L'hypnose, un acte de création

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

Dans les années 50, Ray Bradbury, célèbre auteur de science fiction, écrivait une nouvelle intitulée "La brousse"...

15 MARS 2016 · Lecture : min.
L'hypnose, un acte de création

Ce récit racontait l'histoire d'une famille avec deux enfants vivant dans une maison intelligente. Parmi les pièces de cette maison, il y avait la chambre des enfants, baptisée la nursery.

Une chambre étonnante, capable de se modeler au gré des désirs des enfants. Les enfants pensaient à l'Afrique et la pièce devenait un paysage de brousse africaine. Une brousse criante de vérité, avec sa chaleur écrasante, ses odeurs, sa luminosité... Les enfants pensaient à des lions et il y avait des lions. Ils pensaient à des zèbres et il y avait des zèbres. Au soleil, et il y avait du soleil. Tout cela était bien sûr de l'ordre de l'imaginaire, mais les sens étaient si nourris d'images, d'odeurs, de sensations, de sons... que l'on s'y laissait prendre.

Un jour, lors d'une visite dans la nursery, les parents s'inquiètent de l'hyper-réalisme de ce que la pièce est capable de créer. Ils décident de faire venir un technicien et, dans l'attente, interdisent l'accès de la pièce aux enfants. Je ne vous raconterai bien sûr pas la suite et la fin de l'histoire. Je me dis simplement que cette magie hyper-réaliste que cette nursery était capable de créer, l'hypnose nous permet de le faire à chaque instant avec nos patients.

L'hypnose réalise en effet exactement ce que raconte le récit de BRADBURY. Elle nous fait faire, à nous, thérapeutes, un acte de création. Mais pas seulement à nous. Car en invitant tous les sens du patient à se mettre en mouvement, nous faisons participer celui-ci à cet acte qui le transporte dans une autre réalité. Une réalité qui, contrairement à ce que l'on peut penser, ne restera virtuelle que très temporairement.

shutterstock-356358107.jpg

En effet, souvenez-vous que rien ne peut être créé qui n'ait été auparavant imaginé. C'est un acte de création de sa vie de demain auquel nous convions le patient. Je parle souvent de cet effet décalcomanie qui fait que chaque succès, chaque image dynamisante, chaque fantasme séduisant, chaque réparation vécus pendant une séance d'hypnose composent, nourrissent, enrichissent le terreau fertile qui va permettre la réalisation de ce succès ou de cette situation dans la vraie vie, si je puis dire. C'est parce que l'hypnose a permis au patient de vivre d'une façon fantasmatique son désir que ce désir lui apparaît alors réalisable.

Voyez-vous, il suffit de peu de choses pour éveiller la magie du verbe. Il suffit souvent de quelques mots pour faire resurgir ou créer une ressource nécessaire à l'évolution du patient. C'est dire l'arme redoutable que manie le thérapeute. C'est dire sa responsabilité, et l'éthique qui doit l'habiter à chaque instant. Car son pouvoir de créer le réel ne saurait évidemment pas aller dans le sens de son désir, mais bien du désir exprimé par le patient. Demandons-nous chaque jour si nous sommes vraiment au clair sur ce sujet .

Photos : Shutterstock

Écrit par

Jean-Charles Bettan

Voir profil
Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail

derniers articles sur hypnose