L'empressement à guérir

Quand nous sommes malades, nous aimerions guérir immédiatement. Et si la guérison immédiate était une fiction ? Accordons-nous le luxe de nous donner un temps pour guérir.

17 JUIN 2020 · Lecture : min.
L'empressement à guérir

L'habitude de nous sentir bien rapidement

Notre société est une société rapide et performante, une société qui a besoin d'efficacité, de compétence, de capacité, le tout en peu de temps. Vous devez courir, et vous devez le démontrer.

Et même lorsque nous sommes malades, nous attendons la même chose. Nous aimerions guérir immédiatement. Nos maisons regorgent de médicaments pour tous les types de problèmes : fièvre, maux de tête, conjonctivite, douleurs musculaires, insomnie, compléments alimentaires parce que vous êtes trop jeune ou parce que vous êtes trop vieux.

Les publicités stigmatisent le mal-être :

"Avez-vous mal au dos ? Utilisez ce médicament et repartez immédiatement."

"Avez-vous des symptômes de grippe ? Et vous ne pouvez pas manquer le cinéma avec votre ami ? Prenez votre solution et allez mieux immédiatement !"

Et nous nous y sommes habitués, habitués à nous sentir bien immédiatement. Alors, que se passe-t-il quand sommes-nous confrontés à des pathologies qui ne guérissent pas rapidement ? Aux véritables maladies qu'il faut soigner au quotidien ?

Ou lorsque le mal-être n'a pas de réponse physique ?  Quand la tristesse nous rend-elle malade ? Ou de la colère ? Ou de l'anxiété ? Quand les relations sont le problème ? Ou notre lieu de travail ? Quand la garde d'enfants nous fait nous sentir impuissants ? Ou la fin de notre mariage ?

Même là, nous aimerions que tout passe, immédiatement !

Le mal-être, résultat de notre façon d'agir

Mais il n'y a pas de pilule magique. Parce que ce mal-être est le résultat de notre façon de réagir aux situations de la vie. La maladie parle de nous, nous l'avons construit dans notre croissance. Pas volontairement, non, mais c'est notre création et nous seuls pouvons la guérir.

Pensons à tout ce qui nous est arrivé dans la vie, aux conquêtes mais aussi aux défaites, aux joies et aux peines, aux rêves accomplis et brisés. Chacune de ces pièces nous a permis d'être ce que nous sommes aujourd'hui. Chaque jour, chaque expérience, chaque connaissance et chaque rencontre ont façonné notre façon d'être, notre façon de réagir à la vie.

Donc, si nous avons construit notre «être» au cours des années, des décennies, pourquoi nous attendons-nous à ce que tout change rapidement ?

Bien que cela semble difficile, de grands changements se produisent au fil du temps. L'histoire nous le dit. L'évolution, les découvertes, les vaccins. Tout a pris du temps.

Un temps nécessaire pour un changement bénéfique

Et c'est ainsi que dans notre vie il y a un temps pour la souffrance, un temps pour la conscience, un temps pour le changement et un temps pour la consolidation. Je n'appellerais pas cela un long processus mais un chemin nécessaire. La hâte n'est pas l'amie des bons résultats. En effet, cela peut conduire à des déceptions, à des résultats insatisfaisants.

Pensons à la gestation, à l'importance de chaque semaine pour la formation du bébé, pour le développement des organes, pour la possibilité de s'adapter au monde, de savoir, de se préparer ... Il en va de même pour le processus de changement, chaque jour, chaque la semaine est cruciale, chaque petit mouvement part pour une nouvelle naissance.

Alors prenons le temps de nous sentir bien, ne soyons pas pressés, ne nous attendons pas toujours à tout et immédiatement mais cultivons notre changement, notre guérison.

La précipitation à se sentir bien est une fiction de notre société, mais en tant que fiction, elle ne conduit pas à des résultats réels mais à des artefacts.

Une chanson célèbre se lit comme suit : "laissez le passage du temps rendre tout un peu plus clair ..." (Ce ne sont que des mots, Noemi).

Accordons-nous le luxe de nous donner un temps pour guérir, un temps pour pouvoir nous sentir bien plus tard.

Photos : Shutterstock

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail
1 Commentaires
  • Nathalie FOLLMANN

    En tant que hypnothérapeute clinique, je tiens à préciser que cet article est excellent et qui mérite d'être lu par tout un chacun. Allez toujours plus vite même dans la guérison, ne pas vouloir ressentir ce qui ne va pas bien, mettre un pansement dessus (médicament), mais voilà les choses ne se passent pas comme ça émotionnellement... C'est le problème que rencontre les thérapeutes comme moi, la phrase si couramment entendue, combien de séances pour me sentir bien ?... Un article a lire et relire pour tous les blessés de l'âme.

derniers articles sur développement personnel