Psychologue.net
Psychologue.net
Sur Google Play Sur la App Store

L’expertise psychologique du psychologue judiciaire

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Pour être expert judiciaire auprès d’une cour d’appel, il faut être inscrit sur la liste des experts. Cette inscription, est soumise à un procédure très précise...

29 avril 2019 · Lecture : min.
L’expertise psychologique du psychologue judiciaire

Pour être expert judiciaire auprès d’une cour d’appel, il faut être inscrit sur la liste des experts. Cette inscription, est soumise à une procédure très précise, dont une enquête de police, la possession du diplôme, être de nationalité française ... et soumise ensuite à l’approbation du procureur général de la cour d’appel.

En ce qui me concerne mon expérience d’expert psychologue a été quelque peu atypique. En effet je n’ai jamais été inscrit sur la liste des experts auprès d’une cour d’appel. J’ai été expert, donc, non inscrit, durant près d’une quinzaine d’années. J’ai effectué des expertises sur ordonnance de juges aux affaires familiales, de juges des enfants, de juges d’instruction, ou encore du procureur ou de ses substituts.

L’expertise psychologique

L’expertise psychologique est ordonnée soit par les nombreux corps judiciaires, dont les juges aux affaires familiales, les juges des enfants, les juges d’instructions , les juges de la détention et des libertés, ainsi que par les magistrats du parquet (procureur, substituts du procureur). Lorsqu’elle est demandée par les autorités policières il s’agit d’une réquisition.

Ces dernières, notamment, demandent une expertise dans les enquêtes préliminaires, quand elle est décidée par le parquet. L’expertise a un coût et est supportée par le trésor public, sauf pour les expertises ordonnées par les juges aux affaires familiales, qui ordonnent souvent son paiement par les deux parties, lorsqu’elles ont les moyens de la payer.

Dans ce cas de figure, l’expertise ne peut débuter que lorsque les deux parties ont consigné la somme ordonnée par le magistrat, somme qui peut être revue à la hausse, si l’expertise le justifie. L’expertise judiciaire est ordonnée dans le domaine de la justice civile comme dans le domaine pénal. Elle consiste essentiellement en matière pénale, de décrire la personne expertisée, qui est mise en cause dans une infraction pénale ou qui est mise en examen pour un ou des faits délictueux ou des faits criminels. 

L'entretien généraliste et l'entretien clinique

L’expertise psychologique consiste à recevoir la personne qui doit être expertisée dans le cabinet et à effectuer des entretiens qui vont contribuer à l’investigation. Il s’agira d’un ou plusieurs entretiens dont au moins un entretien généraliste et un entretien clinique.

shutterstock-698030893.jpg

L’entretien généraliste, porte sur la vie personnelle du sujet expertisé, sa vie professionnelle, sa vie de relation, sa vie affective et sentimentale…. L’expert psychologue peut éventuellement sur ordonnance du magistrat se rendre dans une maison d’arrêt ou une prison pour effectuer son expertise si le mis en examen est incarcéré.

Après cet examen généraliste, l’expert s’attachera à procéder à un entretien clinique, qui portera sur le registre psychopathologique de la personne, dans les domaines des émotions, de l’affectivité, de la sociabilité, de la connaissance du bien et du mal, dans le domaine de l’empathie… 

Ces deux entretiens sont souvent complétés par des examens psychologiques tels que les tests projectifs dits tests de personnalité et parfois des tests d’intelligence (Q.I). Avec toutes ces informations collectées, l’expert doit maintenant s’attacher à faire une analyse de ces données pour que les magistrats puissent avoir une idée précise du profil psychologique de la personne.

Il faut préciser, que suivant les magistrats qui ont ordonné l’expertise psychologique, l’expertise devra en outre répondre à des questions précises telles que la dangerosité de l’individu, l’intérêt d’un suivi psychologique la question de la récidive… L’expert doit rester strictement dans son domaine, c’est-à-dire qu’il doit décrire la personnalité du sujet examiné.

L’expert peut en outre à titre d’analyse, éventuellement, écrire ce qui a motivé le sujet à commettre tel ou tel acte. L’expertise psychologique est travail qui nécessite une très bonne connaissance de la clinique et de la psychopathologie, ainsi qu’une très bonne connaissance de la psychologie du développement. La maîtrise de l’écriture est également nécessaire pour finaliser son travail, qui sera étudié de près, non seulement, par les magistrats, mais également par les avocats.

Quel est l'intérêt de l'expertise ?

L’intérêt de l’expertise c’est qu’elle permet de révéler certains traits de personnalité qui n’ont pas été perçus et qui pourraient permettre d’éclairer le magistrat, voire les avocats sur la personne qu’ils ont face à eux. En matière criminelle, lorsqu'une expertise psychologique a été effectuée , et lorsque le magistrat décide de renvoyer, le mis en examen, devant une cour d’assises, l’expert psychologue qui a effectué l’expertise est invité à comparaître  durant le procès, pour être interrogé sur son expertise. Il est alors interrogé par le ou la présidente de la cour, l’avocat général, par les avocats et par les jurés qui ont été désignés pour siéger à ce procès.

shutterstock-1049504825.jpg

L’expertise a cela de spécifique qu’elle va, quand l’expertisé le veut, pouvoir« balayer» toute sa vie. Il faut quand même savoir que parfois, l’expertisé, n’est pas bavard ou est méfiant, ce qui est quand même « normal»  ou qu’il passera certains «pans» importants de sa vie sous silence. Certaines personnes pourraient se dire que si l’expertisé se tait, l’expert n’aura rien à écrire.

Les expertisés savent qu’il est de leur intérêt de collaborer plutôt que de s’enfermer dans un mutisme, qui de toute façon ne leur sera d’aucune utilité pour leur défense. Que se passe-t-il devant la personne expertisée ? L’expert peut s’attacher à décrire la personne face à lui, son habillement, sa posture, son niveau de langage, sa communication, ses mimiques…Il analysera le discours de l’expertisé, ses réactions émotionnelles, la véracité de ses  propos, ses hésitations verbales, et sa spontanéité, ou son absence de spontanéité… En lien avec les faits,  il tentera de comprendre le contexte, l’état émotionnel en lien avec les faits, la culpabilité, les remords et les regrets , exprimés ou non par le sujet.

Il s’intéressera à l’enfance de la personne, ses relations familiales, à sa prime scolarité, à son adolescence, à son parcours professionnel,  à ses relations sentimentales… il peut s’installer une relation de confiance comme une relation de méfiance, voire de défiance. Si l’expert n’est ni un juge, ni un policier, ni le gardien de la bonne morale, en revanche il n’est pas non plus durant l’expertise le thérapeute. 

L’expertise psychologique est le seul écrit de l’intimité psychique d’un individu qui peut être connu d’un tiers, sans que l’expert ne soit condamné pour ne pas avoir respecté le secret de l’entretien psychologique. Ce qui importe dans l’expertise psychologique s’est de dire si la personne présente un profil psychopathologique ou non et surtout de ne pas dire, si la personne est normale ou pas. En effet la question, de la normalité , relève de la morale, des valeurs sociétales… Et non du psychologique comme certains le pensent.  

Photos : Shutterstock

Écrit par

Djamel Ziadi

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail