Les leçons de vie de nos grands-mères

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Qu'on ait fait avec elle, un court ou un long chemin, notre grand-mère nous renvoie à une image particulière, à des souvenirs impérissables.

25 FÉVR. 2015 · Lecture : min.
Les leçons de vie de nos grands-mères

Notre grand-mère a bien souvent une place particulière dans notre coeur, elle nous a souvent vu grandir et a été porteuse de leçons qui nous ont aidé dans la vie. Quel que soit le rôle qu'elle a joué dans notre existence, le 1er Mars nous penserons tous à nos grands-mères en leur prouvant l'amour que nous leur portons.

Entre les valeurs qu'elles nous transmettent et leurs comportements au quotidien, nos grands-mères ont bien des choses à nous enseigner.

Les valeurs transmises

Les grands-parents, par leur expérience, nous transmettent des valeurs. En 2013, une étude d'Opinion Way a été menée sur le rôle des grands-parents et les valeurs qui sont prioritairement transmises par ceux-ci :

  • le goût du travail ;
  • l'épanouissement personnel ;
  • le goût du bonheur ;
  • la générosité ;
  • le respect de soi ;
  • le courage ;
  • le sens de la justice ;
  • la persévérance ;
  • l'optimisme.

Cependant, selon les individus, les valeurs que les grands-parents doivent transmettre en priorité à leurs petits enfants sont :

  • le respect de l'autre ;
  • le sens de la famille ;
  • l'honnêteté ;
  • la tolérance ;
  • le respect de l'autorité.

shutterstock-1112166590.jpg

Notre expérience

L'équipe de Psychologue.net vous délivre ses anecdotes concernant leurs grands-mères :

S.C : " Ma grand-mère, que j'ai toujours appelée "abuelita", puisque nous sommes d'origine espagnole, est une des personnes qui comptent le plus dans ma vie. C'est elle et mon grand-père, Didi, qui s'occupaient de moi petite, puisque mes parents travaillaient toute la journée. C'est chez eux que je mangeais à midi et que je goûtais l'après-midi, ils m'accompagnaient à l'école et allaient m'y chercher. C'est chez eux que je faisais mes devoirs, que je regardais les dessins animés qui me plaisaient le plus (seulement après avoir terminé mes devoirs évidemment). Pendant quatre ans, j'étais la seule petite-fille, puis sont arrivés les cousins et ma soeur et tous les cinq, nous avons été élevés en partie par eux. Comme nous vivions tous dans le même quartier, la connexion familiale était extrêmement forte.

La abuelita m'a appris à coudre et à tricoter, mais je n'ai malheureusement pas hérité son talent... Sa grande passion a toujours été la couture, elle en a fait son métier et elle nous a fait des vêtements à tous ses enfants et petits enfants. Elle m'a surtout appris, l'importance de s'occuper des gens qu'on aime, d'être là pour eux, de les aider, les guider et les écouter. Elle m'a également transmis l'importance d'être forte, d'étudier et de travailler avec passion, d'être indépendante, de ne pas être soumise, ni comme femme, ni comme citoyenne.

Étant également une femme très croyante, elle m'a appris à prier, mais sa foi est tolérante, ouverte, "de gauche" aussi, même si parfois cela semble incompatible, et très moderne pour une femme de son âge (elle aura 87 ans le 1 avril). Elle s'est toujours jurée à elle-même qu'elle serait l'amie de ses enfants, car elle n'a pas eu une relation facile avec sa propre mère, qui elle était taillée dans le moule "femme conservatrice, traditionnelle et fermée d'esprit". Sa mère ne l'a pas laissée aller à l'école, elle a appris à lire et écrire toute seule... Quand je pense à ce qu'elle a vécu, mes petits problèmes du quotidien deviennent insignifiants. C'est ça aussi ce qu'elle m'a transmis, ce que transmettent les anciens : leur mémoire est un moteur et un moyen de mesurer la réalité.

Mes meilleurs souvenirs ce sont toutes les histoires de son incroyable vie qu'elle m'a racontée : son enfance dans les montagnes près de Soria (Espagne), la guerre civile espagnole puis la dictature qui a suivi, la décision de quitter Madrid pour s'installer à Genève, en Suisse, pour pouvoir offrir à ses enfants une vie meilleure.

Il est aujourd'hui difficile de la voir vieillir, car je ne peux pas m'empêcher de voir la femme forte qu'elle a toujours été mais qu'elle est de moins en moins. En revanche, ce qu'elle m'a transmis est indestructible."

shutterstock-1020677989.jpg

M.P : "Ma grand-mère m'a appris l'amour patient et silencieux qui ne s'exprime pas avec de grands mots, mais avec de petits gestes quotidiens comme se réveiller chaque jour avec l'odeur de café et une confiture récemment faite - c'est ce que je fais chaque fois que je peux avec les personnes que j'aime (je m'exprime en cuisinant). Je pense toujours à elle chaque fois que je fais une pâte à pizza, elle ne retirait jamais son alliance (moi non plus) parce qu'elle disait que cela rajoutait de l'amour à ce qu'elle faisait. Elle m'a aussi appris à travailler dur chaque jour comme elle, à ne pas avoir de peur de la fatigue, non pour connaître le succès pour soi, mais parce que ça permet de prendre soin de sa famille, et cela reste le plus important au monde.

Elle m'a appris que les femmes doivent être indépendantes des hommes, que l'amour est fait pour être partagé et non par nécessité. Elle m'a appris à dire merci pour chaque chose et à ne jamais rendre (ma grand-mère est née sous la guerre), qu'il faut toujours garder la tête haute et que peu de choses comptent réellement."

L.M : "Ma petite mamie est partie depuis 2 ans maintenant. Elle s'est toute sa vie battue contre la maladie, elle a vécu une vie difficile, mais elle n'était que douceur et amour. Elle et mon grand-père formaient le couple le plus soudé qui soit, ils étaient fous amoureux l'un de l'autre jusqu'à la fin. Elle aimait les bonheurs simples, les promenades, sa famille, et m'a appris à garder un oeil émerveillé sur les choses, à rire et à aimer pleinement.

Elle a fait quelque chose d'admirable : lorsqu'elle a sentit qu'elle partait, elle a enlevé les tuyaux qui l'aidaient à respirer depuis des années. Elle est partie libre, avec la détermination qui l'a toujours caractérisée. La seule chose que j'espère, c'est que, quelque part, ils soient tous les deux réunis maintenant."

C.F : "Ma grand-mère paternelle a toujours été un modèle pour moi bien que je l'ai peu connue. Je garde cette image de la femme de caractère, simple, joyeuse, vivant l'instant présent et aimant inconditionnellement. Sa voix et son sourire me réchauffaient toujours le coeur. J'aurai toujours une pensée pour elle. Elle a été un modèle pour moi."

Et vous, quelles sont les raisons pour lesquelles vous aimez votre grand-mère ? Quelles sont vos anecdotes ?

Informations importantes :

Étude Opinionway 2013

Photos : Shutterstock

psychologues
Linkedin
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail

derniers articles sur actualités