Psychologue.net
GRATIS - Sur Google Play GRATIS - Sur la App Store
Installer Installer

Manger plus sain signifie-t-il perdre en plaisir gustatif ?

Les régimes alimentaires alternatifs sont de plus en plus présents autour de nous. Et, avant de se lancer, on peut se demander si l'on risque de perdre en qualité gustative.

8 janv. 2018 Santé - Lecture : min.

psychologues

Après les nombreux scandales alimentaires qui ont émaillé ces dernières années, de plus en plus de personnes souhaitent se tourner vers une alimentation plus saine, vers des circuits plus locaux et des recettes plus légères. Mais changer de régime alimentaire signifie-t-il perdre le plaisir gustatif ?

La cuisine française est un monument, on le sait. À tel point qu'elle est d'ailleurs inscrite au patrimoine immatériel de l'humanité. Le pain, le vin, le fromage, mais aussi de nombreux plats en sauce nécessitant beaucoup de travail, nos repas sont toujours des moments forts que l'on aime à partager.

Pourtant, notre cuisine semble parfois être en contradiction avec une envie de manger sain pour préserver sa santé et respecter l'environnement. Ainsi, si certains mettent en place un équilibre dans la consommation de fruits, légumes, céréales, viande, poisson et produits laitiers, d'autres préfèrent changer de régime alimentaire afin d'en trouver un qui s'accorde au mieux à leurs besoins et à leur éthique.

Végétarien, végétalien, mais aussi crudivore, frugivore, les régimes alimentaire alternatifs se développement à grande vitesse. Que ce soit pour des raisons de santé ou morales, de plus en plus de personnes se tournent vers une alimentation plus saine et plus respectueuse du monde qui nous entoure. D'ailleurs, on estime que 600 000 personnes sont intolérantes au gluten, mais 5 millions de personnes mangent sans gluten !

Mais à quoi est due cette apparition de nouveaux régimes alimentaires ?

La protection de l'environnement et des animaux, la volonté d'avoir un mode de vie plus sain et proche de la nature fait que beaucoup de personnes se tournent vers de nouvelles façons de s'alimenter. Les nombreux scandales alimentaires qui ont éclaté ces dernières années y sont aussi pour beaucoup : de plus en plus, nous prenons conscience que ce qui est dans notre assiette est garant de notre santé, que chaque plat que nous mangeons est une façon de voter pour notre santé et le monde qui nous entoure, et nous ne voulons plus nous faire avoir par ces aliments contaminés.

shutterstock-565705753.jpg

D'ailleurs, selon une enquête, 66% des consommateurs pensent qu'il est probable que les aliments nuisent à leur santé. En réaction à cette apparition de nouveaux modes de consommation, de plus en plus de commerces proposent des produits qui s'accordent avec cette alimentation.

Insectes, produits simili-carnés, repas sans produits laitiers ou gluten, nourriture synthétique, de plus en plus d'initiatives voient le jour. Mais on peut se demander si consommer ces nouveaux aliments ou se lancer dans ces pratiques alimentaires risque de nous faire perdre la saveur, le plaisir de la nourriture.

Non, nous ne perdons pas en qualité gustative !

Toutes les personnes qui se sont tournées vers un nouveau régime alimentaire vous le diront : en devenant végétarien, végétalien, crudivore ou autre, on ne perd pas en qualité gustative, mais on découvre une palette insoupçonnée de saveurs ainsi que de nouvelles manières de cuisiner.

Ainsi, avant de passer à un régime alimentaire végétarien, la majeure partie des personnes n'auront jamais goûté au tofu fumé, aux fromages végétaux ou à la variété de légumineuses existante. Ainsi, se diriger vers un changement d'alimentation, c'est sortir de sa zone de confort pour découvrir une immense gamme de nouvelles saveurs. Il ne s'agit pas de dire adieu à sa blanquette favorite, mais de trouver un moyen de la cuisiner pour qu'elle s'accorde avec nos nouveaux besoins. Il s'agit aussi de curiosité, de tester de nouvelles choses, des saveurs et aliments inconnus.

Pour Benoît Crespin, auteur de "La Cuisine du Futur, c'est Maintenant", il nous faut trouver un équilibre entre tradition et innovation, afin de s'alimenter dans le respect de la planète, mais toujours de façon savoureuse.

shutterstock-697623868.jpg

Cependant, il est vrai qu'un bon repas doit être un repas plaisir. Pour le Dr Zermati :

"La nourriture est un régulateur émotionnel. Nous mangeons aussi pour nous réconforter et c'est quand nous sommes réconfortés que disparaît l'envie de manger, parce que nous sommes rassasiés. Notre corps sait ce qui est bon pour lui. Peut-être que cette petite envie de salé ou de sucré correspond à un besoin de l'organisme."

Pour profiter de son repas, donc, il est d'abord important de ne pas se mettre d'interdits alimentaires. Ces interdits déclenchent la frustration et nous empêchent de goûter la variété des saveurs d'un plat. S'accorder un petit caprice de temps en temps ne fera pas de mal, et sera au contraire bénéfique pour le moral.

Il ne faut pas non plus penser qu'en modifiant son régime alimentaire, on perd en qualité gustative. Au contraire, s'alimenter, c'est aussi apprendre à s'ouvrir à de nouvelles saveurs, à des aspects étonnants de la cuisine. La curiosité s'exprime aussi par les plats que nous mangeons, et ce n'est qu'en étant curieux que nous découvrirons ce que nous aimons le plus. Le monde des saveurs ne s'arrête pas à ce que nous avons l'habitude de consommer : laissons parler notre créativité et notre curiosité dans la création de nos plats !

Photos : Shutterstock

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail

À lire aussi