Les conflits en couple

Tous les couples connaissent des conflits, l'important est de savoir les gérer, et non pas de les esquiver....

18 JUIN 2019 · Lecture : min.

PUBLICITÉ

Les conflits en couple

Il semble que tomber amoureux nous donne une garantie que “tout ira bien". Toute difficulté semble sauveable, même celles qui sont difficiles à prévoir, comme une très grande différence de génération ou deux cultures radicalement opposées...

Quand le couple se forme, les illusions, les attentes et les plans d’avenir qui nous motivent à faire des choses qui étaient peut-être impensables auparavant grandissent. Le développement du couple en tant qu’entité va temporairement faire que les deux individus ne seront plus “moi" pour être “nous". Il y a une symbiose dans laquelle l’essentiel est d’assurer le bien-être de l’autre ; en satisfaisant l’être aimé, on obtient une gratification semblable à celle de se procurer du plaisir. Le fait de voir l’autre heureux aura une influence directe et positive sur notre état d’esprit, tout comme le fait de la voir souffrir nous apportera de l’inquiétude et de la frustration. La famille et les amis passent au second plan ; on établit une relation circulaire dans laquelle, selon chaque couple, il y aura plus ou moins d’ouvertures vers l’extérieur.

Pendant un certain temps, qui peut durer de quelques mois à plusieurs années, le couple se rencontrera. Chaque jour apportera de nouvelles situations où les pensées et les émotions seront éprouvées. L’évolution naturelle sera orientée vers la coexistence, où de nombreuses difficultés et aussi des récompenses apparaîtront. Chaque membre du couple découvrira les défauts de l’autre, jusqu’à présent pratiquement inexistants (du moins devant les sens).

Il est fréquent que, dès la phase de l’amour, ces “défauts soient perçus précocement". Le sujet qui les perçoit tend à les minimiser et, surtout, il aura tendance à penser qu’il peut faire changer l’autre. C’est une erreur cognitive qui peut avoir des conséquences très négatives. Nous ne pouvons pas changer l’autre, nous ne pouvons que nous changer nous-mêmes et, par conséquent, nous influencerons aussi le comportement des autres. Mais si nous partons du mauvais présupposé "je peux changer l’autre, il/elle changera pour moi", nous arriverons à des conclusions erronées.

Toutefois, le plus souvent, on découvre ces défauts au cours des premières années de vie : "Il n’était pas ainsi quand je l’ai rencontré", "elle était beaucoup plus affectueuse". Dans une relation de longue durée, nous avons tendance à minimiser les renforts positifs, c’est-à-dire les choses agréables que nous faisons et que nous disons à l’autre. Et nous exagérons les perceptions négatives, qui sont celles que nous avons l’habitude de verbaliser comme des phrases catégoriques comme “Tu es toujours…" “Tu ne fais jamais…" ils augurent une discussion et une déception. Espérer que l’autre soit devin et anticipe nos désirs et nos besoins est aussi source de malentendus et de frustrations.

La communication et l’éducation

Au moment où nous vivons, il est parfois difficile de trouver le temps et l’espace pour communiquer. Des milliers d’interférences comme le travail, le téléphone, les enfants s’il y en a, font avorter d’innombrables conversations. Parfois les interférences sont à l’intérieur de nous-mêmes : peur d’exprimer ce que l’on ressent, repousser une question potentiellement conflictuelle, peur de la réaction de l’autre, pensées erronées comme "Ça n’en vaut pas la peine, il ne comprendra rien, c’est un égoïste". Certains couples, à un moment donné, franchissent la barrière de la "bonne éducation" et deviennent disqualifiés envers leur partenaire. C’est une situation difficile.

Les illusions peuvent commencer à s’évaporer. La motivation, moteur essentiel pour atteindre des objectifs et maintenir l’humeur, est parfois compromise par le manque d’intérêt de l’autre ou par les critiques continues. Le stress ponctuel ou continu que chaque personne subit dans d’autres domaines en dehors du couple influera également sur la relation elle-même. Le “nous" veut maintenant redevenir “moi", mais un “moi" égoïste et exigeant :"C’était déjà comme ça quand tu m’as rencontré", ou "tu m’as déçu, je ne pensais pas que tu pouvais être comme ça" ou encore "C’est toi qui me fais me sentir mal".

La sexualité est également un aspect important et source de joie et de conflits. L’ajustement sexuel dans le couple est généralement très bon au début de la relation et, avec le temps, il subira des changements qui, s’ils ne sont pas acceptés par les deux partenaires, provoqueront beaucoup de malaise et de douleur.

La permissivité de chacun des partenaires, la tolérance face aux situations difficiles, la capacité de compréhension et de pardon, les compétences pour résoudre les problèmes et aussi la facilité à demander de l’aide sont des facteurs qui influenceront la résolution ou non des crises de couple.

Photos : Shutterstock

PUBLICITÉ

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire

PUBLICITÉ

derniers articles sur thérapie couple