Mes patients dessinent l'accompagnement que je peux leur apporter

<strong>Article révisé</strong> par le

Article révisé par le Comité Psychologue.net

La touche personnelle de Sarah Freess, psychothérapeute exerçant à Limoges et à Chaillac-sur-Vienne, c'est de toujours rester elle-même face à ses patients et ce sont eux qui déterminent, en réalité, le type d'accompagnement qu'elle va leur offrir. 

9 sept. 2013 · Lecture : min.
Mes patients dessinent l'accompagnement que je peux leur apporter

Sarah Freess est une psychothérapeute qui "participe" et dont la pratique s'oriente vers la psychothérapie humaniste. Elle reçoit aussi bien les couples que des patients en individuel et revient sur son parcours, pour nous en dire plus concernant son exercice.

Pouvez-vous nous parler de votre formation au PCAI - France ?

J'ai suivi la formation du Person Centered Approach Institut - France durant trois ans. Carl Rogers a créé cette école en 1979, afin de former ses élèves aux théories ainsi qu'à l'expérience de la relation d'aide dans l'Approche centrée sur la personne.

J'ai suivi moi-même une psychothérapie pendant cinq ans, avec un thérapeute formé à cet institut. J'ai été convaincue par cette expérience. S'est dessiné alors le désir de travailler en tant que thérapeute dans l'Approche Centrée sur la Personne.

Votre parcours professionnel débute pourtant dans un tout autre secteur...

Avant de devenir psychothérapeute, j'ai vécu à l'étranger pendant plusieurs années, où j'ai travaillé dans l'hôtellerie de luxe. J'ai également travaillé dans la mode, comme assistante photographe.

Vous avez ouvert un cabinet avec un autre professionnel.

Un ami kinésithérapeute a bien voulu me "mettre le pied à l'étrier", en me cédant une salle de son cabinet. À ce jour, nous travaillons toujours ensemble. Je reçois également chez moi.

Parlez-nous plus en détail concernant les théories et outils que vous utilisez.

Je dirais que la spécificité de l'Approche centrée sur la personne est difficilement juxtaposable avec le mot théorie. En revanche, faire preuve d'un "savoir être", en constant développement, me semble primordial.

Je parle du développement de l'authenticité personnelle, de la considération positive et de la compréhension empathique que je m'efforce d'avoir avec le patient que je reçois.

Et concernant vos compétences ?

J'expérimente chaque jour le fait que ce sont les patients qui déterminent mon champs de compétence et dessinent l'accompagnement que je peux leur apporter. Ma touche personnelle ? C'est probablement d'être moi !

Proposez-vous d'autres formes de prise en charge, comme les ateliers et les groupes de parole, ou des formations et séminaires ?

Non, pas encore, mais j'y travaille.

Photo : Sarah Freess

psychologues
Écrit par

Psychologue.net

Laissez un commentaire
Le nom sera publié mais pas l'e-mail