Psychologue.net
Sur Google Play Sur la App Store

Les personnes souffrant de dépression rêvent différemment

Les personnes souffrant de dépression rêvent différemment et sont plus fatiguées, car le cerveau profite des rêves pour évacuer les émotions négatives.

22 janv. 2019 Actualités - Lecture : min.

psychologues

Saviez-vous que les personnes souffrant de dépression faisaient des rêves différents des personnes non dépressives ? Et que si elles étaient plus fatiguées, c'est parce qu'elles rêvaient beaucoup plus ?

La dépression est couramment associée à des troubles du sommeil tels que l'insomnie. Mais des études récentes ont également mis en lumière le fait que les personnes atteintes de dépression faisaient des rêves différents des personnes non dépressives, et pouvaient rêver jusqu'à trois fois plus ! Les rêves sont une sorte de soupape, qui permet au cerveau de réguler l'équilibre émotionnel.

À quoi servent les rêves ?

Dès les balbutiements de la psychanalyse, Freud a démontré l'importance des rêves dans la prise en charge du patient ou de la patiente, les considérant comme une porte vers l'inconscient. Les rêves nous disent des choses, ils nous permettent de mieux comprendre ce qui se passe dans notre esprit. Mais cette connaissance est exigeante et fastidieuse.

Pour résoudre la dépression, il ne suffit pas de comprendre la signification de ses rêves. Il faut avant tout comprendre que le rêve est une façon pour le cerveau de nous faire passer un message : les rêves dérangeants et cauchemars ne sont pas la problématique, ils sont là pour nous signaler cette problématique. Les rêves liés à la dépression sont un mécanisme de défense, une façon pour le cerveau de réguler l'équilibre émotionnel.

Selon la psychologue Rosalind D. Cartwright, les rêves sont une façon pour le cerveau d'essayer de démêler le nœud d'émotions négatives qui nous entrave, une manière de les gérer pour qu'elles ne soient pas envahissantes.

Mais la différence entre une personne souffrant de dépression et une personne n'en souffrant pas se situe plus précisément lors de la phase REM (Rapid Eye Movements), la phase où se créent les rêves. Les personnes souffrant de dépression entrent plus rapidement en phase REM, et y restent jusqu'à trois fois plus longtemps que les personnes non dépressives. Et si elles sont fatiguées au réveil, c'est parce qu'il s'agit d'un type de sommeil (dit "paradoxal") qui n'est pas réparateur.

shutterstock-1080244796.jpg

On savait déjà que cette phase de sommeil était celle où notre cerveau générait le plus d'adrénaline ; grâce à l'imagerie médicale, on sait à présent que le système limbique, impliqué dans la gestion des émotions, est aussi particulièrement actif pendant la période REM. D'où le fait que les patient(e)s souffrant de dépression soient continuellement fatigué(e)s.

Quels sont les rêves d'une personne souffrant de dépression ?

Les rêves sont une soupape de décompression pour le cerveau, lui permettant de dénouer des pelotes d'émotions. Et notre cerveau est programmé pour démêler en premier lieu ces pelotes, avant même de nous permettre de nous reposer.

Pour dénouer les émotions liées dans l'esprit, une personne dépressive souffrira souvent de cauchemars, de rêves complexes et désagréables dans lesquels s'exprimeront le désespoir, l'anxiété ou encore la confusion. Des rêves complexes, qui mettent mal à l'aise et sont épuisants moralement.

Mais pourquoi notre cerveau fait-il cela ? Pour faire une comparaison, c'est comme si vous vidiez chaque jour votre poubelle dans votre jardin : l'intérieur vous semblera propre, mais les déchets continueront à s'amonceler à l'extérieur.

shutterstock-1061879984.jpg

Que signifient ces rêves ?

Connaître la signification précise de ses rêves peut se faire avec l'aide d'un(e) professionnel(le). Mais avant toute chose, il est important de comprendre qu'à travers ces cauchemars et rêves dérangeants, votre esprit essaye de vous dire quelque chose : qu'il va mal et que vous devez vous en occuper.

Outre un suivi avec un(e) thérapeute, éventuellement complété par une prise médicamenteuse si nécessaire, voici quelques conseils pour essayer de retrouver le repos et de moins rêver :

  • Réalisez des exercices de relaxation et de méditation avant d'aller vous coucher : ils vous permettront de faire taire les ruminations et de vous libérer de la charge émotionnelle afin de mieux dormir.
  • Si vous prenez un traitement pour votre dépression, vérifiez avec votre psychiatre qu'ils n'a pas d'incidence sur les rêves et le sommeil.
  • Essayez de connaître votre cycle circadien (cycle de sommeil) : couchez-vous lorsque vous vous sentez fatigué(e), n'attendez pas pour aller au lit.

Petit à petit, la phase de sommeil paradoxal se raccourcira et vous vous sentirez plus reposé(e). Les rêves ne seront plus une façon pour le cerveau de décharger des émotions négatives, vous vivrez donc des rêves moins douloureux et anxiogènes, et vous sentirez mieux au quotidien.

Photos : Shutterstock

3 J'aime

Laissez un commentaire

Le nom sera publié mais pas l'e-mail

INFORMATION BASIQUE SUR LA PROTECTION DES DONNÉES
Responsable: Verticales Intercom, S.L.
Finalités:
a) Envoi de la demande au client annonceur.
b) Activités de publicité et prospection commerciale pour divers médias et canaux de communication de produits et services propres.
c) Activités de publicité et prospection commerciale pour divers médias et canaux de communication de produits et services de tiers de différents secteurs d’activité, pouvant impliquer la cession de données personnelles aux dits tiers.
d) Segmentation et élaboration de profils pour des finalités de publicité et prospection commerciale.
e) Gestion des services et applications qu’offrent le Site aux Utilisateurs.
Légitimation: Consentement de l’intéressé(e).
Destinataires: Il est prévu de céder les données aux clients annonceurs pour mener à bien la demande d’information sur les services annoncés.
Droits: Vous avez le droit d’accéder, rectifier et éliminer les données ou de vous opposer au traitement des mêmes ou à l’une des finalités, ainsi que d’autres droits, comme il est expliqué dans l’information additionnelle.
Information additionnelle: Vous pouvez consulter l’information additionnelle et détaillée sur la Protection des Données sur psychologue.net/proteccion_datos

À lire aussi