportements d'opposition et de résistance sont ceux de l'Enfant Rebel- La spontanéité, l'émotivité appartiennent à l'Enfant Libre- L'inventivité, la capacité à se canaliser dans la créativité, appartiennent à l'Enfant Créatif.

*Dans les relations affectives, la « neutralité » peut vite devenir « froideur » et manque d'empathie. L'être humain n'est pas un robot dépourvu de sentiments et d'émotions. Cette position d'Adulte peut donc être modérée et enrichie par une forme de communication qui permet l'expression des émotions et des ressentis sans impliquer l'autre. C'est le principe de la CNV (communication non violente), dans laquelle le Sujet qui s'exprime assume l'entière responsabilité de ses émotions et affects.

En fonction des circonstances que vous rencontrez, vous savez en principe utiliser chacune des ces positions. C'est ainsi que vous pouvez être tour à tour joueur(se), créatif(ve), drôle, émouvant(e), ou bien réfléchi(e) et neutre, ou encore rebelle, ou au contraire (auto-)discipliné, et aussi capable de vous récompenser.

En Emet'Analyse, aucune position n'est en soi meilleure qu'une autre, tout dépend du contexte : si vous êtes au travail vous allez utiliser la position adulte avec vos collègues (ce qui sous-entend qu'ils vous répondent à partir de cette position également). Si vous avez affaire à votre supérieur hiérarchique, il se peut qu'il s'adresse à vous à partir de la position du Parent Normatif, bien que ce soit de moins en moins le cas dans une organisation du travail qui tend à devenir plus participative. Vous lui répondrez soit à partir de la position d'Enfant Adapté, soit à partir de la position d'Adulte.

En revanche, un homme de loi (juge, policier) opérera systématiquement en position de Parent Normatif (c'est aussi quelque fois le cas des médecins, bien malheureusement !). Si vous répondez à un policier à partir de cette même position, vous risquez d'aller au conflit…

Avec des enfants en bas âge, vous vous adressez à eux depuis cette position à laquelle vous ajoutez celle du Parent Nourricier.

Enfin, dans votre relation de couple, vous vous positionnez plutôt en Adulte, et votre partenaire vous réponde également à partir de cette position, si vous voulez éviter de tomber dans le triangle.

Il arrive parfois que votre histoire de vie vous entraîne à développer un de ces talents à l'excès, aux détriments d'un ou plusieurs autres. Le talent surdéveloppé s'immisce alors dans des contextes où il n'a pas lieu d'être, entraînant des dysfonctionnements dans votre capacité à vous adapter et à interagir harmonieusement avec les autres. C'est alors que vous risquez d'entrer dans le triangle, en tant que persécuteur (excès de Parent Normatif), sauveteur (Excès de Parent Nourricier) ou victime (Excès d'Enfant Adapté, Libre ou Rebel), pour y trouver des bénéfices dont le prix est toujours élevé : relations conflictuelles, dépense d'énergie, frustration, rancœur…

Vers une grammaire relationnelle

L'EmetAnalyse s'attache tout particulièrement à proposer une grammaire relationnelle qui permet d'éviter le piège du triangle et propose à chacun de rester Sujet dans la relation.

Cela pose en premier lieu la question de « l'adultité », c''est à dire de la responsabilité (autonomie) des émotions, des désirs et des besoins. Si je rends l'autre responsable des émotions que je fabrique, si j'attend de l'autre qu'il se conforme à mes désirs, satisfasse mes besoins et « répare » mes blessures, alors j'ai toutes les chances de l'entraîner dans le triangle dramatique.

Si au contraire je reconnais l'autre pour ce qu'il est, avec ses propres émotions, ses désirs singuliers, ses besoins qui peuvent être différents des miens, et en acceptant qu'il puisse être imparfait (donc décevant par rapport à mes attentes), alors je peux entrer dans un lien qui libère car j'accepte de perdre une peu pour laisser de l'espace à l'autre (je n'obtiens PAS TOUT de l'autre) sans pour autant renoncer à l'essentiel (je ne cède PAS TOUT non plus).

Tenir compte du contexte, prendre soin de son désir (respect de soi) tout en tenant compte de l'autre, en partant du principe que rien n'est bon ni mauvais en soi, rester à sa place dans la relation en faisant sa part, tout en laissant à l'autre la liberté/responsabilité de faire la sienne, tels sont les ingrédients garants de cette hygiène relationnelle bienveillante, auxquels s'ajoutent la sincérité et la vigilance.

La psychothérapie en EmetAnalyse permet d'aborder ces différents aspects de la relation à l'autre, dans une approche pédagogique et pratique qui permet d'expérimenter ces différents préceptes au quotidien, dans la famille, le travail, le couple. Elle permet à chacun de devenir et de rester Sujet dans la relation à l'autre, pour vivre des échanges harmonieux le plus souvent possible.

Photos : Shuttersotock

Écrit par

Caroline GORMAND : sophrologie, hypnose, psychothérapie intégrative

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail